Habillage fond de site

Des fêtes de fin d’année écoresponsables

jeudi 22 décembre 2016

enfant

Pour Alisée, de Lutins des îles, fabriquer ses propres jouets “permet d’initier beaucoup de choses au niveau de la logique, au niveau de la géométrie, du traçage, du report de mesures…” (© Claude Jacques)

 

 

Pendant une dizaine de jours, l’heure va être à la fête. Noël et le nouvel an sont traditionnellement l’occasion de retrouvailles en famille ou entre amis. Il est bien légitime de vouloir le faire dans la joie et la bonne humeur. Alors oubliés le réchauffement climatique et la destruction de la biodiversité ?

Il est important de mettre en perspective l’impact massif de la surconsommation sur l’état de la planète lors de cette période. Celui de la production, de l’acheminement et de la consommation d’objets en fin d’année est en effet gigantesque.

Le bilan carbone de l’acheminement des objets achetés à cette période est de 17,2 T de carbone par an pour 149 millions de kilomètres parcourus à distribuer tous ces cadeaux. Avec un peu de réflexion et de créativité, il est pourtant possible d’organiser la décoration, les cadeaux et les victuailles de manière écoresponsable… et solidaire.

 

 

C.J.

 

Des enfants fabriquent leurs jouets

enfant atelier

Les enfants apprennent les valeurs plus simples et plus durables que la simple consommation et seront ensuite heureux et fiers
de présenter le résultat à leurs parents. (© Claude Jacques)

 

Si le Père Noël distribue les jouets le 25 décembre, on sait moins que ce sont ses lutins qui les fabriquent. C’est en tout cas ce qui se raconte dans les pays nordiques où est née la légende qui est maintenant reprise dans le monde entier, jusque sous nos cieux tropicaux.

Mais à Papeete, les enfants ont la possibilité de devenir ces petits lutins. C’est ce que propose pendant toute la semaine, jusqu’au 30 décembre, La Malle à jouer, un espace pédagogique installé à Papeete dans le bas du quartier de La Mission. Pendant cette période de Noël, c’était une manière de développer des valeurs plus simples et plus durables que la simple consommation.

Pour l’occasion, la responsable du lieu, Soizik, a invité Alisée et David, de Lutins des îles, une petite entreprise au service des enfants. Pendant trois après-midi, ils sont une douzaine, âgés de 7 à 12 ans, à apprendre à créer un petit jeu de billes, dont ils ont réalisé toutes les phases : du dessin de traçage au découpage et à l’assemblage.

Avec l’aide et sous la surveillance de David, ils ont même découvert et utilisé une scie électrique, comme des grands… Une initiative dont ils seront heureux et fiers de présenter le résultat à leurs parents.

Alysée et David fabriquent des jeux et des jouets en bois, du mobilier, du matériel pédagogique et du matériel de décoration. Une passion avec laquelle ils veulent partager et faire découvrir aux enfants l’envers du décor. Plutôt que d’acheter toujours du tout-fait, de les inviter à faire eux-mêmes.

“C’est aussi un loisir, un plaisir. Ça permet aussi d’initier beaucoup de choses au niveau de la logique, au niveau de la géométrie, du traçage, du report de mesures…”, explique Alysée. Et la jeune femme de préciser : “Ça permet de rendre concrètes des notions qui sont souvent abstraites, comme les droites, les perpendiculaires… Au niveau de la concentration et de l’application aussi. Il y a énormément d’intérêts pédagogiques sous une forme ludique. Il y a aussi souvent la fierté pour les enfants d’avoir fabriqué un jouet eux-mêmes et souvent, ils sont bluffés du résultat. Ça favorise aussi l’estime de soi chez l’enfant, ce qui est très important.”

Cela permet de montrer aux enfants que malgré tout le matraquage commercial et médiatique qu’il peut y avoir autour des jouets, pendant la période de Noël, on peut aussi les faire soi-même. “Ils peuvent pendant un moment devenir les petits lutins qui fabriquent les jouets du Père Noël”, se réjouit Alysée. “Cela donne un aspect “conte” à leur activité et cela correspond tout à fait bien à une période de l’enfance.”  

 

 

Opter pour des décorations maison

sapin

(© DR)

 

Profiter des fêtes de fin d’année pour prendre son temps et, pourquoi pas, développer sa créativité ? C’est possible en joignant l’utile à l’agréable en réduisant à la fois dépenses et gaspillage ?

La tendance “fait à la maison / do it yourself” est en vogue. C’est l’assurance de trouver facilement et à faible coût des matières premières récupérées. C’est l’exemple que nous montrent les Lutins des îles qui proposent de fabriquer un “sapin de Noël” avec une palme de cocotier. Facile et pas cher !

De son côté, le haut-commissariat a donné l’exemple en organisant un concours interservices de “sapin malin” pour encourager ses agents à limiter la production de déchets et à les trier pour faciliter le recyclage (lire l’article d’hier dans La Dépêche de Tahiti).

Quant aux guirlandes électriques, on peut leur substituer de jolies guirlandes traditionnelles et opter pour un éclairage intime et durable grâce aux ampoules à basse consommation. Au final, ce seront autant de déchets qui ne feront pas déborder vos poubelles et autant d’énergie préservée.

L’agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) conseille de limiter les décorations électriques et de laisser parler sa créativité. En famille, c’est une activité qui devrait avoir un certain succès, de nombreux tutos peuvent être trouvés sur les blogs et les réseaux sociaux tels que Pinterest ou Instagram.
Si vous décidez d’acheter des décorations, gardez-les le plus longtemps possible.

Lors de l’achat des guirlandes, soyez vigilants à la consommation électrique des guirlandes lumineuses et privilégiez celles munies d’ampoules à diode électrolumisnescente (LED). Vous pouvez même investir dans un minuteur pour le réglage automatique des guirlandes.

 

 

Manger local et sain

plat bio légumes fruits

(© DR)

 

Pour ces moments de partage que sont les repas de fête, on peut réfléchir à d’autres façons de consommer. Il est ainsi préférable de choisir des produits locaux, des produits bio ou issus de l’agriculture raisonnée et d’acheter dans des boutiques solidaires.

L’essentiel est d’essayer d’agir en achetant pour améliorer l’économie locale et la qualité de son assiette, ce qui n’est pas forcément synonyme de luxe.

Pour ces longs repas de fête, il est souvent délicat de bien doser l’achat de produits alimentaires : pas question de manquer de quoi que ce soit ! Toutefois, il est possible de limiter les déchets en évitant les conditionnements trop petits, comme les plats individuels.

Côté menu, l’idéal est de favoriser des aliments de saison, afin d’éviter de longs transports de marchandises ou la culture sous serres chauffées, des activités particulièrement consommatrices d’énergie.

Le J’âm, resto vegan au cœur de Papeete, va tirer sa révérence le 30 décembre. Il nous donne quelques idées de plats réalisés avec des produits locaux moins lourds que les habituels foies gras et autres dindes de Noël.

Au moment des courses, ne pas oublier non plus son panier ou un cabas pour limiter l’usage des sacs de caisse en plastique.

Pour la décoration de votre table, oubliez les nappes en papier, la vaisselle jetable ou les objets à usage unique, pour retrouver les nappes, serviettes, assiettes et verres traditionnels. C’est bien plus joli et le champagne y est meilleur que dans des gobelets !

 

 

Retrouvez l’intégralité de notre dossier dans notre édition du jour ou au feuilletage numérique

 

 

20
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Samedi se tient l’élection de Miss France. Selon-vous Miss Tahiti sera :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete