Habillage fond de site

Fritch et Hollande au diapason

dimanche 19 mars 2017

Dans son discours, Édouard Fritch a rendu hommage au soutien à la Polynésie française de François Hollande durant son quinquennat.

Dans son discours, Édouard Fritch a rendu hommage au soutien à la Polynésie française de François Hollande durant son quinquennat.

C’est la lune de miel entre Paris et Papeete. Le président du Pays, Édouard Fritch, à l’issue de la signature au palais de l’Élysée de l’accord dit de Papeete, ne tarissait pas, hier, d’éloges sur la bonne entente et la compréhension qui se sont établies sous le quinquennat de François Hollande entre l’Hexagone et la Polynésie française.

Certes, ce qui a été signé n’est qu’un cadre politique qu’il faudra remplir dans les mois à venir, avec les consultations des diverses assemblées, conseils et autres associations des maires, mais c’est un texte important qui fera date.

Selon l’Élysée, cet accord acte des ambitions partagées pour le développement économique, social, culturel et environnemental de la Polynésie française. Dans le respect de l’autonomie de la Polynésie française et des compétences de l’État, l’accord prévoit un accompagnement des investissements publics structurants, en particulier ceux qui concourent au désenclavement du territoire.

Il réaffirme l’importance du rôle des communes. Il fixe les orientations d’un développement économique porteur d’emplois pour la jeunesse polynésienne. Pour ce faire, il confirme l’appui de l’État au développement social et à l’épanouissement culturel de la population polynésienne ; tout en réaffirmant une volonté commune de favoriser l’insertion de la Polynésie française dans son environnement régional.

C’est donc un cadre bien défini,  reste aux partenaires de le remplir dans le même état d’esprit que celui qui a permis son existence.

Alors, bien sûr se pose la question de l’avenir de cet accord après le mois de mai. Le président du Pays est convaincu que le successeur de François Hollande n’osera pas toucher à ce qui a commencé à être gravé dans le marbre.

« Je suis heureux que cette nouvelle page, qui marque le renouvellement du pacte républicain entre l’État et la Polynésie française, s’ouvre très symboliquement sur la reconnaissance du fait nucléaire et de ses conséquences”, a déclaré Édouard Fritch à l’Élysée.

 

“Cadre politique”

 

Il apprécie surtout que l’accord de Papeete prenne en compte tous les secteurs prioritaires du développement du Pays. Ce qui a fait dire à Winiki Sage, président du CESC : “Pendant longtemps notre pays a été utilisé comme centre d’expérimentation nucléaire et ce que j’aimerais c’est que demain notre pays devienne le centre d’expérimentation des nouvelles technologies”.

À son retour au fenua, le président du Pays va lancer les discussions au sein du conseil économique, social et culturel (CESC), de l’assemblée de la Polynésie française et du Syndicat de promotion des communes (SPCPF).

François Hollande a confirmé : “Il ne s’agit pas d’un contrat de projets ou de développement, mais d’un cadre politique qui permet d’agir ensemble et de mettre la Polynésie pleinement dans la République. Cette place doit avoir pour effet de n’être jamais remise en cause […]. Cet accord fixe les principes pour l’avenir et garantit à la Polynésie française un traitement équitable et respectueux dans la République”.

Édouard Fritch en est pleinement conscient, lorsqu’il affirme en sortant de l’Élysée: “Cet accord va servir de guide pour la Polynésie française. Nous y avons travaillé durant une année en essayant de regarder l’essentiel des problèmes de la Polynésie […]. Tout cela a été intégré dans l’accord en s’appuyant sur la chance que produit pour les territoires, collectivités et départements d’outre-mer la loi sur l’égalité réelle. L’accord que nous venons de signer avec le président porte les prémices des plans de convergence qui découleront”.

Quant à une remise en cause par le futur gouvernement central, le président du Pays pense que “les besoins de la Polynésie française sont déjà connus et ne sont pas liés à la couleur politique de ceux qui dirigent l’État”.

 

De notre correspondant à Paris,

Philippe Binet

22
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Le Pays a lancé l'opération "plage propre", vous sentez-vous concernés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete