Habillage fond de site

Gauguin trouvera-t-il son public au fenua ?

jeudi 19 octobre 2017

Le film est sorti en salle mardi soir

Le film est sorti en salle mardi soir

Gauguin à l’affiche des cinémas. Un film qui parle de Tahiti, tourné dans sa quasi-totalité au fenua, avec en tête d’affiche deux acteurs locaux. Trois ingrédients qui devraient susciter l’intérêt du public polynésien. Pour le moment, cependant, celui-ci n’est pas encore au rendez-vous et on est loin des salles remplies par le dessin animé Vaiana (ou Moana), lors de sa sortie locale.

Plusieurs explications à cela : Gauguin – Voyage de Tahiti est un film d’auteur, un style dont les Polynésiens ne sont pas particulièrement friands. D’autre part, le personnage divise, perçu par certains comme un “grand artiste qui a su faire rayonner le fenua à travers le monde”, présenté par d’autres comme un “pédophile” qui ne mérite pas d’être mis en lumière par le cinéma.

Une polémique qui sévit sur les réseaux sociaux depuis plusieurs semaines avec la sortie du film dans l’Hexagone. Le réalisateur Édouard Deluc est venu au fenua spécialement pour le lancement du film à Tahiti.

“C’est notre histoire commune. J’avais envie qu’ils reçoivent bien ce film. En revenant ici, je voulais rendre hommage à tous ces gens qui ont participé au film, rendre hommage aux Tahitiens, et plus généralement à la Polynésie”, a-t-il expliqué au public lors de l’avant-première, mardi soir.

 

 

Tahiti sauvage

 

 

Loin de l’image que l’on se fait de la Polynésie avec ses lagons, ses plages paradisiaques et ses mille couleurs, le film présente un Tahiti sauvage, terrestre, oublié, où l’on découvre jungle, rivières et cascades. Un très beau regard porté sur l’intérieur de l’île, qui donne à Tahiti une profondeur et une complexité que l’on ne lui connaît pas forcément.

Dans le film, l’océan est si peu présent qu’on en oublie parfois que l’histoire se déroule sur une île. Pas de couleurs vives, les teintes sont sépia, les verts de la végétation profonds et le noir du sable intense. Dans le ciel, des nuages, la pluie également font partie du film. On sent à travers la photographie un Tahiti authentique.

On y découvre une atmosphère reposante, intime, faite de moments suspendus, comme le regard de l’artiste sur son modèle, et une population douce et tendre. Un grand rôle de composition pour Vincent Cassel, dans le rôle de Gauguin, et deux acteurs locaux dont la performance fait oublier que c’était leur première expérience cinématographique.

Au-delà de la vie de l’artiste, le film nous raconte la rencontre de deux cultures, mais aussi l’histoire d’un monde polynésien en transition. Lorsque Gauguin décide de quitter l’Europe pour Tahiti, il pense y trouver un paradis, où il suffit de “pêcher, de cueillir et de s’adonner à la peinture” pour être heureux.

Mais même au paradis, pêcher s’avère difficile et pour acheter ses couleurs, il faut de l’argent. Il s’agit d’une époque charnière, où l’arrivée des Européens commence à bouleverser les codes politiques, religieux et économiques.
Un film à voir, donc, pour découvrir ce pan de l’histoire. Une production qui a pu voir le jour grâce au concours de nombreux Polynésiens.

É.P.

82
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Le Pays a lancé l'opération "plage propre", vous sentez-vous concernés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete