Habillage fond de site

Fièvre jaune – Vaccin obligatoire pour rentrer au fenua

lundi 8 mai 2017

marine giard

Marine Giard, la responsable du bureau de veille sanitaire. (© Jennifer Rofès)

« Je pense que nous sommes dans la même situation que la Martinique et la Guadeloupe. Le haut conseil de santé publique a estimé que le risque d’intrusion était réel dans ces îles, donc chez nous aussi », a expliqué Marine Giard, la responsable du bureau de veille sanitaire, au sujet de la fièvre jaune.

En effet depuis le début de l’année, une épidémie sévit dans les états brésiliens du Minas Gerais et de l’Espirito Santo et, depuis le mois de mars, elle circule à Rio de Janeiro et de Sao Paulo. En février le haut conseil de la santé publique en France a mis en garde les Antilles françaises sur une possible introduction du virus sur leurs territoires.

Dès ce début de semaine, le bureau de veille sanitaire en Polynésie, a donc lui aussi émis des recommandations et obligations à toutes les agences de voyage du fenua. «Les voyageurs qui viennent de l’un des pays actuellement en phase d’épidémies de fièvre jaune ont l’obligation d’être vaccinés et ce, même s’ils sont en escale », précise Marine Giard.

Un contrôle sanitaire a d’ores et déjà été mis en place. « Avant de se rendre en Polynésie les voyageurs peuvent être contrôlés à l’embarquement. C’est arrivé, il y a peu à une Polynésienne qui faute de vaccination est restée bloquée à l’aéroport du Brésil. Elle n’a pas pu embarquer », confirme la responsable du BVS.

Les agences de voyage ont donc pour consignes d’avertir les voyageurs. Ceux-ci doivent être vaccinés au moins 10 jours avant leur départ ou leur retour sur le territoire. « La personne peut partir d’ici sans être vaccinée par contre elle devra impérativement l’être pour rentrer en Polynésie », souligne Marine Giard.

Les pays concernés par ces épidémies sont le Brésil, la Colombie, l’Équateur, le Pérou, la Bolivie, l’Uruguay, le Paraguay, le Suriname, le Venezuela, le Panama ainsi que la Guyane et la Guyane française.

« Les échanges avec ces pays sont bien réels, même s’ils sont moins nombreux qu’avec d’autres îles du Pacifique, le risque d’introduction et de propagation du virus sont possibles car le principal vecteur, le moustique Aedes Aegypti est présent en Polynésie. De plus le pays accueille régulièrement des voyageurs en provenance des zones à risque », a précisé Marine Giard avant d’ajouter « qu’une fièvre au retour d’un pays d’endémie doit immédiatement faire penser à la fièvre jaune, surtout si la personne n’est pas vaccinée ».

 

 

Jen.R

 

 

Pratique 

Centre de vaccination international en Polynésie. Avant de vous rendre dans un pays à risque, faites-vous vacciner contact : 40 48 62 05

89
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

La pose des silhouettes noires peut-elle avoir un impact sur les habitudes de circulation ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete