Habillage fond de site

France Ô grossit le trait sur les obèses

vendredi 2 juin 2017

investigations

Au sommaire du magazine de France Ô, Investigatiôns, “Enfants obèses : chronique d’une tragédie annoncée”. Un parti pris particulièrement sensationnaliste qui n’échappe pas aux critiques. (© DR)

Récemment, la rédaction du magazine de France Ô, Investigatiôns, s’est penchée sur la situation de l’obésité infantile en Polynésie française. Si le documentaire ne s’est pas associé au rebut qu’était celui présenté par M6, il y a quelques années, (Tahiti la face cachée du paradis), il a néanmoins laissé des traces.

La situation est clairement préoccupante et le reportage dresse des chiffres qui font mal.

Des enfants de 20 kilos dès l’âge de deux ans, un enfant sur trois qui serait concerné, des casse-croûte frites aux portes de l’école et, parfois même, au sein des cours de récréation.

Une situation qui alerte les pouvoirs locaux et les associations, là où les familles sont trop souvent défaillantes dans l’éducation.

Mais, comme à chaque fois qu’une télévision métropolitaine souhaite regarder sous les coraux multicolores où sont les épines des vanaa, on tombe rapidement dans le lieu commun, parfois même dans le bidonnage de sujet.

Et ce documentaire n’échappe malheureusement pas aux critiques.

En Polynésie, les personnes qui ont aidé à faire ce documentaire ne s’y sont pas retrouvées.

“Ce n’est absolument pas le reflet de ce qu’il s’est passé pendant le tournage”, nous expliquait une des personnes ayant aidé les équipes parisiennes.

“La séquence sur le jeune garçon qui va à la roulotte avec ses parents, alors qu’il tente de suivre un régime et qui est interrogé dès le début du documentaire, est faussée. Cela faisait deux mois qu’il n’était pas allé dans une roulotte, et c’est la production qui a invité la famille place Vaiete pour les remercier de leur collaboration en expliquant, ‘comme ça, on va faire quelques plans’. Au final, cela se retourne contre le gamin que l’on fait passer pour un jeune sans volonté et des parents laxistes.”

Et que dire du ministre de la Santé, Jacques Raynal, dont les propos sont tournés de façon à ce qu’il paraisse gêné par les questions, peut-être même complice des marchands de sucre. Deux phrases ont choqué dans son interview : “Il ne s’agit pas, pour le bien de la population de mettre en péril une entreprise” et “Vous ne pouvez pas tout régler par la loi”, faisant de l’action gouvernementale, la complice de l’obésité en Polynésie.

 

Questions sur le sucre

 

Hier, Jacques Raynal est revenu sur les conditions de cette interview. “Contrairement à ce qui est dit dans le reportage, je n’ai jamais eu de demande de rendez-vous. Je les ai trouvés caméra au poing devant mon bureau, à la sortie du conseil des ministres. Je les ai fait rentrer, et ils m’ont balancé des questions sur le sucre en étalant, sur le bureau, une somme de papiers, dont deux en anglais. Ils voulaient me faire dire que le sucre est une drogue. Les mesures fiscales sont une chose, mais il faut aussi parler des mesures comportementales.”

Hier, le ministre nous assurait que les choses avançaient concernant l’obésité et que de nouvelles mesures allaient voir le jour avant la fin de l’année.

Enfin, cerise sur le bidon, de l’aveu même d’une des personnes de la production, le sujet a été monté de façon à ce qu’il soit alarmiste et fait délibérément l’impasse sur tout ce qui est fait en matière de prévention.

Le film a été remonté après un premier montage jugé “beaucoup trop mou” et “déjà vu” par la direction de France O.

Un journaliste a été renvoyé, en début d’année, à Papeete pour retourner quelques séquences. Cette personne n’était alors plus en accord avec la tonalité du documentaire qu’elle trouvait alors “trop dramatisant, inutile et n’apporte aucun élément constructif pour avancer sur ce sujet si complexe et essentiel”.

Elle complétait : “Je déplore le manichéisme du film qui, selon moi, pointe trop facilement du doigt les politiques.”

Oui, l’obésité est un problème majeur en Polynésie française. Oui, la question des graisses dans les aliments doit se poser en urgence, mais France Ô, en mettant le feu au sucre, n’aura finalement produit que du caramel mou. Un plein bidon.

Bertrand Prévost

 

 

5
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

La pose des silhouettes noires peut-elle avoir un impact sur les habitudes de circulation ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete