Habillage fond de site

Grand projet – Hao, un démarrage pour le Nouvel An chinois ?

vendredi 9 février 2018

HAO aquaculture

Le projet aquacole chinois doit occuper une emprise de plus de 30 hectares, et fournir du travail à 400 personnes durant la phase de construction. Les permis de construire, la dépollution par l’État, les travaux routiers par le Pays, tout est fait. (© DR)

On en parle depuis décembre 2012, mais toujours rien à l’horizon de Hao, où doit s’implanter la ferme aquacole de Tahiti Nui Ocean Foods. D’abord prévus en décembre dernier, les premiers coups de pelle devaient être donnés dans la première quinzaine de février, assurait le président du Pays qui semblait satisfait des assurances données par Wang Chen, le président de l’entreprise.

Le maire de Hao, Théodore Tuahine, semble dubitatif : « À part que nos investisseurs ont été mis au tribunal par Coco (Taputuarai, qui était mandataire de Tahiti Nui Ocean Foods, NDLR) je n’ai pas grand chose. J’ai bien entendu aussi, à la radio et à la télévision, le message du président qui dit qu’on pourrait commencer au mois de février. Ce que je peux dire sur ces messages-là… c’est que je n’ébruiterai rien, je n’aime pas l’idée qu’on ait encore des ennuis, des amalgames, et qu’on nous traite de menteurs. Mais en tout cas le projet aquacole, il est sous-entendu qu’il débuterait avant fin février… j’espère bien. »

Édouard Fritch avait indiqué que Wang Chen devait rencontrer des entreprises polynésiennes pour déterminer laquelle se chargerait de la conduite d’opérations, après quoi un calendrier des travaux pourrait être établi de façon réaliste. Jean-Christophe Bouissou, porte-parole du gouvernement, semblait dire cette semaine que le choix est fait : « Je crois savoir que les entreprises sont déjà en train de se préparer. Nous connaissons des noms d’entreprises, et puis nous savons à peu près leur calendrier. Mais comme il s’agit d’interventions du privé… Vous aurez très bientôt des informations claires sur les démarrages de travaux sur place », expliquait-il mercredi en sortant du conseil des ministres.

Pour démarrer sous les meilleurs auspices, les investisseurs chinois pourraient faire coïncider l’ouverture du chantier avec le Nouvel An chinois, mais le 16 février se rapproche sans l’ombre d’une réponse simple à une question simple.

 

 

Aucune activité sur le site pour l’instant

 

 

Quand au litige en cours entre Coco Engineering Group (qui avait réalisé une étude de faisabilité et déposé les demandes de permis de construire) et Tahiti Nui Ocean Foods, après un rapide passage au tribunal du commerce le 19 janvier dernier, il doit être examiné sur le fond. Coco Taputaurai, défendu par Me Quinquis, réclame à Tahiti Nui Ocean Foods 30 millions de francs d’impayés sur une deuxième phase de travaux.

L’entreprise d’aquaculture estime, quant à elle, que cette poursuite de la collaboration avec Coco devait faire l’objet de négociations, et qu’elle a choisi de ne plus recourir à ses services. Le vice-président en charge des grands projets, Teva Rohfritsch, voyait dans cet épisode l’illustration d’une volonté de nuire au gouvernement : « Il y en a qui alimentent des procès pour éviter que ça démarre avant les élections. »

À Hao, tout est prêt pour que le chantier démarre enfin. Mais pour l’instant, aucune arrivée de matériels ou de personnels ne laisse présager l’ouverture des travaux. « Les seules activités avec les entreprises, dit le maire, ce sont celles de la commune. Par exemple Hanavai pour l’eau, mais rien d’autre pour le projet aquacole. Le seul projet concret ce sont les travaux de la route de contournement et de la digue qui ont été faits par le Pays. Donc le Pays, sur ce plan, a rempli sa mission. Reste aux Chinois à remplir la leur. »

C.P.

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

French Bee, compagnie aérienne low cost, enchaîne les retards, annulations ou “problèmes techniques”. Pour vous :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete