Fin du congrès des communes : l’heure du bilan

    vendredi 5 août 2016

    congrès

    “Ça fait trop longtemps qu’on discute du développement économique avec le Pays”, a déclaré le président du SPCPF, Cyril Tetuanui, en attente d’un “véritable partenariat”. (Photo : Anne-Charlotte Bouleau)


    Une résolution aux allures d’ultimatum

     

    Au terme de quatre jours de conférences et d’ateliers, l’heure était au bilan, hier, pour le 27e congrès des communes, organisé cette année à Taiarapu-Est, autour de la thématique du développement économique. Les conclusions des travaux de la veille ont été présentées en séance plénière.

    Parmi les problématiques majeures retenues par les élus rapporteurs figurent le développement d’un partenariat équilibré, l’égalité pour tous – quel que soit l’archipel ou la couleur politique –, l’adoption d’une stratégie prenant en compte la population et les spécificités locales, mais aussi la place du numérique, le tout dans un souci de concrétisation.

    Lors de son intervention, le ministre de la Relance économique, Teva Rohfritsch, a rappelé que la ligne directive du gouvernement était celle de la concertation et de la complémentarité, selon la volonté du président du Pays, en prenant soin de mettre en garde les communes vis-à-vis du caractère “définitif et exclusif” du transfert d’éventuelles compétences en matière économique.

    Pour la troisième et dernière fois, Louis Savoie, expert en économie, a présenté son analyse, retenant “une volonté forte d’agir pour le bien de la population” de la part des élus.

     

    Trois mois pour trouver un accord

     

    Un regard visiblement partagé par les invités métropolitains et ultramarins, dont un élu calédonien, qui a interpellé le haut-commissaire de la République, René Bidal, sur la capacité des tavana à dépasser leurs divergences politiques, pour aller de l’avant.

    À son tour, le président du syndicat pour la promotion des communes de Polynésie française (SPCPF), Cyril Tetuanui, a pris la parole pour annoncer la résolution générale du congrès.

    “Pourquoi serions-nous réduits aux seuls rôles d’aiguilleur et de guichet ?”, lance-t-il au terme d’une série d’interrogations, avant d’entrer dans le vif du sujet, sans détour.

    “Aujourd’hui, nous demandons donc à ce que, d’ici trois mois, au plus haut niveau du Pays et des communes, soient décidées les modalités de ce travail qui permettra de définir la vision partagée de l’avenir à bâtir”, ajoute le porte-parole des élus, en insistant sur la capacité des communes à agir en autonomie, dans des limites à définir avec le Pays, et la nécessité d’un “véritable partenariat”, en amont et tout au long de l’élaboration des projets.

    “Ça fait trop longtemps qu’on discute du développement économique avec le Pays. Convention ou transfert de compétence, cela reste à définir au cas par cas, mais on veut du concret !”, a précisé Cyril Tetuanui à l’issue de son intervention.

    D’après le syndicat, en fin d’après-midi, une trentaine de maires avait d’ores et déjà signé la résolution, amenée à circuler dans les prochains jours. Le bilan du congrès, ainsi que les travaux portant sur les accords de Papeete, le projet de loi sur l’égalité réelle et le projet de toilettage du statut de la Polynésie française devraient être présentés au gouvernement prochainement.

     

    A.-C.B.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete