Habillage fond de site

Bannière sur-titre PI

Gouvernement : le point mort

mercredi 13 septembre 2017

Gouvernement Nouvelle Calédonie Haut commissaire Election président et vice président

Convoqués par le haut-commissaire, les membres de l’exécutif n’ont, pour la deuxième fois,
pas trouvé d’issue favorable. Christopher Gygès (LRC) a renouvelé une invitation. (© Les Nouvelles Calédoniennes)

Le pas est rapide, et le verbe est rare, à la sortie du gouvernement, sur le trottoir de la route des Artifices, à Nouméa. “Fumée noire !”, plaisante le Calédonie ensemble Nicolas Metzdorf, faisant allusion à la production d’une vapeur sombre au Vatican en cas de scrutin sans vainqueur, selon le rite de la proclamation d’un nouveau pape.

Le haut-commissaire de la République, Thierry Lataste, a convoqué les membres élus du gouvernement, hier à 11 heures, afin de procéder à un nouveau vote visant à désigner le président et le vice-président.

Philippe Germain, seul candidat à la présidence, a obtenu les cinq voix de la plateforme loyaliste contre cinq bulletins blancs, celui de Christopher Gygès des Républicains calédoniens, ainsi que ceux de quatre indépendantistes, l’UNI Déwé Gorodey étant absente.

Échec, le deuxième, après le 31août dernier, jour au cours duquel aucune majorité ne s’était également dégagée. Le nouveau gouvernement n’est donc pas constitué, ne peut s’installer, et ne peut répartir pour l’instant les portefeuilles entre ses membres.

Christopher Gygès a rappelé hier, en séance, la position de son groupe, avant la distribution d’un courrier estampillé “Les Républicains calédoniens” aux membres de la plateforme.

Son contenu ? La proposition de la tenue d’une réunion, en présence du haussaire si besoin, “pour discuter des orientations du gouvernement afin d’améliorer le quotidien des Calédoniens”, explique le cadre proche de Sonia Backès, présidente du groupe au Congrès.

J’espère que le bon sens reviendra. Nous devons nous mettre autour de la table pour discuter de la feuille de route du gouvernement et de son prochain président.

Du côté de la plateforme, pas d’échos pour le moment. Ce qui laisse suggérer que les séquences doivent respecter une chronologie: élection du patron de l’exécutif, puis répartition des secteurs entre les onze locataires de la Baie de la Moselle.

Avec en mémoire le contexte des élections législatives, le FLNKS avait, lui, exposé son sentiment le 29 août dernier, et Louis Mapou, de l’UNI, interrogé, a réitéré hier sa conviction : “Il faut que les gens de droite assument leur responsabilités.

En clair, la solution doit émerger d’une réflexion commune, plateforme et Républicains calédoniens. “Qu’ils travaillent déjà ensemble”, insiste le président du groupe de l’Union nationale pour l’indépendance au Congrès.
Sont-ils capables de dépasser leurs querelles de personnes ?

Deux options s’offrent au haut-commissaire désormais : réunir chaque mardi les membres du gouvernement en vue d’une élection, ou, plus probable, attendre un accord entre les parties. Entre-temps, l’exécutif sortant, le quatorzième, continue d’expédier les affaires courantes.

 

Les Nouvelles Calédoniennes

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

C'est la semaine de la mobilité, dans votre quotidien, faites-vous des gestes comme :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete