Gouvernement – Un remaniement devenu impératif

    jeudi 21 janvier 2016

    Remaniera, remaniera pas ? C’est une question qui revient très régulièrement en conférence de presse auprès d’Édouard Fritch ou encore de ses ministres. La formation d’un seul et même bloc à l’assemblée de la Polynésie française, la descente des deux anciens ministres Frédéric Riveta (Agriculture) et René Temeharo (Sports), la récente annonce de la future impossibilité pour Nuihau Laurey de cumuler son mandat de vice-président et de sénateur de la République, ou encore des possibles tensions au sein même du conseil des ministres régulièrement rapportées donnent naissance à la même question régulière dans l’entourage du président de la Polynésie française : remaniera, remaniera pas ?
    Récemment, dans la présentation des vœux aux chefs de service, Édouard Fritch avait fait une sortie des plus surprenantes. Une pique lancée aux fonctionnaires alors qu’en interne, des querelles naissaient au service des moyens généraux, mais aussi une leçon à certains de ses ministres. “Aux ministres qui pourraient se montrer encore hésitants, voire réticents, peu impliqués ni motivés, je dis aussi que le statu quo dans un monde en évolution constante est un non-sens qui leur sera reproché tôt ou tard. La population demande du changement, de la réforme, et non de l’immobilisme et du conservatisme. Laissez les volontés de réforme s’exprimer ; veillez à ce que vos cabinets, par vision courte et étroite, manque de courage, sinon de savoir, ne soient pas un frein à la réforme. Bref, soyez pour vos troupes un élément de motivation et d’entraînement. Faites preuve d’audace et de dynamisme !” Bonjour l’ambiance.
    Remaniera, remaniera pas ? “Il va y avoir un remaniement”, expliquait hier Jean-Christophe Bouissou, le porte-parole du gouvernement, à la sortie de la conférence de presse du conseil des ministres. “Il va y en avoir un, c’est évident”, expliquait hier un salarié de la présidence, “mais la date n’est pas définie”. Les portefeuilles des Sports et de l’Agriculture sont toujours vacants, même s’ils sont assurés par Nicole Sanquer pour l’un et Édouard Fritch pour l’autre. Si dans la théorie, l’absence de personne physique en charge de ces seuls portefeuilles ne semble pas préjudiciable au gouvernement, il reste que cette absence transforme ces maroquins en compétences annexes.
    Alors que de grandes échéances sportives arrivent avec l’organisation des championnats du monde de pirogue et la candidature de la Polynésie française à l’organisation des jeux du Pacifique sud, côté sport, et la relance de l’agriculture après une année 2015 en demi-teinte, il serait temps pour le gouvernement de se trouver deux nouveaux ministres.
    Mais le remaniement sera-t-il une révolution pour autant ? Rien n’est certain alors que les noms d’Albert Solia (Équipement) et de Patrick Howell (Santé) reviennent, eux aussi, en boucle dans les rumeurs de départ.

    Bertrand Prévost

    HIRINAKE 2016-01-23 20:02:00
    C'est pas un remaniement qu'il faut...c'est un renouvellement total et integral de cette classe politique formee a 90% d'inutiles et de profiteurs. C'est pour cela que Nuihau Laurey fout le camp il en a marre d'etre entoure d'inutiles au Pays, formates au nepotisme et a la corruption quotidienne.
    umara 2016-01-21 18:55:00
    Maintenant que le danger est écarté va t'on rendre à Frédéric et René les portefeuilles qu'ils ont opportunément sacrifié pour la bonne cause?
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete