Fifo – To’u Fenua e tona mau to’a : une ode à la danse masculine

    jeudi 4 février 2016

    Le Conservatoire artistique de la Polynésie française (CAPF) présente un film documentaire de 26 minutes intitulé To’u Fenua e tona mau to’a (Mon fenua et ses guerriers). Ce film, qui fait partie de la sélection Pacific Islands, concourt pour le grand prix du public. Il sera notamment diffusé salle Muriavai aujourd’hui à 19 h 25 et samedi à 20 heures. La trame du documentaire est portée par Tuarii Tracqui, alors élève du CAPF en fin de cursus, qui s’interroge sur le sens de sa recherche culturelle – et donc sur son avenir – dans l’univers de la danse et des arts traditionnels. Il est question de ‘ori Tahiti, mais vu et vécu par les hommes. De nombreuses figures de la danse traditionnelle s’expriment dans ce documentaire.
    À noter également une scène  tournée sur les espaces du marae Arahurahu de Paea, où Tuarii Tracqui crée une chorégraphie sur le prélude des suites de Bach pour violoncelle. Ce prélude est interprété par Simon Pillard, professeur de violoncelle, et Joachim Villedieu, à l’époque élève du conservatoire. Ce film a été réalisé par Claire Schwob, produit par le conservatoire et Creativ.Tv/ et financé par le Fonds Pacifique ainsi que le Pays.
    “L’idée était de mettre en avant une facette de la danse que, finalement, on n’a pas trop souvent l’occasion de voir : la danse masculine”, confie Claire Schwob. “On parle beaucoup des vahine et, même si les garçons sont présents, notamment à travers le Heiva, on n’avait pas encore cherché comment eux, ces jeunes garçons, ressentent ça. Et ce qui était assez intéressant pendant le tournage, c’est que j’ai rencontré beaucoup de jeunes à la fin des répétitions des groupes de danse et, systématiquement, lorsque je leur demandais pourquoi ils dansaient, ils me répondaient à 95 % : “C’est pour ma culture”. Mais si je posais une autre question derrière pour essayer de développer, ils n’arrivaient pas à répondre. Il n’y avait pas de réflexion et ça m’a donné envie de faire un documentaire où l’on montre la passion de jeunes garçons et celle d’anciens danseurs, pour qu’il y ait une espèce de raison d’être un peu plus développée que “ma culture”, point barre.”
    Le film a été acheté par TNTV. Et après le Fifo, To’u Fenua e tona mau to’a sera projeté fin mars au Festival Rochefort Pacifique en métropole.
    V.H.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete