Fidji adoucit sa position

    vendredi 8 mai 2015

    Le Premier ministre fidjien refuse toujours de participer en personne aux réunions du Forum des îles du Pacifique (FIP), mais à l’avenir, le pays sera représenté par des membres de son gouvernement, assure-t-il. C’est le dirigeant fidjien qui l’a annoncé, au cours d’une réunion du groupe concurrent qu’il a créé, le Forum de développement des îles du Pacifique (FDIP – lire les repères).
    Fidji avait été suspendu de l’organisation régionale en 2009, pour ne pas avoir rétabli la démocratie trois ans après le coup d’Etat mené par Franck Bainimarama. Depuis les élections démocratiques de l’an dernier, le pays est de nouveau le bienvenu au sein du Forum, mais jusqu’à présent, le Premier ministre fidjien affirmait qu’il ne redeviendrait pas membre tant que l’Australie et la Nouvelle-Zélande conserveraient leur siège.
     
    Condescendance. Il l’assure, cette position n’est pas une sorte de revanche : « Il ne s’agit pas d’une position irréfléchie, basée sur le ressentiment envers l’Australie et la Nouvelle-Zélande pour leur attitude punitive à l’égard de notre programme de réforme, qui a produit la première véritable démocratie de l’histoire de Fidji. Je ne suis pas là juste pour l’ouvrir, comme l’a déclaré le Premier ministre néo-zélandais avec condescendance. »
    Franck Bainimarama estime que les deux grands pays de la région ne sont pas des nations insulaires, et qu’ils devraient se contenter d’être des « partenaires de développement ». Il a notamment reproché à l’Australie d’appartenir à « la coalition des égoïstes », « en particulier concernant la plus grande menace à notre sécurité à laquelle nous ayons dû faire face collectivement, en tant qu’insulaires du Pacifique : la montée du niveau des océans provoquée par les changements climatiques ».
     
    Doux. Malgré ces nouvelles piques, le Premier ministre a donc changé d’avis sur le Forum, et des membres du gouvernement participeront aux prochaines réunions, a-t-il indiqué.
    Un discours qui a surpris de nombreux observateurs, dont l’universitaire Richard Herr, basé à Fidji : « A bien des égards, ça a été un discours plus doux et réfléchi qu’attendu. Il a certes maintenu ses critiques envers l’Australie et la Nouvelle-Zélande, mais il a laissé la porte ouverte pour une réflexion plus poussée sur leur présence au sein du Forum. »
    Richard Herr considère aussi que ce changement de ton est « sage politiquement », et qu’il devrait contribuer à rassurer les voisins du Pacifique sur le fait que Fidji ne les force pas à se mettre de son côté. Il y a deux semaines, le ton était monté entre les Premiers ministres fidjien et samoan à propos du Forum du Pacifique.
     
    LNC

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete