Fusil à pompe et masques d’Halloween

jeudi 6 août 2015

C’est en pleine période de la fête d’Halloween que s’est produit le premier braquage à main armée. Vers 8 heures du matin, le
26 octobre 2000, à Papara, deux hommes surgissent dans les locaux de la Banque de Polynésie. Ils sont grimés avec des masques d’Halloween et gantés.
L’un d’eux est armé d’un fusil à pompe et exige du personnel qu’il lui remette des fonds
(3 millions de francs environ). Puis les braqueurs quittent l’établissement précipitamment pour rejoindre un véhicule volé garé sur le parking. “J’ai eu très peur et je me suis cachée derrière une voiture. (…) C’est alors qu’un chauffeur de la mairie a tenté de bloquer la voiture. C’est à ce moment-là que le cambrioleur portant l’arme a tiré. Personne n’a été blessé, mais on a retrouvé des impacts de plombs dans la bâche d’une voiture et dans un lampadaire. Le chauffeur tenait des sacs remplis d’argent. Tout s’est passé très vite”, témoignait à l’époque dans La Dépêche une jeune femme présente sur les lieux. La cavale de deux hommes durera plusieurs jours avant qu’ils ne soient identifiés et interpellés par les gendarmes.
Lors de son procès aux Assises trois ans plus tard, Ben Benacek demande “pardon” aux jurés : “Je ne sais pas ce qui m’a pris d’être entraîné. Je rêve de sortir pour me réinsérer dans la société”.
Aujourd’hui brisé psychologiquement, son vœu est resté lettre morte.

J-B.C.

MOOREA56 2015-08-06 19:27:00
Quelle phrase de sa part " Je ne sais pas ce qui m’a pris d’être entraîné. Je rêve de sortir pour me réinsérer dans la société " . Bien sur ce n'est pas sa faute, il s'est fait entraîné? C'est toujours la faute des autres!!!!!!!!!!
      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete