La goélette Tara bientôt dans nos eaux

    jeudi 22 septembre 2016

    goélette

    La goélette Tara passera un mois et demi dans les eaux polynésiennes, en commençant par Mangareva, aux Gambier. (Photo : DR)

     

    La goélette scientifique Tara entrera dans nos eaux polynésiennes fin septembre, pour une durée d’un mois et demi. Une étape majeure pour explorer la biodiversité des récifs coralliens. Partie le 28 mai de Lorient, en Bretagne, elle a déjà parcouru plus de 22 000 km sur les 100 000 km prévus dans le cadre de l’expédition Tara Pacific.

     

    Après le canal de Panama, la Colombie et l’île de Pâques, Tara “touchera” d’abord Mangareva. À son bord, les équipes internationales de biologistes coralliens, océanographes et spécialistes du plancton récoltent partout où ils passent de nombreux échantillons de coraux, de poissons de récifs, d’eau et d’algues. Objectif : tenter d’établir le premier état des lieux global des récifs de corail pour en dévoiler la biodiversité encore méconnue.

    La Polynésie française comprenant 118 îles sur près de 5,5 millions de km2, c’est sa biodiversité corallienne exceptionnelle qui a déterminé la route de la goélette. L’attention des scientifiques du CNRS se concentrera essentiellement sur les atolls des Tuamotu et des îles Gambier. Ils veulent comparer la biodiver-sité des récifs des atolls, selon qu’ils sont ouverts ou fermés et mieux comprendre la biologie du corail.

     

    Sensibiliser les populations

     

    Cette étape majeure dans l’étude du corail permettra d’ausculter la santé des récifs et de comparer leur biodiversité selon leur exposition ou non aux activités humaines locales. Si certaines de ces îles sont soumises à des perturbations directes, la majorité est éloignée de toute source de pollution due à l’homme (pollution, urbanisation, sédimentation due à l’érosion).

    Les chercheurs espèrent ainsi recueillir des données nécessaires pour comparer les effets des perturbations locales (pollution, sédimentation…) à ceux qui sont liés aux changements globaux (réchauffement climatique, acidification de l’océan).

    À terme, les recherches devraient permettre de renforcer les modèles d’évolution de ces écosystèmes essentiels à la vie des populations côtières. Un aspect humain important car, au fil de l’expédition Tara Pacific, marins et scientifiques profitent des escales pour sensibiliser le plus grand nombre aux enjeux écologiques et recueillir les expériences locales et donner de la voix aux populations qui peuplent les petites îles du Pacifique.

     

    LDT

     

     

      Visite gratuite du bateau et conférence

     

    Lors de sa première escale à Papeete, le public et les écoles pourront visiter Tara entre les 4 et 6 octobre, place Vaiete. L’équipage donne rendez-vous au Pavillon Tara, où se tiendra l’exposition Tara Pacific, la biodiversité des récifs coralliens face au changement climatique (du 2 au 9 octobre – entrée libre).

    Une conférence intitulée “L’expédition Tara Pacific” aura lieu le 5 octobre de 17 h 30 à 18 h 30 à la chambre de commerce, d’industrie, des services et des métiers (CCISM), avec la participation de Serge Planes (CNRS – Criobe) et Denis Allemand (Centre scientifique de Monaco).

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete