Fumeurs, c’est le moment de vous faire aider pour arrêter

    samedi 28 mai 2016

    L’ombre de ses volutes emplies de nicotine plane sur la santé du milliard d’habitants qui la consomme sur la planète. La cigarette est responsable, chaque année, du décès de 6 millions de personnes sur le globe. En Polynésie française, 41 % de la population de 15 ans et plus fument, selon une étude menée en 2010. Premier facteur de risque de cancer, le tabac serait responsable de 194 décès en moyenne, chaque année. Plus inquiétant encore, une enquête réalisée en 2009 indique que les jeunes sont de plus en plus nombreux à fumer.

    Or, tous les spécialistes le disent : plus la consommation commence tôt, plus le potentiel addictif est élevé. Ces dernières années, malgré la hausse du prix du paquet de cigarettes (lire ci-dessous), la consommation n’a pas baissé.
    En 2015, il était consommé 1,5 kg de tabac par habitant. Cela dit, c’est quand même beaucoup moins qu’il y a 25-30 ans où il était consommé 4 kilos par habitant et par an.

    La Journée mondiale sans tabac, qui aura lieu mercredi, donne donc lieu à une mobilisation particulière de la direction de la santé durant une semaine. Loin de vouloir culpabiliser les amateurs de cigarettes, c’est un accompagnement et une source de motivation qui vont leur être proposés.

    La plupart des fumeurs connaissent déjà les risques courus en fumant. C’est donc pour les aider à voir les avantages de ne plus fumer à quoi la campagne lancée depuis hier dans les médias va s’atteler.
    Un surfeur qui retrouve son souffle, une femme qui fait des économies pour se faire plaisir ou pour vieillir moins vite, le sentiment de liberté retrouvé pour les plus jeunes, chacun pourra s’identifier à ces clips vidéos.

    Par ailleurs, du 31 mai au 8 juin, le centre de consultations spécialisées en alcoologie et toxicomanie (CCSAT) consacrera tous ses moyens humains pour des consultations individuelles ou en groupe pour aider au sevrage.
    Des substituts, patchs et chewing-gums seront remis gratuitement aux femmes enceintes, aux mineurs, aux personnes en longue maladie et aux ressortissants du Régime de solidarité territorial (RST).
    Des opérations et sensibilisations seront également menées à Papara, Moorea, Ua Pou et Uturoa (plus de renseignements au 40.46.00.67).

    F.C.

    5,6 milliards de francs dans les caisses

    Sur le prix d’un paquet de cigarettes, 90 % sont le fruit des taxes. En 2015, c’est ainsi 5,6 milliards de francs qui ont été prélevés avec la taxe de solidarité avant d’être reversés au Fonds pour l’emploi et la lutte contre la pauvreté qui alimente le Régime de solidarité de la Polynésie française (RSPF). Malgré les hausses régulières du prix des cigarettes, leur consommation ne diminue pas, ce qui induit que cette augmentation est imputée sur une autre partie du budget des ménages.

    “Nous avons le prix du tabac le moins cher du Pacifique”, explique François Laudon, le directeur par intérim de la direction de la santé. “Pour faire baisser la consommation, il faut une hausse importante et d’un seul coup”, poursuit-il. À la pointe de la lutte contre le tabac, la Nouvelle-Zélande a ainsi des cigarettes qui coûtent le double de celles de Polynésie. Va-t-on les imiter ? “Ce n’est pas en débat”, confie François Laudon.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete