Habillage fond de site

Football – Huit ans pour arriver en Coupe du monde

mercredi 17 avril 2019

Après le poste de directeur technique de l’OFC, Patrick Jacquemet est désormais directeur du football à l’OFC. Photo : DR

Après le poste de directeur technique de l’OFC, Patrick Jacquemet est désormais directeur du football à l’OFC. (Photo : DR)


Patrick Jacquemet, ancien joueur de Vénus et ex-directeur technique de la FTF, est désormais chargé du développement du football océanien. Il était à Tahiti la semaine dernière pour animer un séminaire de formation réunissant les directeurs techniques de la Confédération océanienne. L’objectif de l’OFC est d’aligner une voire deux équipes d’Océanie au Mondial 2026 de la Fifa qui se déroulera selon un format élargi avec 48 équipes.

Après avoir évolué en tant que joueur professionnel en deuxième division métropolitaine dans les années 1980, Patrick Jacquemet arrive à Tahiti en 1992. Dans un premier temps pour seulement trois mois afin de dépanner le club de Vénus dont le gardien de but était blessé. “J’ai pu finir la saison car il restait quelques matches de championnat et Vénus a fini champion cette saison, je m’en rappelle même si ce n’était pas grâce à moi, mais c’est d’autant plus mémorable que l’équipe a fait le doublé en remportant la Coupe”, se souvient celui qui vient d’occuper le poste de directeur technique de la Confédération océanienne de football (OFC) jusqu’en début d’année.

Après ces trois premiers mois à Tahiti, il enchaînera sur une participation à la Ligue des champions d’Océanie, puis le maire de Mahina de l’époque, Émile Vernaudon, lui demandera de rester. “De simple statut de joueur, je suis passé responsable de l’école de football puis du développement en général tant à Vénus qu’à la mairie pour les autres sports. En 2000, j’ai arrêté cette carrière et j’ai été recruté avec Eddy Etaeta en tant que cadre technique de la Fédération tahitienne de football où j’ai travaillé pendant cinq ans en occupant des postes dans les programmes de l’élite et de la sélection tahitienne et j’ai aussi été entraîneur de la sélection A, des U-17, des U-14”, précise Patrick Jacquemet.

Sa carrière va ensuite passer à un niveau régional puis international.

 

“Chapeauter tout le programme élite”

 

En 2005, j’ai eu l’opportunité de rejoindre la Fifa pour la région de l’Océanie puisqu’à l’époque, Reynald Temarii en était le président et il m’avait demandé si cela m’intéressait d’occuper un poste à la Fifa puisqu’il manquait des francophones. Les bureaux de la Fifa étant basés en Nouvelle-Zélande, j’ai été obligé de bouger avec ma petite famille tahitienne à Auckland où j’ai évolué”, ajoute Patrick Jacquemet.

De 2005 à 2010, il est alors agent Fifa assistant au responsable de la zone en charge des pays francophones, puis en 2010, la Fifa crée une nouvelle position de technicien chargé du développement. “Ils m’ont proposé le poste de directeur technique de l’OFC, donc j’avais deux chapeaux, Fifa et OFC. Cela jusqu’en 2016 ou j’ai choisi de rester OFC au poste de directeur technique. Et là, en ce début d’année 2019, il y a eu une restructuration et je suis passé directeur du football, c’est-à-dire que je m’occupe pas uniquement du développement, mais je vais chapeauter tout le département social, arbitrage, programme élite et sélections”, poursuit l’ancien gardien de but.

Sa mission désormais, et il l’a acceptée avec enthousiasme, est de faire en sorte qu’il n’y ait pas une, mais deux équipes océanienne en Coupe du monde, d’où un sacré travail à réaliser dans les années à venir pour tirer les équipes vers le haut niveau. Car avec le nouveau format de Mondial à 48 équipes voulu par la Fifa, en plus de l’équipe qui sera directement retenue suite au tournoi qualificatif de l’OFC, une autre équipe océanienne ira automatiquement en pré-barrage de la Coupe du monde.

“Si la Nouvelle-Zélande se qualifie, on aura au moins une équipe des îles qui fera ce tournoi qualificatif avec les autres confédérations, et les deux meilleures partiront à la Coupe du monde. Notre objectif est de viser deux places et donc notre plan de développement sur huit ans est destiné à préparer la nouvelle génération d’entraîneurs et de joueurs. Tout notre plan est basé là-dessus”, conclut Patrick Jacquemet.

Formation des joueurs et des cadres et amélioration des infrastructures et de tout ce qui tourne autour du football avec le soutien de la Fédération française, de la Fifa et de l’OFC sont donc au programme des huit années à venir. Du pain sur la planche pour qu’un jour, le drapeau tahitien puisse flotter sur le toit de la planète foot.

 

Jean-Marc Monnier

 

patrick jacquemet

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Pensez-vous que la visite de la ministre de la Justice au fenua pourrait régler le problème foncier ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete