Une formation pour inciter les administrés à se déplacer à bicyclette

    mardi 2 août 2016

    vélo

    Une quinzaine de jeunes issus des quartiers prioritaires de Punavai plaine participe à cette formation animée par Baptiste Sureau, le premier coursier à vélo de Tahiti. (Photo : Élénore Pelletier)


    “La mobilité par le vélo, c’est plus écolo !”

     

    “La mobilité par le vélo, c’est plus écolo !”, voilà le message que la commune de Punaauia souhaite faire passer à ses administrés. L’an dernier, le service développement durable de la mairie avait sensibilisé ses agents à réduire l’utilisation de leur véhicule, dans le cadre de la Semaine de la mobilité.

    “L’idée était de les inviter à se rendre au travail par un autre moyen de transport que la voiture. La plupart étaient venus à vélo. L’opération a bien fonctionné et certains ont même continué à venir en vélo après la Semaine de la mobilité”, explique-t-on à la mairie.

    Cette fois, la commune a décidé de s’attaquer aux habitants de Punaauia, en organisant une formation pour encourager ses administrés à se déplacer à vélo. Celle-ci a démarré hier, avec une quinzaine de jeunes sans emploi de Punavai plaine.

    Elle est animée par Baptiste Sureau, gérant de Manacycle express, un service de coursier à vélo, qui a vu le jour en 2015.

    “L’idée, c’est de leur montrer tous les avantages qu’il y a à pratiquer le vélo au quotidien. Pour que celui-ci ne soit pas seulement un loisir du dimanche, mais qu’il devienne un moyen de transport à part entière pour chercher du travail, déposer des documents administratifs,  faire ses courses”, explique ce dernier.

    S’il est pratique, le vélo est également un moyen de déplacement respectueux de l’environnement. C’est pourquoi Baptiste Sureau a prévu de leur parler de développement durable, de pollution et de changement climatique.

    “De toute façon, après ce que je vais leur dire sur l’utilisation de la voiture et autres engins à moteur, ils ne voudront plus jamais les utiliser !”, s’amuse à dire le jeune homme.

    Pour la commune, le vélo présente de nombreux avantages : peu onéreux, c’est un moyen de transport accessible à tout âge, qui contribue à rester en bonne santé et qui n’a aucun impact négatif sur l’environnement. Et qui, une fois maîtrisé, permet à chacun de sortir de son quartier pour chercher du travail.

    C’est pourquoi, dans son plan général d’aménagement (PGA), elle a prévu la création de nouvelles pistes cyclables pour développer son utilisation, notamment dans la plaine.

    Au cours de la formation, la gendarmerie interviendra auprès des bénéficiaires pour leur rappeler les règles de la sécurité routière et la direction des transports terrestres leur proposera des tests de maniabilité à travers des parcours d’initiation.

    Puis, au côté de Baptiste Sureau, ils arpenteront les routes de Punaauia pour se familiariser avec la circulation sur la voie publique.

    “L’idée, c’est de leur montrer qu’on est légitime sur la route. On n’a pas à se mettre sur le côté ou sur le trottoir. On a notre place dans la circulation. Le vélo peut paraître dangereux, mais en réalité, moins on est nombreux à faire du vélo, plus c’est dangereux. C’est un cercle vicieux, en fait. C’est vrai que pour le moment, ce n’est pas l’idéal, il n’y a pas beaucoup d’aménagements, mais c’est à nous de faire en sorte que ça se développe et d’être pionniers en la matière”, lance le formateur.

    Si presque tous les bénéficiaires de la formation possèdent un vélo, certains n’en ont pas. La commune se charge donc de les équiper. Le service environnement de la mairie a ainsi récupéré plusieurs carcasses de vélos abandonnés par les administrés.

    Il ne restera plus qu’à les “retaper”, grâce aux précieux conseils du gérant de Manacycle express, au cours des ateliers “réparation et entretien de vélos”, organisés tous les mercredis après-midi jusqu’au 16 septembre.

    L’autre objectif de la formation : la mise en place d’un gros événement dans la commune, le 17 septembre, dans le cadre de la Semaine de la mobilité.

    “Nous voulons que les stagiaires animent l’événement, à travers des ateliers de réparation, des parcours ludiques… ou autres choses, selon leurs envies”, explique-t-on à la mairie.

    L’objectif étant, bien entendu, que les bénéficiaires d’aujourd’hui deviennent les vélo-ambassadeurs de demain.

     

    É.P.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete