Faute de soins médicaux, une fillette décède

    mercredi 20 juillet 2016

    Lundi, les parents de la fillette décédée ont été placés en garde à vue par les gendarmes  de Bora Bora pour être interrogés. (Photo d’illustration : DR)

    Lundi, les parents de la fillette décédée ont été placés en garde à vue par les gendarmes de Bora Bora pour être interrogés. (Photo d’illustration : DR)


    Une enquête ouverte, les parents entendus à Bora Bora

     

    Une enquête a été ouverte, la semaine dernière, par le parquet de Papeete après la mort tragique, jeudi dernier, d’une fillette âgée d’un peu plus d’un an, sur l’île de Bora Bora.

    La petite fille était souffrante depuis plusieurs jours, mais, selon les premiers éléments de l’enquête, elle était “soignée” par son entourage à base de ra’au Tahiti (médecine traditionnelle).

    Jeudi dernier, constatant que son état de santé ne s’améliorait pas, un voisin, inquiet, a fini par contacter les muto’i, qui ont amené l’enfant inerte au dispensaire de l’île. Il était déjà trop tard. Le personnel médical a vainement tenté de réanimer le bébé, mais a dû se résigner à constater son décès.

     

    “Soutien psychologique”

     

    Compte tenu des circonstances du drame, le médecin de permanence a refusé de signer le permis d’inhumer et le dossier a été transmis aux autorités judiciaires.
    Ces dernières ont ordonné qu’une autopsie soit pratiquée.

    Les analyses ont démontré que la petite victime avait perdu la vie des suites d’une infection généralisée, probablement liée au fait qu’elle n’avait pas reçu les soins adéquats. Lundi, ses parents, âgés d’une vingtaine d’années, ont été placés en garde à vue par les gendarmes de Bora Bora pour être interrogés.

    “Ils sont très choqués et ont dû recevoir un soutien psychologique”, a indiqué, hier, une source proche de l’enquête. À l’issue de leur audition, ils ont été laissés libres, mais ils seront prochainement reconvoqués.

    Une information judiciaire pour “privation de soins par ascendant sur mineur ayant entraîné la mort” a en effet été ouverte par le parquet. Un chef d’accusation passible de 30 années de réclusion criminelle.

    L’enquête pourrait également inquiéter des membres de l’entourage du jeune couple pour non-assistance à personne en péril. Celui-ci vit en effet au domicile des grands-parents, un fare qui abrite une large fratrie composée d’une vingtaine de personnes. 

     

    J-B.C.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete