Fifa – Un tsunami planétaire et Blatter toujours debout

vendredi 29 mai 2015

Un tsunami a beau ébranler la Fifa, son capitaine reste à la barre: Joseph Blatter a été réélu vendredi à 79 ans pour un cinquième mandat de président, en plein scandale planétaire de corruption et sous une pression maximale.
Le Suisse, visiblement ému et soulagé, pouvait achever le 65e congrès à Zurich en plaisantant, en riant. Il a résisté aux attaques de la presse et de dirigeants politiques pour battre son unique concurrent, le prince jordanien Ali bin Al Hussein, qui l’a pourtant mis en ballottage.
A l’issue du premier tour, Blatter a raté de peu la majorité qualifiée des deux tiers, avec 133 voix, contre 73 au Jordanien et trois bulletins nuls, sur les 209 fédérations membres de la Fifa. Le Prince Ali (39 ans) est alors monté à la tribune pour annoncer son retrait.
« Je suis de bonne humeur, c’est normal, j’étais un peu nerveux avant ce Congrès », a commenté Blatter. 
Celui qui est entré à la Fifa en 1975 comme directeur des programmes de développement et la dirige depuis 1998 en a pourtant traversé, des crises. Mais jamais d’une telle ampleur, avec notamment l’opposition frontale de l’UEFA et de son président Michel Platini, qui lui a personnellement demandé jeudi de démissionner.
Mercredi au petit matin, les justices suisse et américaine déclenchaient un double séisme en lançant deux procédures distinctes pour des faits de corruption présumée à grande échelle, avec à la clef l’arrestation dans leur luxueux hôtel zurichois de sept élus de la Fifa, d’autres inculpations et des perquisitions de son siège.
La justice suisse enquête sur les conditions d’attribution des Coupes du monde 2018 (Russie) et 2022 (Qatar), nouveau rebond d’un feuilleton récurrent qui sent le soufre, et pour lequel l’enquêteur Michael Garcia a rendu son tablier après le refus de la Fifa de publier intégralement son rapport.
Mais c’est l’offensive américaine qui a le plus ravagé l’image déjà écornée de la Fifa: Loretta Lynch, la ministre de la Justice des Etats-Unis, est elle-même montée au créneau pour dénoncer un vaste système de corruption depuis les années 1990 portant, entre autres, sur l’attribution de plusieurs Coupes du monde, dont celle de 2010 en Afrique du Sud.
 

– Blatter-bashing –

 
La presse et les réseaux sociaux se sont alors déchaînés contre la Fifa en général et son patron en particulier, même s’il n’est lui-même visé par aucune poursuite judiciaire.
Des politiques ont également fait pression sur le Suisse, comme le Premier ministre britannique. « A mon avis, il devrait partir, a lancé David Cameron. Vous ne pouvez pas avoir des accusations de corruption à ce niveau et à cette échelle dans cette organisation et prétendre que la personne qui la conduit en ce moment est la bonne personne pour la faire avancer ».
Mais, se drapant en défenseur N.1 de la Fifa, Blatter s’est d’emblée posé en victime de cette nouvelle affaire et en meilleur rempart, comme il le fait à chaque crise depuis 2011 en se prévalant de ses réformes basées sur l’éthique.
Il a d’abord avancé la thèse de brebis galeuses qu’il ne « peut pas surveiller », puis est passé à un registre plus offensif: « Si le 2 décembre 2010, deux autres pays avaient été désignés organisateurs des Coupes du monde 2018 et 2022, je pense qu’on n’en serait pas là aujourd’hui », a lâché « Sepp », sous-entendant que ces nominations ont provoqué la colère de l’Angleterre, candidate déçue de 2018, et des Etats-Unis, frustrés de ne pas avoir été retenus pour 2022.
La Russie, par la voix de Vladimir Poutine en personne, est venue à son secours en accusant les Etats-Unis d’outrepasser leurs droits, dans une transposition au football d’une relation déjà tendue par le dossier ukrainien.
Le Qatar, de son côté, a assuré vendredi avoir respecté les « plus hauts standards éthiques » pour obtenir l’organisation du Mondial-2022.
Pour convaincre les fédérations, Blatter a du coup appelé à l’union sacrée, à « l’esprit d’équipe », mais aussi fait valoir son profil de « leader expérimenté, de leader fort » qui sait traiter avec les « partenaires politiques et économiques ». Sans oublier de jouer sur la corde de l’émotion: « Je veux rester avec vous! »
« On me rend responsable de la tempête, oui, d’accord, j’accepte cette responsabilité, je promets une Fifa forte, je veux remonter le chemin, arranger la situation de la Fifa, je veux une Fifa belle, robuste, sortie de la tempête », a-t-il promis.
 

– Prospérité augmentée, image dégradée –

 
L’Afrique (CAF) lui avait réitéré son soutien, et celui de l’Asie (AFC) lui semblait acquis, surtout depuis qu’elle avait retiré au Prince Ali son poste de vice-président asiatique de la Fifa d’après-congrès.
Le Jordanien a axé sa campagne et son discours de candidat sur sa volonté de « transparence » et de « regagner le respect du monde », mais n’a pu convaincre les membres d’une Fifa devenue très prospère sous la présidence Blatter.
La Fédération internationale a enregistré un bénéfice de 338 millions de dollars (308 M d’euros) sur la période 2011/2014 pour un chiffre d’affaires de 5,7 milliards de dollars (5,2 milliards EUR), grâce en grande partie aux revenus du Mondial-2014 au Brésil. Et ses réserves s’élèvent désormais à 1,5 milliard de dollars (1,36 md euros).
Blatter a aussi sans doute bénéficié de l’image forte de ce congrès, la poignée de mains entre les présidents des fédérations palestinienne et israélienne.
S’il conserve la barre de son navire, c’est dans un climat plus que délétère. Même après la réélection, Platini a jugé le changement « crucial » au sein d’une organisation qui « doit retrouver sa crédibilité ». 
Car la Fifa présente désormais une image largement dégradée, qui inquiète plusieurs multinationales sponsors de la Coupe du monde. Et reste surtout sous la menace de nouveaux épisodes judiciaires promis par la justice américaine.

    Edition abonnés
    Le vote

    Le Kitesurf :

    Loading ... Loading ...
    www.my-meteo.fr
    Météo Tahiti Papeete