Habillage fond de site

Graviers de Hao : Édouard Fritch devra arbitrer

jeudi 3 novembre 2016

Manifestation de l’Association 193 devant la présidence, hier. (© Caroline Perdrix)

Manifestation de l’Association 193 devant la présidence, hier. (© Caroline Perdrix)

 

L’Association 193 a manifesté hier devant la présidence pour demander le retrait des graviers de Hao destinés au chantier routier de Rikitea. Elle a été reçue par Albert Solia, ministre de l’Équipement. De son côté, le maire de Rikitea assure que son conseil municipal et la population ne s’opposent pas à l’utilisation de ces graviers. C’est au président du Pays de trancher.

 

 

Une quarantaine de manifestants de l’Association 193 étaient réunis devant la présidence, hier matin, protestant contre l’utilisation à Rikitea de gravats issus du chantier de dépollution de Hao, pour la réfection d’un tronçon routier d’un kilomètre.
Quelque 200 mètres cubes ont déjà été débarqués à Rikitea ; le chantier en nécessite 1 300. Le frère Maxime en tête, les manifestants cherchaient à être reçus par le président du Pays, absent pour cause de Hawaiki Nui Va’a aux îles Sous-le-Vent.
C’est finalement le ministre de l’Équipement, Albert Solia, qui a rencontré les manifestants, entouré du directeur de l’équipement, Jean-Paul Lecaill, du conseiller du président, Thierry Nhun Fat, et du délégué au suivi des conséquences des essais nucléaires, Bruno Barrillot.

Une heure d’entretien au bout de laquelle chacun est resté sur ses positions, dans l’attente d’une décision présidentielle.
Les manifestants, parmi lesquels plusieurs Mangaréviens, ne se satisfont pas des analyses réalisées en 2011 par l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) qui n’avaient détecté aucun radionucléide. Ils évoquent pêle-mêle le béton concassé provenant de l’ancienne base vie, le plutonium qui subsiste sous la “dalle Vautour” de l’aéroport de Hao et les études sur la présence de métaux lourds dans l’alimentation. Pourtant, l’Association 193 rejette la proposition du gouvernement de faire procéder à de nouvelles analyses et ne demande qu’une chose : que les graviers soient retirés de Rikitea.

De leur côté, Bruno Barrillot et Vai Gooding, maire de Rikitea, s’étonnent des affirmations de l’Association 193. Ses administrés et son conseil municipal veulent, dit ce dernier, que le chantier aille à son terme dans les conditions prévues, car le concasseur que la commune souhaite acheter ne sera pas sur place avant la fin de l’année prochaine. 

 

C.P.

 

 

Plus d’informations dans notre édition du jour ou au feuilletage numérique

3
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Samedi se tient l’élection de Miss France. Selon-vous Miss Tahiti sera :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete