Fin de traque sanglante pour les trois Islamistes

    vendredi 9 janvier 2015

    La traque des auteurs présumés de l’attentat sanglant contre Charlie Hebdo s’est achevée dans le sang vendredi: les deux frères Kouachi, un proche lié aux milieux radicaux islamistes et plusieurs otages ont été tués.
    Depuis l’attaque contre l’hebdomadaire satirique mercredi, qui a bouleversé le monde entier, le bilan total est de 20 morts.
    Après plusieurs heures de confrontation, les policiers et gendarmes d’élite ont donné quasi-simultanément l’assaut à Dammartin-en-Goële, en Seine-et-Marne, où Saïd et Chérif Kouachi étaient retranchés depuis le matin dans une petite imprimerie avec un otage, et dans une supérette casher de l’est parisien, où un homme lourdement armé lié à un des frères retenait au moins cinq personnes.
    Les frères Kouachi ont été tués en tentant de sortir en tirant pendant l’assaut, lancé à 16H57. L’otage, qui s’est mis à l’abri dans une pièce de l’entreprise, au moment de la sortie des deux hommes, a été libéré indemne et un membre du GIGN blessé. A Paris, Amedy Coulibaly a lui aussi été tué au terme d’un assaut sur le magasin « Hyper Cacher ». Quatre autres corps ont été retrouvés dans le supermarché et quatre personnes ont été très grièvement blessées. Certaines victimes avaient été tuées dans une fusillade au début de la prise d’otages.
    L’assaut a débuté par au moins deux détonations et des flashes de lumière, plusieurs dizaines de policiers se sont ensuite précipités à l’intérieur. Plusieurs otages, parmi lesquels un petit garçon, ont pu sortir et ont rapidement été pris en charge par les policiers.
    Amedy Coulibaly, délinquant multirécidiviste de 32 ans déjà condamné dans une affaire d’extrémisme islamiste, avait rencontré Chérif Kouachi en détention, où il s’est radicalisé. Né à Juvisy-sur-Orge, il est également soupçonné d’être l’auteur d’une autre fusillade mortelle jeudi à Montrouge, en banlieue parisienne, dans laquelle une jeune policière municipale a été tuée et un employé blessé.
    Les deux hommes avaient été impliqués en 2010 dans l’enquête sur une tentative d’évasion de Smaïn Aït Ali Belkacem, ancien du Groupe islamique armé algérien (GIA), condamné pour l’attentat à la station RER Musée d’Orsay en octobre 1995 à Paris. Kouachi avait bénéficié d’un non-lieu. Coulibaly avait été condamné à cinq ans de prison en décembre 2013, peine qu’il a achevé de purger en mai dernier compte tenu des remises de peine.
    Un avis de recherche a également été lancé pour la compagne de Coulibaly, Hayat Boumeddiene, 26 ans, dont le sort n’était pas connu.
    C’est un drame. Ca veut dire quoi, nous les juifs de France, on doit partir en Israël? », se demandait Ilan, 20 ans, kippa sur la tête, qui observait avec deux copains le déploiement des policiers dans le quartier de la porte de Vincennes, totalement bouclé.
    Chérif et Saïd Kouachi, 32 et 34 ans, auteurs présumés de l’attaque contre Charlie Hebdo qui a fait 12 morts au total, s’étaient retranchés dans la matinée avec un otage dans les locaux d’une petite imprimerie de la zone industrielle de Dammartin-en-Goële, après un échange de tirs nourris avec les forces de l’ordre, qui les avaient repérés au volant d’une voiture volée.
    La petite ville a passé la journée en état de siège, écoles évacuées, commerces fermés et habitants barricadés chez eux. Des hélicoptères survolaient sans cesse le site.
     

    – Kalachnikov et lance-roquette –

     
    Les frères Kouachi, Français nés à Paris de parents algériens, étaient traqués depuis leur identification quelques heures après l’attentat contre Charlie Hebdo, le pire qu’a connu la France depuis plus d’un demi-siècle.
    Tous deux sont des jihadistes dont le nom est inscrit « depuis des années » sur la liste noire américaine du terrorisme, selon une source américaine.
    Chérif était bien connu des services français: surnommé Abou Issen, il avait fait partie de la « filière des Buttes-Chaumont » pour envoyer des jihadistes en Irak, où lui-même entendait se rendre en 2005 avant d’être interpellé. Il avait été condamné pour ces faits en 2008 à trois ans de prison, dont 18 mois avec sursis.
    Saïd semblait plus discret. Mais selon un responsable américain et une source française proche du dossier, il s’était rendu au Yémen en 2011 pour s’entraîner avec Al-Qaïda au maniement des armes.
    Le président François Hollande s’était rendu dans la matinée au ministère de l’Intérieur. Il a appelé « tous les citoyens » à participer dimanche aux « marches républicaines » prévues pour dénoncer l’attentat, et à refuser toute « surenchère » ou « stigmatisation », alors que des lieux de culte musulmans ont été ciblés depuis l’attentat.
    Israël a de son côté exprimé son inquiétude devant « l’offensive terroriste » en France.
    La tuerie dans les locaux de Charlie Hebdo, régulièrement menacé depuis 2006 et la publication de caricatures de Mahomet, n’a pas été revendiquée. Ses auteurs, qui ont crié « Allah Akbar » et « on a vengé le prophète », ont été salués comme des « héros » par le groupe jihadiste Etat islamique actif en Syrie et en Irak.
    Vendredi matin, les insurgés islamistes somaliens shebab ont également loué « deux héros ».
     

    – ‘Je suis Charlie’ –

     
    Une très forte émotion a saisi la France après l’attaque dans laquelle ont notamment été tués certains des caricaturistes français les plus connus, Wolinski et Cabu. Quatre personnes grièvement blessées ne sont plus en danger de mort.
    Au lendemain de la journée de deuil national, marquée par un slogan – « Je suis Charlie » – et une minute de silence qui a figé le pays, les imams de France ont été invités par les grandes fédérations musulmanes à condamner « avec la plus grande fermeté la violence et le terrorisme » lors de la grande prière du vendredi.
    Dimanche, ce sera le tour des « marches républicaines » à l’appel des principaux « partis républicains » de tous bords, de syndicats, d’associations et des grandes fédérations musulmanes. Mais « l’unité nationale » annoncée s’est fissurée, Marine Le Pen dénonçant « l’exclusion » du Front national, contre laquelle s’est également élevée l’UMP.
    Les membres survivants de la rédaction de « Charlie » ont décidé de sortir mercredi un nouveau numéro tiré à un million d’exemplaires, sur lequel ils ont commencé à travailler vendredi matin dans les locaux de Libération. « Ce n’est pas la connerie qui va gagner », a lancé l’urgentiste Patrick Pelloux, chroniqueur de l’hebdomadaire.

    AFP

    AJOUT : Le président François Hollande et le Premier ministre Manuel Valls devaient s’exprimer vendredi soir, alors que les chefs de gouvernement britannique David Cameron, italien Matteo Renzi, ainsi que le président du Conseil européen Donald Tusk ont annoncé leur participation à une marche contre le terrorisme prévue dimanche à Paris.

    Carlos Roquigny 2015-01-10 23:51:00
    Christian Lambert, né le 5 juin 1946 à Corbeil-Essonnes (Essonne), est un ancien commissaire de police, devenu préfet.

    Ce qui suit se passe d'explications, lisez plutôt.

    L’invasion de l’islam en France et dans le monde
    7 janvier 2015 par Lambert Christian dans International, Islam, Politique avec 67 commentaires

    Dans la paisible localité de Joué-les-Tours en Touraine, la plus française des provinces de France, un immigré venu d’Afrique centrale a poignardé trois policiers du commissariat au cri d’« Allah ouakbar ». Peu après, le 21 décembre, un autre musulman a lancé sa voiture sur la foule à Dijon, faisant une dizaine de blessés, dont une mère de famille et sa petite fille de 3 ans.

    Ces agressions criminelles sont significatives. Elles donnent la certitude que d’autres se produiront, dans un pays dont les dirigeants ont, depuis des décennies, commis l’erreur gigantesque de faire venir des millions de musulmans.

    Avant la dernière guerre mondiale, l’islam ne posait aucun problème. Tous les pays musulmans étaient sous le contrôle des puissances occidentales. La croisière jaune de 1931 en fait foi. De Beyrouth à la Chine, elle suscita l’admiration et le respect des populations musulmanes traversées. À Beyrouth, à Bagdad, à Téhéran, on présenta les armes à la mission française. En Iran, le jeune prince Mohammad Reza, futur empereur, sollicita l’honneur d’effectuer un parcours dans l’une des 8 voitures de la mission.

    Mais voici que la décolonisation, imposée par Roosevelt et Staline, au mépris des réalités humaines élémentaires des pays colonisés, aussi bien en Afrique qu’en Asie, créa le chaos. À la paix et au développement, succédèrent la guerre et la misère.

    Ayant voyagé naguère, sans la moindre idée d’une agression possible, au Moyen-Orient, au Sahel, en Afrique centrale, dans le sud islamisé de la Thaïlande, je mesure aujourd’hui les progrès fulgurants de l’islam, en guerre contre l’Occident.

    Cette religion, qui est, en réalité, un système politique totalitaire, est en voie de dominer tout le Proche et le Moyen-Orient, sauf Israël – mais Israël reste la cible –, le Sahel africain, le Maghreb et le Machrek, le sud de la Thaïlande, l’Indonésie (pays autrefois bouddhiste), et l’ouest de la Chine…

    L’Europe de l’Ouest, où résident quelque 40 millions de musulmans, et l’Amérique du Nord, sont en proie à des attentats qui se multiplient. En Afrique, de mai à novembre de cette année, 342 incidents terroristes ont été recensés, qui ont tué 3 398 personnes, dont 2 400 en Afrique du Nord et au Sahel francophones. Et, dans la seule Sicile, il est arrivé depuis janvier 160 000 immigrés, en grande majorité musulmans…

    On notera, par ailleurs, que cette immigration massive est liée à tous les trafics imaginables, et d’abord à celui de la drogue, sans parler du coût très élevé des tentatives d’endiguement de l’Occident.

    En 2014, les États-Unis auront dépensé 800 millions de dollars dans le programme « d’aide à la sécurité » (sic) en Afrique et l’Union européenne a investi 1,2 milliard d’euros dans des opérations de « maintien de la paix » (sic), toujours en Afrique !

    Au rythme actuel de la progression de l’islam, synonyme de barbarie dans l’État islamique d’Irak et chez Boko Haram au Nigéria, on peut prévoir que, dans les 50 prochaines années, l’Europe sera à feu et à sang.

    Pour mettre fin à cette invasion multiforme, que font l’Occident et, en particulier, la France ? Pratiquement rien. Ils déplorent. Non seulement, en France, l’État socialiste est impuissant, mais on est en droit de se demander s’il n’est pas complice – en tout cas, stupide.

    N’ai-je pas entendu un « expert » socialiste déclarer que les auteurs musulmans des récentes agressions étaient atteints d’un délire passager – que pourrait sans doute guérir une thérapie adaptée, dans un esprit démocratique, imprégné de valeurs républicaines ! On voit que ce socialiste n’a pas encore reçu un coup de poignard démocratique imprégné de valeurs républicaines…

    On entend aussi Hollande et Valls répéter que « l’islam est parfaitement compatible avec la démocratie » et que critiquer l’islam est un racisme qui doit être sanctionné. Alors comment doit-on qualifier l’agression contre un jeune ménage juif à Créteil par deux Noirs et un Arabe, tous musulmans ? Un crime de bienfaisance ?

    Et voilà qu’après la construction de mosquées somptueuses aux frais du contribuable français et chrétien, on cherche à interdire les crèches de Noël pour les remplacer – pourquoi pas ? – par une kaaba en miniature, surmontée d’une bougie en forme de minaret ! En lieu et place de l’âne et du bœuf, on aurait, agenouillés, Hollande et Valls murmurant « Allah ouakbar »…

    Tout ceci est le signe du déni et de l’impuissance. Le mal est fait, il faudra en subir les conséquences.

    Dans quelque temps, des milliers de djihadistes, de retour de l’État islamique, se re­trouveront en France, ne sachant rien faire d’autre que manier des armes et des explosifs, difficiles à surveiller, car ils vivent en symbiose au sein de la population musulmane majoritaire dans nos banlieues.

    Le ministre de l’Intérieur lui-même a révélé que, depuis l’été 2013, la police a déjoué plusieurs projets d’attentats graves.

    Il n’en sera pas toujours ainsi. Si, un jour, les fidèles, à la messe de Notre-Dame de Paris, sont fauchés au fusil-mitrailleur ou si un camion piégé explose devant le musée du Louvre, que feront les pouvoirs publics ? Ils déposeront des fleurs et appelleront au rassemblement des contribuables pour régler la facture !

    « Ne faites pas d’amalgame, me dit-on, la grande majorité des musulmans sont des gens paisibles. » Sans doute, mais, dès lors qu’ils sont dominants dans une société, très logiquement, les musulmans se conforment à la loi de leur religion et on en revient, avec la barbarie et l’obscurantisme, aux débuts de l’islam – dont Allah « le tout-puissant » a promis qu’il régnerait sur le monde, après avoir éliminé par le glaive le juif, le chrétien et le mécréant.

    Le seul espoir pour l’Occident, c’est la haine qui sépare sunnites et chiites, les uns et les autres étant bien décidés à s’entre-tuer jusqu’à la fin des temps !

    Christian Lambert
    l''éternel lecteur 2015-01-10 03:14:00
    Enième rappel: un extrémiste n'est pas une personne religieuse et il y en a partout. Si l'on suit votre logique, il y en a chez les musulmans mais malheureusement aussi dans toutes les religions alors que ces gens-là ne sont en rien religieux. Aucune religion, aucun Dieu ne prône la guerre, au contraire. Le risque dont vous parlez s'appelle se fermer du monde et tomber dans le piège tendu par les partis d'extrême droite car je vous rappelle que les assassins de ces jours ci sont français comme vous et moi; le problème n'est pas là mais dans la dérive qui a fait qu'ils ont été tentés par la barbarie.; éduqons, parlons, communiquons et ne rejetons pas avec des idées fausses et dangereuses. C'est parce qu'il n'y a pas discussions, de lieux de cultes que la porte est ouverte aux extrémismes de tous poils.
    quinton 2015-01-09 08:35:00
    attentat a Charlie habdo, plus jamais ça, et mobiliser vous, jamais ça en POLYNESIE
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete