Habillage fond de site

Bannière sur-titre PI

Ferme aquacole de Hao : le chantier débutera en fin d’année

jeudi 24 août 2017

aquaculture hao

Une vue d’architecte de la future ferme aquacole de Tahiti Nui Ocean Foods. (© DR)


Après une dernière visite d’inspection, les investisseurs chinois ont confirmé le démarrage des travaux du projet aquacole à Hao pour le mois de décembre. Les mesures prises pour préserver l’environnement ont été détaillées. Il faudra ensuite 30 mois pour que l’exploitation proprement dite commence.

Wang Chen, président de Tahiti Nui Ocean Foods (TNOF), entouré de son état-major, a tenu, hier à la présidence, une conférence de presse commune avec le gouvernement au grand complet.

Après l’obtention de tous les permis de construire, un travail commun sur les contraintes environnementales et une visite à Hao la semaine dernière, l’investisseur chinois a confirmé que “toutes les conditions sont désormais réunies”, y compris “l’ensemble du financement du projet”, pour que sa société procède en décembre au démarrage des travaux sur l’atoll.

“La protection de l’environnement est restée, tout au long de l’instruction, la préoccupation majeure du gouvernement”, a déclaré Teva Rohfritsch. Aucune dérogation au code de l’environnement n’a été mise en place.

Le vice-président estime que 80 % des questions liées aux installations classées pour la protection de l’environnement (IPCE) sont clarifiées ; il ne reste donc plus qu’à formaliser cette partie du dossier.

L’investisseur et le gouvernement ont répété que la ferme aquacole, qui “vise une production de haute qualité utilisant uniquement des espèces et variétés provenant des lagons polynésiens”, s’inscrit dans une démarche de développement durable.

Wang Chen a annoncé qu’il sollicitera les labels internationaux ASC (Aquaculture Stewardship Council) et BAP (Best Aquaculture Practices), qui feront du poisson élevé à Hao un produit de luxe : “Best lagoon, best fish, best market !” (Le meilleur lagon, le meilleur poisson, le meilleur marché !), selon le président de TNOF, qui a détaillé les aspects écologiques de son projet.

 

 
Un quart de la surface du lagon

 

Les toitures de l’écloserie et de l’usine de transformation seront recouvertes de panneaux solaires, qui non seulement fourniront une énergie propre à l’exploitation, mais aussi aux véhicules et peut-être même aux bateaux qui travailleront sur le lagon.

Le groupe Tianrui, maison-mère de Tahiti Nui Ocean Foods, fabrique d’ailleurs panneaux solaires et véhicules électriques. À terme, TNOF traitera ses déchets sur place. Wang Chen a indiqué que la ferme pourrait même aider au traitement de certains des déchets de l’atoll et que les déchets de poisson pourraient même être utilisés comme nourriture par l’élevage porcin.

Les rori seront mis à contribution pour absorber les déjections de poissons. Les cages d’élevage seront espacées d’un kilomètre, soit deux fois ce qu’impose la norme internationale. La ferme occupera ainsi un quart de la surface du lagon de Hao, qui fait 720 km2, mais aucune cage ne sera installée à proximité du village et des cocoteraies exploitées pour le coprah. “On va mieux circuler que dans certains atolls perlicoles”, a assuré Teva Rohfritsch.

TNOF vise une production annuelle totale de 50 000 tonnes de poisson, sachant qu’il ne sera pas possible de le faire uniquement à Hao. D’autres atolls voisins pourraient accueillir des cages d’élevage, comme par exemple Amanu. Mais, a souligné le gouvernement, TNOF n’étendra pas ses activités aux atolls qui ont une activité touristique et/ou perlicole.

 

300 à 500 emplois en phase d’exploitation

 

Côté emploi, le chantier devrait embaucher quelque 300 personnes, dont 30 à 50 cadres, techniciens et fournisseurs de nationalité chinoise.

La base vie, destinée aux travailleurs non originaires de Hao, aura une capacité de 250 personnes, tandis que les personnels chinois seront logés à part. Le chiffre pourrait monter jusqu’à 500 travailleurs en phase d’exploitation, là aussi avec environ 10 % de nationaux chinois. L’investissement total est maintenu à 1,5 milliard de dollars US (151,6 milliards de francs) : “On l’a annoncé en Chine, on est sérieux, ça ne changera pas”, a assuré Wang Chen.

Ce dernier et le gouvernement ont insisté sur la collaboration à long terme avec l’Université de l’océan de Shanghai, où une dizaine de jeunes Polynésiens ont déjà été formés à une technique “unique au monde” en matière d’écloserie. L’Université de l’océan continuera de fournir un soutien technique et un partenariat avec l’Université de la Polynésie française est envisagé.

Enfin, Wang Chen a pris soin de remercier les membres du gouvernement, qui “ont leur population et la protection de l’environnement très à cœur” et avec qui “tout le travail est fait en transparence, c’est une méthode nouvelle, on va dire”. Il a dit avoir pour ambition de faire de l’aquaculture “le troisième emblème de la Polynésie”, après le tourisme et la perliculture. 

 

C.P.

 

historique projet hao investissement hao

189
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Les extractions doivent-elles se poursuivre dans la vallée de la Papeno'o ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete