Habillage fond de site

Fenua Market & Co : la vente en direct connectée

lundi 1 juillet 2019

Avec 2 000 likes sur Facebook et jusqu’à une quarantaine de commandes par tournée, le concept, lancé il y a un mois, a déjà ses adeptes. (© Anne-Charlotte Bouleau)

Avec 2 000 likes sur Facebook et jusqu’à une quarantaine de commandes par tournée, le concept, lancé il y a un mois, a déjà ses adeptes. (© Anne-Charlotte Bouleau)

Ken Lin était encore lycéen quand il s’est tourné vers la terre. Pour lui, “l’agriculture, c’est un héritage familial”. À 24 ans, ses cultures s’étendent sur 3,5 hectares à Taravao, dans le cadre d’une agriculture raisonnée où se côtoient plein-champs, serres, hors-sol et aquaponie.

En complément du réseau commercial classique, pour écouler une partie des herbes aromatiques, concombres, tomates, salades, pota et autres fruits, comme les papayes, le jeune entrepreneur a eu une idée dans l’air du temps.

Au lieu de monter un stand en bord de route, il a opté pour une boutique en ligne.

“Avec ma compagne, Maeta, on a lancé Fenua Market & Co, il y a un mois. Grâce à cette plateforme, les gens peuvent passer commande via internet, avec la possibilité de personnaliser leurs paniers, qui leur sont livrés sur leur lieu de travail ou chez eux”, explique Ken Lin.

 

Pratique et local

 

À titre d’exemple, pour la box Aito, composée d’une quantité de légumes idéale pour une semaine de consommation, il faut compter 2 800 F, hors livraison, tout en sachant que celle-ci est gratuite pour les résidents de la Presqu’île.

Avec 2 000 likes sur Facebook et jusqu’à une quarantaine de commandes par tournée, le concept a déjà ses adeptes à Tahiti, mais pas seulement.

“On a des expéditions aux Tuamotu, en fret aérien, et on aimerait bien étendre nos services à Moorea, car il y a de la demande”, confie l’agriculteur 2.0.

En privilégiant le circuit court, ce dernier souhaite notamment renouer le contact avec la clientèle.

“Les premiers retours sont très positifs. Environ 60 % de nos livraisons s’effectuent en hauteur. C’est vrai qu’il y a un côté pratique”, remarque Ken Lin.

En dehors de son propre fa’a’apu, le jeune homme se fournit auprès d’autres producteurs de la Presqu’île pour compléter l’offre avec des produits vivriers, comme la patate douce, le taro ou les fruits de la passion, mais aussi du miel ou du pain coco.

La gamme est amenée à s’étoffer au fil du temps, l’objectif étant de valoriser les produits locaux.

 

A.-C. B.

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Pensez-vous qu’un Tahitien peut enfin s’imposer à domicile cette année à la Tahiti Pro Teahupo'o ? Si oui, lequel ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete