FOOT Coupe de France – Ça sera chaud à Pater

    vendredi 13 novembre 2015

    C’est assez singulier pour être souligné : c’est l’équipe hôte qui doit s’atteler à récupérer au plus vite du décalage horaire ! En effet, l’AS Pirae, forte de six éléments ayant participé au tournoi intercontinental de Dubaï, ne bénéficiera pas complètement de cet avantage incontestable au moment de fouler la pelouse du stade Pater demain après-midi. 
    Les Tiki Toa ne sont en effet rentrés des Émirats arabes unis que lundi soir alors que l’équipe de Pontivy est arrivée la veille. Un handicap certain que Marama Vahirua, le joueur-entraîneur des Orange, a anticipé dans la préparation de son équipe, toujours perturbée par les problèmes internes avec l’équipe dirigeante. 
    “Je pense que nous sommes prêts à jouer ce match. Maintenant, il n’y a pas de vérité autre que celle du terrain. La moitié de notre effectif titulaire est revenue de Dubaï, et le groupe est enfin réuni. C’est un match vraiment particulier pour nous parce qu’on a envie de s’en servir pour repartir sur de meilleures bases, et ce quel que soit le résultat. C’est avant tout la manière qui nous intéresse même si nous souhaitons nous qualifier avant tout. Du côté des entraînements, on a axé le travail sur le physique et l’esprit de cohésion. Un secteur dans lequel nous avons péché ces derniers temps.” 
    On l’a bien compris, avant de penser au ballon, c’est l’idée de reformer un groupe qui prédomine. Les trois entraînements qui ont séparé l’arrivée des Tiki Toa du jour du match ne permettant pas de travailler de manière significative bien des aspects techniques. Ce sont donc des séances très spécifiques, comme les coups de pied arrêtés, qui ont été concoctées par l’ancien professionnel, qui a eu le privilège de soulever le trophée en 1999 avec le FC Nantes. 

    Les aspects pratiques abordés

    Hier matin, les responsables des deux clubs étaient présents à Pater en compagnie des représentants de la Fédération tahitienne de football, du délégué de la fédération française et de l’arbitre de la rencontre, Stéphanie Frappart. Outre l’aspect cérémoniel, des questions plus pratiques ont été abordées, notamment en ce qui concerne le “water break”, une pause rafraîchissement qui devrait se faire au cours de chaque mi-temps, quand l’arbitre le jugera utile. 
    Les maillots, offerts par la FFF, ont aussi été remis aux représentants de chaque club, Denis Gauthier, vice-président de Pontivy, et Heimana Salem pour Pirae. Le vert sera la couleur des Bretons et le blanc, autre couleur parfois utilisée par les Orange, pour Pirae. Les quelques instants passés en plein soleil sur la pelouse au cours de la matinée ont rappelé à chacun combien il sera dur de jouer à cette heure inhabituelle, mais rendue obligatoire en raison d’un problème d’éclairage (pylône défectueux). 
    Du côté de Pontivy, l’équipe tente de s’adapter à ces conditions depuis son arrivée, en programmant des entraînements à l’heure du match. Pour Denis Gauthier, la fatigue du voyage a été assimilée et toute l’équipe se focalise sur l’objectif sportif tout en appréciant au quotidien les conditions d’hébergement (NDLR : hôtel en bord de mer avec piscine) auxquelles elle est peu habituée. Il se dit convaincu que l’équipe qui gérera le mieux cet élément remportera la rencontre. Ce n’est pas Naea Bennett, capitaine de Pirae et des Tiki Toa, qui l’a contredit. Lui qui pense que le fait d’avoir évolué dans des conditions similaires à Dubaï peut servir son équipe. Réponse demain. 

    Luc Ollivier

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete