Habillage fond de site

Fonction publique : 74,5% de grévistes dans le premier degré

mercredi 11 octobre 2017

grève enseignant

Selon les organisateurs de la journée de grève, près de 2 000 fonctionnaires d’État de Polynésie s’étaient mobilisés, hier matin, au Stade Bambridge. (© Jennifer Rofès)


La grève des fonctionnaires d’État a connu, hier matin, une forte mobilisation. Ce sont près de 2 000 fonctionnaires enseignants, agents techniques et administratifs, ainsi que des fonctionnaires du Trésor public et des douanes qui se sont rassemblés au stade Willy Bambridge. La direction générale de l’Éducation et des enseignements (DGEE) établit un nombre de 74,45 % d’enseignants grévistes pour le premier degré et de 24,21 %  pour le second degré.

La grève des fonctionnaires d’État a connu, hier matin, une forte mobilisation. Selon le représentant syndical de l’Union nationale des syndicats autonomes (Unsa), Temarama Varney, ce sont près de 2 000 fonctionnaires enseignants, agents techniques et administratifs ainsi que des fonctionnaires du Trésor public et des douanes qui se sont rassemblés au stade Willy Bambridge, hier matin.

Ils étaient venus en nombre pour protester contre les dernières mesures que souhaitent mettre en place le gouvernement central avec, notamment, la restauration de la journée de carence pour les enseignants ou le report des augmentations de salaires prévues dans le cadre du parcours professionnel carrière et rémunération (PPCR) et le gel du point d’indice.

Ce cortège était toutefois composé en grande majorité d’enseignants avec près de 1 300 professeurs mobilisés.

 

 
85 % de grévistes dans le premier degré

 

Selon Temarama Varney, 85 % des enseignants du premier degré ont suivi le mouvement, contre 30 % pour le second degré.

De son côté, la direction générale de l’Éducation et des enseignements (DGEE) parle de 74,45 % d’enseignants grévistes pour le premier degré et de 24,21 %  pour le second degré.

Toujours est-il que l’intersyndicale s’est dite satisfaite du suivi général qui est, selon elle, plus important que lors de la dernière grève menée en 2014, où le nombre de fonctionnaires dans la rue était alors de 1 200.

Le secrétaire général du haut-commissaire les a reçus, comme convenu, hier matin. Mais la visite au ministère et au vice-rectorat n’a finalement pas eu lieu.

“Nous n’avons pas finalement  demandé à la ministre de nous recevoir car il ne s’agissait pas uniquement des enseignants. Nous avons, par contre, demandé au vice-recteur de nous rejoindre chez le haut-commissaire mais il n’a pas souhaité se déplacer”, explique Temarama Varney.

Les doléances de l’intersyndicale ont cependant bien été prises en compte par le haut-commissariat, qui s’est engagé à les transmettre à Paris.

Selon le représentant syndical, tout est désormais dans les mains du gouvernement central qui doit se retrouver à la table des négociations la semaine prochaine.

Pour l’heure, enseignants et autres fonctionnaires d’État ont repris le chemin de l’école ou de leur travail, aujourd’hui.

grève papara grève mahina

Jen.R

 

 

26
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

La pose des silhouettes noires peut-elle avoir un impact sur les habitudes de circulation ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete