Frederick Grey rachète les trois hôtels Sofitel polynésiens

    samedi 19 décembre 2015

    L’information ne cessait de bruisser dans le secteur touristique polynésien. C’est désormais confirmé : l’homme d’affaires Frederick Grey, qui avait acquis le Méridien Tahiti en septembre 2014, a acheté les trois hôtels Sofitel situés en Polynésie, jusque-là, propriétés du groupe Accor. Très discret, refusant toute photo, il a accepté de répondre aux questions de La Dépêche de Tahiti.

    Des rumeurs de rachat circulent dans le secteur du tourisme depuis quelque temps sur le rachat par votre groupe des trois hôtels Sofitel de Polynésie française, deux à Bora Bora et un à Moorea. Confirmez-vous cette information ?
    Oui. Cela fait deux ans que nous travaillons avec le groupe Accor à ce rachat, nous avons trouvé un accord le mois dernier et la transaction vient d’être finalisée. Nous avions déjà exprimé notre désir d’investir plus en Polynésie française ; ceci est un exemple de plus de notre vision à long terme du développement touristique au fenua.

    Vous possédez déjà le Méridien de Punaauia ; allez-vous regrouper toutes vos acquisitions sous une autre marque ?
    Non, les trois Sofitel resteront sous leur enseigne actuelle.  Nous avons l’intention de rénover les hôtels de Bora Bora, qui sont des propriétés assez anciennes, et les amener à un standard compétitif à Bora Bora.

    Cela veut-il dire que vous allez les fermer pour travaux ?
    Non, nous ne fermerons pas, mais nous commencerons les travaux en mars ou avril de l’an prochain.

    Les hôtels Sofitel vont-ils changer de management ?
    Il n’y a pas de changement de management. La gestion à Bora Bora et Moorea continuera d’être assurée par Accor. Nous avions fait la même chose au Méridien, nous avons conservé l’enseigne, le management et le personnel.

    Vous devenez un acteur majeur du tourisme en Polynésie. Pourquoi investir autant ici ?
    Nous pensons que Tahiti a un gros potentiel de croissance. Nous venons pour le long terme. Tahiti est une marque forte, particulièrement en Amérique du Nord et au Japon ; Air Tahiti Nui montre de bons résultats et va acquérir de nouveaux appareils, avec la possibilité de liaisons vers la Chine et au-delà. Donc le potentiel est là.

    Air Tahiti Nui et le gouvernement samoan viennent de signer une lettre d’intention pour une éventuelle collaboration. Doit-on y voir votre influence ?
    Je ne suis pas impliqué financièrement, j’ai simplement présenté le gouvernement samoan à Air Tahiti Nui. Mais l’initiative en revient à votre président Édouard Fritch, qui a déclaré vouloir ressusciter la Route de Corail. Le memorandum of understanding a été signé la semaine dernière, c’est une bonne nouvelle.

    Comment voyez-vous l’éventuelle construction de Mahana Beach ? Est-ce une compétition importante ?
    Vous savez, tout nouveau développement est une bonne chose. Cela veut dire plus de visiteurs, plus de notoriété pour la destination et plus de retombées pour l’économie locale. Nous pensons que c’est bon pour le pays, Tahiti a besoin d’encore plus d’investissement.

    Pensez-vous que la situation du pays sous le gouvernement d’Édouard Fritch soit propice aux investissements ?
    C’est une question intéressante. Si vous parlez aux banques australiennes et néo-zélandaises, elles répondent que la Polynésie est un marché très volatil, non pas à cause du tourisme ou de l’économie, mais en raison de l’instabilité politique. C’est l’un des plus gros problèmes à Tahiti, les gouvernements ne restent pas suffisamment longtemps en place, cela ne donne pas assez de visibilité aux investisseurs. C’est vraiment le seul frein à l’investissement.

    Ces nouvelles acquisitions vont-elles étancher votre soif d’investissement en Polynésie ou continuez-vous à en chercher de nouvelles ?
    Nous sommes toujours à la recherche de bonnes affaires, alors si d’autres occasions se présentent nous les examinerons très attentivement.

    Vous nous aviez déjà fait part, en septembre 2014, de votre désir d’ouvrir des casinos en Polynésie, dans la concertation avec la population et les Églises. Est-ce toujours dans vos intentions ?
    0ui, à chaque fois que je m’entretiens avec votre gouvernement, je leur rappelle cette volonté forte de notre part. Nous avons déjà ouvert un casino aux Samoa, avec l’accord de tous, et c’est un parcours sans faute que nous pouvons prouver.

    À l’époque, vous ouvriez le premier de vos casinos, le second a-t-il été inauguré ?
    Nous l’ouvrons très bientôt, en février 2016. Il sera plus grand que le précédent.

    Un autre projet de casino est prévu à Fidji. C’est pour quand ?
    Nous sommes sur le point de finaliser quelques questions de management avec le gouvernement fidjien, pour une ouverture à Nandi.

    Allez-vous inviter des personnalités de Tahiti, pour qu’elles voient par elles-mêmes ce que cela représente ?
    Oui, nous aimerions inviter le président Fritch et des membres du gouvernement, ainsi que des personnalités du monde économique, pour qu’ils voient et comprennent que c’est bien managé, sans problèmes sociaux ni publicité négative. K

    Propos recueillis par Florent Collet, traduits par Caroline Perdrix

     

    Son empire touristique en Polynésie

    Sofitel Bora Bora Marara Beach Resort : 55 chambres, 70 employés.
    Sofitel Bora Bora Private Island : 30 chambres, 38 employés.
    Sofitel Moorea Ia Ora Beach Resort : 113 chambres, 118 employés.
    Méridien Tahiti : 150 chambres, 170 employés.

    Au total, l’homme d’affaires samoan possède désormais 348 chambres et emploie 396 personnes en Polynésie.

     

    drost 2015-12-21 13:30:00
    Vite un casino

    Na marre de laisser mon argent a Vegas.
    MOOREA56 2015-12-21 07:27:00
    Le groupe "ACCOR" ne s'engage plus,j'espère que cela est bon signe pour la Polynésie. Les affaires vont enfin marcher pour le groupe.
    TETUANUI Monil 2015-12-21 03:06:00
    Effectivement, c'est une très bonne évolution surtout quand ça vient d'un Ilien samoan avec un parcours sans faute.J'ai confiance que le gouvernement FRITCH va évoluer également du côté assiette foncière en soutenant comme vient de le faire le Ministre Tearii ALPHA la gestion de l'indivision en matière foncière pour réussir le programme du logement. La règle des 2/3 est applicable chez nous. Ce qui va permettre SUBSTANTIELLEMENT aux milliers d'ayants droits d'être EGALEMENT des acteurs de Mahana Beach et de tous INVESTISSEMENTS , et de ne jamais perdre le patrimoine foncier de leur tupuna.. A moins que FRITCH veuille s'entêter à déposséder notre peuple autochtone maohi du peu qui lui reste de son plus grand bien, SA TERRE, SON LAGON, SON OCEAN, SES TERRES RARES....Cela doit certainement nous rappeler quelqu'un qui disait "TAHITI AUX TAHITIENS""....... Les Fédérations et les associations des propriétaires fonciers sont déterminées à "Ne rien lâcher, et à se dépasser toujours... en toute légalité......
    Just Biou 2015-12-20 12:08:00
    Excellente évolution.
    Il faut maintenant faire revivre la Route du Corail. Les vols Nord / Sud c'est très bien mais il manque fichtrement de vols Est / Ouest.
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete