Le grand bluff de la carte Sarkozy

    mercredi 19 octobre 2016

    Flosse Gaston

    Gaston Flosse a présenté les engagements de Nicolas Sarkozy pour la Polynésie française comme ceux des Républicains tous ensemble. (© Bertrand Prévost)

     

    Gaston Flosse a présenté les contours de son association avec Nicolas Sarkozy hier. Des promesses, beaucoup, que le Vieux Lion présente comme celles des Républicains tous ensemble. La convention qu’il noue avec le parti en France le renforce dans
    cette conviction.

     

    En conférence de presse, hier, au siège du Tahoera’a, Gaston Flosse a donné le meilleur comme le pire de ce qu’il sait donner en politique. Le meilleur, tout d’abord, avec cette promesse de ralliement de son parti au mouvement Les Républicains, coupant ainsi l’herbe sous le pied d’un Tapura trop en dilettante sur le sujet et qui ne sait toujours pas pour quel candidat danser.
    Le pire, en défendant l’aberrant, à savoir que les promesses tenues par Nicolas Sarkozy pour obtenir son soutien en campagne engageait aussi l’ensemble du parti Les Républicains.
    Gaston Flosse, depuis son fief à mi-chemin entre l’assemblée de la Polynésie française et le palais de justice, a tenu à réaffirmer son soutien à la candidature de Nicolas Sarkozy lors de la primaire de la droite et du centre. Un soutien qui tient en un engagement sur trois pages de la part de l’ancien président de la République.
    Nombre de ces engagements sont en fait des retours en arrière sur des sujets que Nicolas Sarkozy a déjà abordés du temps de sa présidence. Remettre la dotation globale de développement économique (DGDE) à 18 milliards ; remettre la participation de l’État au financement du régime de solidarité territoriale ; refaire la loi Morin ; retirer le contrôle a priori des dépenses de la dette nucléaire… Bref refaire ce qu’il a lui-même cassé ou mal fait.
    “C’est plus fort que les accords de Papeete”, claironnait le Vieux Lion hier. Des promesses qui n’engagent que Nicolas Sarkozy, et son triumvirat, François Baroin, Dominique de Villepin et Francis Szpiner, mais que Gaston Flosse a tenues à présenter comme celles du parti tout entier… Et peu importe que Juppé soit contre une évolution statutaire ou une augmentation de la dotation.

     

    Retour en grâce

     

    À dire vrai, Nicolas Sarkozy est bien le seul à avoir pris autant d’engagements. Alain Juppé, dans son programme outre-mer d’une trentaine de pages, ne fait mention à la Polynésie qu’à deux reprises, et pour parler des violences faites aux femmes. Quant aux autres, c’est le néant.
    Hier, Gaston Flosse s’est agité pour faire entendre que les promesses de Sarkozy étaient les promesses des Républicains… Mais même autour de sa table, les élus orange singeaient avec difficulté l’optimisme de leur mentor.
    En revanche, en tacticien de la politique locale, Gaston Flosse a profité de sa présence à Paris pour frapper un grand coup. Un accord de partenariat entre Les Républicains et le Tahoera’a.  Une convention qui replace Flosse dans le débat politique alors que le Tavini peine à obtenir le renouvellement de sa convention avec le PS et que le Tapura se cherche hors de nos frontières.
    Juppé ou pas… Hollande ou pas… Sarkozy ou pas… L’absence de grille de lecture du parti d’Édouard Fritch a créé une brèche dans laquelle Gaston Flosse s’est engouffré.
    “La convention est en train d’être écrite”, expliquait Gaston Flosse hier. “C’est une représentation exclusive, il n’y en a pas d’autres. Nos candidats aux législatives recevront l’investiture Les Républicains.”
    Effet d’aubaine ? Certainement pour le parti de Gaston Flosse, entré en disgrâce dans les couloirs de l’UMP, qui peut désormais se racheter une virginité dans ceux des Républicains.

    Bertrand Prévost

     

    capture-decran-2016-10-19-a-09-56-19

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete