Habillage fond de site

Fenua ‘aihere – Deux sites massacrés à la tronçonneuse

mercredi 13 décembre 2017

Astrid Drollet, copropriétaire et secrétaire de l’association Vai Ara O Teahupo’o, constate  avec désolation le trou de verdure occasionné par ce geste irréfléchi. (© Anne-Charlotte Bouleau)

Astrid Drollet, copropriétaire et secrétaire de l’association Vai Ara O Teahupo’o, constate avec désolation le trou de verdure occasionné par ce geste irréfléchi. (© Anne-Charlotte Bouleau)


Il y a environ deux semaines, un prestataire de services nautiques a fait défricher les berges de la rivière Vai’au sur plusieurs mètres. Cette initiative malheureuse s’avère doublement illégale, s’agissant d’un domaine privé, mais également de l’habitat privilégié d’espèces protégées, dont le héron vert. La pression croissante qui s’exerce sur le site, incluant la grotte de Vaipoiri, pourrait donner lieu à la mise en place de règles d’accès plus strictes.

Quand Astrid Drollet rejoint le domaine familial au fenua ‘aihere, c’est pour se ressourcer au milieu d’une forêt centenaire.

C’est donc avec horreur que la secrétaire de l’association de préservation environnementale Vai Ara O Teahupo’o, descendante des Teriiehina a Tauraa, a appris qu’un “massacre à la tronçonneuse” avait été perpétré en bordure de la rivière Vai’au, il y a deux semaines.

“J’ai été choquée de découvrir un tas de feuillages au milieu de la rivière, tandis qu’une vingtaine de mètres avaient été défrichés, au sol et en hauteur, par l’ouvrier d’un prestataire de services nautiques qui voulait faire de la place pour venir amarrer son gros bateau. On voit clairement que son intérêt n’est pas de préserver la nature, mais de privilégier son propre confort et celui de sa clientèle”, souligne Astrid Drollet, particulièrement remontée, malgré les excuses du mis en cause, qui a reconnu les faits et tenté de se justifier.

“Je lui ai adressé un mail pour lui dire que ma famille avait été profondément blessée par son acte, qu’on considère comme inadmissible, sur le plan légal car il s’agit d’une propriété privée, mais surtout environnemental”, explique-t-elle.

 

Un signalement adressé à la Diren

 

“Même nous, en tant que copropriétaires, on ne s’est jamais permis de faire ça ! Je ne peux pas tolérer ce que je considère comme une agression”, poursuit son frère, Bjarn Drollet.

“J’ai fait savoir à ce monsieur que lui et ses clients étaient interdits de passage. Ses excuses sont acceptées, mais il n’est pas pardonné. Ça va prendre du temps, peut-être autant que la repousse des arbres”, confie Astrid Drollet, tout en précisant qu’un signalement avait été effectué auprès de la Direction de l’environnement (Diren).

Au-delà de l’aspect esthétique, ce qui la préoccupe, c’est la préservation de l’habitat du héron vert (‘ao), comptant parmi les espèces protégées de catégorie A, dans le code de l’environnement.

“Les purau constituent un habitat de prédilection, entre garde-manger et lieu de ponte, surtout lorsqu’ils s’étendent au-dessus de l’eau, d’où la nécessité de laisser les arbres pousser de cette manière”, fait-elle encore savoir.

En remontant le cours de la rivière pour se rendre à la grotte de Vaipoiri, elle n’a pas pu s’empêcher de remarquer qu’un arbre, parce qu’il était couché en travers du chemin, avait subit le même sort.

“Ce n’est pas comme ça qu’il faut voir les choses… Il faut s’adapter au milieu, et non le contraire !”, insiste-t-elle.

L’association Vai Ara O Teahupo’o, présidée par Timeri Levy, intervient en ce sens au sein du comité du tourisme de Taiarapu-Ouest, récemment constitué dans le cadre des préparatifs liés à l’accueil du navire de croisière Paul Gauguin, courant 2018.

“C’est l’occasion de mettre tout ça au clair, pour valoriser le fenua ‘aihere dans une logique de développement durable”, souligne Astrid Drollet, en appuyant avec insistance sur les deux dernières syllabes. 

A.-C. B.

 

nature

Le prestataire de services nautiques mis en cause voulait « faire de la place pour venir amarrer son gros bateau ». (© Anne-Charlotte Bouleau)

grotte vaipoiri

La grotte de Vaipoiri n’est pas non plus respectée comme il se doit par tous les visiteurs. (© Anne-Charlotte Bouleau)

fenua aihere cindy otcenasek

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

French bee propose un aller retour PPT - San Francisco à moins de 40 000 F :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete