Habillage fond de site

FORMATION – Convention entre l’armée de terre et la Polynésie française

mercredi 7 février 2018

La ministre du Travail et de la Formation professionnelle, Tea Frogier, a signé hier matin une convention de partenariat avec le centre d'information et de recrutement des forces armées de Polynésie française.

La ministre du Travail et de la Formation professionnelle, Tea Frogier, a signé hier matin une convention de partenariat avec le centre d’information et de recrutement des forces armées de Polynésie française.

Une convention a été signée, hier matin, entre la Polynésie française, représentée par la ministre du Travail et de la Formation professionnelle, Tea Frogier, et le centre d’information et de recrutement des forces armées (Cirfa), représenté par le colonel Éric Forestier.

Cette convention vise, selon la ministre du Travail, à promouvoir des parcours professionnels, cohérents et sécurisés, auprès d’un public issu des parcours de formation du centre de formation professionnelle des adultes (CFPA) et du service de l’emploi, de la formation et de l’insertion professionnelles (Sefi).

« Beaucoup de jeunes n’ont pas de projet professionnel, ils n’arrivent pas à se projeter. C’est pourquoi il est, à mon sens, intéressant de leur ouvrir une porte, une perspective de carrière, dans des métiers qu’ils n’auraient peut-être pas envisagés et qui peuvent susciter des vocations futures », a-t-elle déclaré.

Cette convention permet, en effet, de garantir le recrutement de jeunes Polynésiens par le Cirfa en qualité d’officier, sous-officier et militaire du rang et assure également un suivi optimal du demandeur par des échanges d’informations le concernant.

« Nous recherchons un panel très large de profils, avec ou sans diplômes, allant du cuisinier à l’informaticien, car notre rôle est de sélectionner et orienter le candidat à l’engagement », précise le colonel Éric Forestier, qui espère recruter près de 300 Polynésiens en 2018, âgés de 18 à 32 ans.

« Avant d’être sélectionnés, les candidats passeront des tests psychologiques et justifieront d’une aptitude physique. Les candidats signeront ensuite un contrat de cinq ans, renouvelable. Leur première affectation se fera exclusivement en métropole, car on cherche avant tout des soldats qui portent les armes de la France. Leur dernière année de contrat est généralement consacrée à la reconversion professionnelle de la personne, si celle-ci ne souhaite pas s’engager plus longtemps dans l’armée », explique le commandant du groupement recrutement sélection Ile-de-France et Outre-mer.

Le colonel Éric Forestier se fixe toutefois comme objectif d’intéresser une cinquantaine de Polynésiens pour entrer dans l’armée de terre. « Le Polynésien est discipliné, ce qui en fait un excellent soldat. »

En 2017, l’armée de terre a recruté 327 Polynésiens, dont 18 % de femmes, partis depuis en formation.

 

 

Jen.R.

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Selon-vous, qui sera élue Miss Tahiti 2018 ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete