Gauguin, l’autopsie psychologique

    vendredi 7 octobre 2016

    gaugin

    Le célèbre “testament” de Gauguin, D’où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ?, interprété sur une toile qui mesure près du double de l’original par le peintre Gilles Le Guen, à Tahiti depuis plus de trente ans. Cet artiste a aussi découvert des clés dans l’œuvre de Gauguin qu’il aime à partager quand il peint en public. Il a été invité à en parler lors de la conférence. (Photo : Claude Jacques/LDT)

     

    Samedi 15 octobre, l’association SOS Suicide organise un repas-conférence sur la personnalité de Paul Gauguin. Cette “autopsie psychologique” est animée par le Dr Christian Géraud, psychiatre au CHPF qui travaille sur “le cas“ Gauguin depuis trois ans, et le Dr Stéphane Amadéo, psychiatre et président de l’association SOS Suicide. L’occasion de mettre en exergue les parts d’ombre et de lumière de cette personnalité controversée et de traiter du rapport entre art et maladie.

     

    Samedi 15 octobre, l’association SOS Suicide organise un repas-conférence, en collaboration avec deux médecins du centre hospitalier de la Polynésie française, sur le thème : “Gauguin, d’où venait-il, qui était-il, qu’est-il devenu ? Autopsie psychologique”. Le nom du peintre est aujourd’hui mondialement connu. Son œuvre est aussi l’une des plus cotées sur le marché de l’art. La toile Nafea faa ipoipo (Quand te maries-tu ?), vendue 7 F aux Marquises à sa mort en 1903, a été acquise par l’autorité des musées du Qatar, en février 2015, pour un montant de… 300 millions de dollars (environ 30 milliards de francs).

     

    Une personnalité complexe

     

    La personnalité complexe de Paul Gauguin a été mal perçue dans le petit milieu des colons blancs installés à Tahiti à la fin du XIXe siècle, à l’époque où le peintre débarque pour la première fois, en 1891. Il faut dire que le peintre a quitté, on pourrait même dire a fui, l’Europe avec l’idée d’un retour aux sources et l’ambition d’inventer dans cette île tropicale un art nouveau et régénéré.

    L’histoire de ses deux séjours en Polynésie, 1891-1893 à Tahiti puis 1895-1903, avec les îles Marquises à partir de septembre 1901, a été marquée par son rapport conflictuel à l’administration coloniale – et à l’église catholique aux Marquises – ainsi que par ses rapports avec la population polynésienne dont il se fera le défenseur des droits. Mais elle a été aussi marquée par une situation pécuniaire précaire et par une santé malmenée – sur les plans physique et psychique – qui l’ont amené à une tentative de suicide.

    Autant d’éléments qui contribueront à en faire un personnage controversé dont le Dr Christian Géraud, psychiatre au CHPF qui travaille sur “le cas” Gauguin depuis trois ans, tentera de décrypter les parts d’ombre et de lumière. De son côté, le Dr Stéphane Amadéo, psychiatre et président de l’association SOS Suicide, amènera la discussion sur les rapports de l’art et de la maladie et il présentera les possibilités de mieux-être que peut apporter l’art-thérapie à des patients, notamment à ceux souffrant de maladies psychiques. 

     

    De notre correspondant C.J.

     

    capture-decran-2016-10-07-a-08-03-52

     

     

        Retrouvez dans notre édition du Vendredi 7 Octobre 2016 :   

    • Réactions :
      – Dr Stéphane Amadéo
      , psychiatre et président de l’association SOS Suicide – “Les patients qui souffrent de troubles psychiatriques méritent tout notre respect et notre attention”
      – Dr Christian Géraud
      , psychiatre au CHPF – “Gauguin mérite une réhabilitation”

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete