Habillage fond de site

Grande opération de prévention autour des loisirs nautiques

lundi 9 juillet 2018

gendarmerie nautique

Permis de bateau, carte de circulation, fusées de détresse ou encore gilets de sauvetage, les papiers et les équipements de sécurité de base sont passés en revue. (© Désiré Teivao)


Une opération de contrôle relative à la sécurité des loisirs nautiques a été menée samedi dernier sur la côte ouest de Tahiti par le commandant de la zone maritime française. Objectif : rappeler à tous les plaisanciers les consignes de sécurité et des obligations à suivre pour éviter tout incident. Depuis le début de l’année, 172 personnes ont été secourues en mer.

Quatre-cent-quarante. C’est le nombre d’opérations de sauvetage en mer menées par le Joint Rescue Coordination Centre (JRCC) l’année dernière.

“Cependant un grand nombre de ces opérations pourraient être évitées si les usagers de la mer respectaient certains conseils basiques de prévention”, a insisté Gonzague Haizier, chef du bureau de l’action de l’État en mer. Pour y remédier, une vaste opération de contrôle relative à la sécurité des loisirs nautiques a été menée samedi dernier sur la côte ouest de Tahiti, par le commandant de la zone maritime française sous l’autorité du haut-commissaire. La Dépêche de Tahiti a donc embarqué à bord de la vedette de la brigade nautique de la gendarmerie nationale. L’adjudant-chef Florent Baubiet explique cependant qu’il y aura très peu de monde à contrôler à cause de la course de va’a Fa’ati Moorea. “La matinée s’annonce très calme”, s’est-il amusé.

Du paddle aux professionnels de la plongée ou des activités nautiques, en passant par le simple plaisancier, tout est sujet à un possible contrôle. Et c’est Uratini, en sortie de surf tracté avec ses enfants et ses neveux, qui va attirer l’attention de la brigade nautique.

Permis de bateau, carte de circulation, fusées de détresse ou encore gilets de sauvetage, les papiers et les équipements de sécurité de base sont passés en revue par Florent Baubiet et son équipe.

 

 

“Les contrôles inopinés, c’est bien”

 

 

À la suite de son contrôle, Uratini s’en sort avec une seule remarque de la part de Florent Baubiet : “Il te manque juste un système de largage d’urgence au niveau des bouées pour assurer un maximum de sécurité aux enfants”. Uratini se félicite d’ailleurs de ce contrôle inopiné. “Je n’ai rien contre ces contrôles, cela permet d’être sensibilisé et d’apprendre des choses, comme c’est le cas aujourd’hui et c’est tant mieux. C’est comme sur la route, c’est bien que les gendarmes soient là pour cadrer les choses.”

Pour Florent Baubiet et la brigade nautique, la répression n’est pas forcément un moyen privilégié. “On est beaucoup dans la prévention. En cas d’infraction, on demande aux gens de régulariser la situation. Ce qui nous importe avant tout, c’est que les bateaux soient à jour question sécurité. Le cas échéant, on demande aux gens d’acheter le matériel de sécurité et de nous envoyer la facture pour preuve de l’achat, du moins en ce qui concerne les infractions commises par des plaisanciers.”

En ce qui concerne les professionnels de la mer, qui sont a priori bien au fait de la réglementation, Florent Baubiet indique que “là, nous sommes beaucoup moins tolérants”.

Ces opérations de contrôle s’étendront à Moorea, mais aussi aux cinq archipels de la Polynésie française. Les usagers de la mer sont prévenus. Les brigades nautiques vont multiplier les contrôles pour vérifier la régularité des embarcations.

Depuis le début de l’année, 172 personnes ont été secourues en mer. Quant à la brigade nautique de la gendarmerie, elle a contrôlé 419 embarcations de tous types allant du bateau de plaisance à la planche à voile et paddle et a relevé 208 infractions.

 

D.T.

 

prévention mer

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Selon vous, quelle troupe remportera le Heiva i Tahiti cette année en Hura Tau :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete