Habillage fond de site

Gérald Darmanin à Bora Bora – Développement touristique et défiscalisation au cœur de la visite

lundi 30 juillet 2018

darmanin fritch bidal tong sang

Les autorités du pays ont insisté auprès du ministre sur l’importance de l’activité touristique en Polynésie française, et notamment de l’hôtellerie de luxe. (© Désiré Teivao)


Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics, s’est rendu samedi dernier à Bora Bora. Sur place, il s’est entretenu avec les autorités du Pays et des professionnels du tourisme. “Je pense que cette visite va apporter une note positive à la défiscalisation en matière d’hôtellerie pour le développement touristique de notre pays”, a indiqué Édouard Fritch, président de la Polynésie française.

“Il faut qu’il se rende compte de la conception de nos hôtels (…). Parce que, quand un dossier arrive à Paris, et qu’on ne connaît pas le contexte, les gens sautent vite au plafond quand ils voient le prix de construction d’un bungalow ou encore le prix au mètre carré à Bora Bora”, affirme Gaston Tong Sang, maire de l’île de Bora Bora.

Justement, ce dernier a pu exposer samedi dernier ses arguments, à l’occasion du déplacement de Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics, sur l’île, fleuron de l’économie touristique en Polynésie française. Également présent lors de cette visite sur la perle du Pacifique, Édouard Fritch, président du Pays, avec une partie de son gouvernement. Ensemble, ils ont exposé la stratégie développée en matière de tourisme et l’importance de ce secteur dans l’économie polynésienne.

En attirant près de 57 % des touristes qui viennent en Polynésie, “Bora Bora est notre vitrine”, assure Édouard Fritch. “Et je pense que cette visite va apporter une note positive à la défiscalisation en matière d’hôtellerie pour ici, mais plus globalement pour le développement touristique de notre pays.”

Lors de son déplacement, Gérald Darmanin a également pu échanger avec les professionnels de l’hôtellerie et du tourisme nautique. L’île de Bora Bora propose en effet onze hôtels offrant un peu plus de 810 chambres (contre 1 154 en 2008). Huit de ces établissements sont classés 4 ou 5 étoiles, et représentent 81 % du réceptif classé de Bora Bora.

 

Réduire les délais à la défiscalisation

 

Gaston Tong Sang a glissé samedi dernier aux oreilles du ministre en visite que “les hôtels de luxe sont des projets qui tiennent la route. La preuve est que, pendant la grave crise que nous avons connue avec la fermeture de plusieurs hôtels, les seuls qui ont résisté sont des établissements de haut standing. La Polynésie étant loin de tout, il nous faut des produits exceptionnels”.

Mais c’est bien connu, le nerf de la guerre, c’est l’argent, et plus précisément ici en Polynésie française, la défiscalisation. “Les intentions d’investissement ne peuvent pas attendre plus de 18 mois et il faut qu’ils puissent se réaliser au plus tôt. Nous avons donc sensibilisé le ministre à ces délais”, a indiqué Édouard Fritch.

Si à l’issue de sa visite éclair à Bora Bora, Gérald Darmanin n’a fait aucune annonce officielle sur le sujet, il s’est néanmoins dit favorable à la réduction des délais, et a donné quelques pistes de réflexion. “L’idée serait peut-être de distinguer les dossiers de défiscalisation par territoire d’outre- mer qui ont chacun leurs spécificités. Pour la Polynésie française, l’idée serait, pourquoi pas, de mettre un référent unique pour le haut-commissaire auprès de Bercy, pour que ces dossiers aillent plus vite et que tout le monde soit plus attentif à ces dossiers.”

 

D.T.

 

darmanin fritch bora bora darmanin chef entreprise

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete