Grève à Air Tahiti – Des négociations “occultes” qui exaspèrent les salariés

    jeudi 26 mai 2016

    Les grévistes ont appris la signature par deux syndicats de pilotes non-grévistes d’une annexe concernant les conditions de travail de ces derniers. La direction demande aux PNC, qui refusent catégoriquement, de s’aligner sur cette annexe.  Fin de grève chez Newrest et chez Air Archipels, levée temporaire du préavis à la Somstat.

    Deux syndicats de pilotes non-grévistes ont signé mardi l’annexe concernant leurs conditions de travail, alors que des négociations sont toujours en cours avec les PNT (pilotes), les PNC (hôtesses et stewards) et le personnel au sol d’Air Tahiti.
    Cette signature a eu l’effet d’une bombe, hier, dans les rangs des grévistes. Ils estiment qu’elle se serait faite en catimini à l’issue de réunions de travail secrètes. C’est donc très remontés que les PNC se sont donné rendez-vous au siège d’Air Tahiti, hier matin, pour rencontrer la direction dans le cadre des négociations.

    Cette rencontre a été l’occasion, pour les PNC, de refuser la proposition de la direction leur demandant de s’aligner sur l’annexe des PNT, et de représenter leurs revendications “non-négociables” concernant leurs conditions de travail.
    Dans l’après-midi, les négociations ont repris avec le personnel au sol, sans qu’un accord n’ait été trouvé. Quant aux PNC, ils sont décidés à ne rien lâcher sur leurs revendications initiales comme le confirme Titaina Viriamu, secrétaire générale du SPNCAT.

    “La direction est venue ce matin (hier, NDLR) nous rapporter le travail qu’elle avait eu avec les deux syndicats de pilotes signataires de la nouvelle annexe définissant leurs conditions de travail, et pour nous demander de nous aligner sur cette annexe. Nous leur avons rappelé nos revendications initiales, qu’il était hors de question que nous nous adaptions à la programmation des vols, et que l’être humain passait avant la notion de rentabilité et de productivité. Nous voulons simplement que la direction reconnaisse la pénibilité de notre métier et respecte la durée légale du travail.”

    À la CSIP, Cyril Le Gayic confirme : “Si la direction assure la partie sécurité matériel avec l’achat de nouveaux avions, il y a un aspect humain qu’il ne faut pas négliger et qu’il faut prendre en compte dans le fonctionnement d’une société. Les avions ne volent pas sans pilote, la sécurité cabine est assurée par les hôtesses et les stewards. Faire 6 à 7 étapes par jour n’est pas sans conséquences sur la santé des PNC. Il faut que la direction prenne en compte le facteur fatigue qui n’est pas identique entre les PNT et les PNC. Par ailleurs, comparer un pilote à un chauffeur de bus, et une hôtesse à une serveuse de café, c’est manquer de considération envers une catégorie de personnel qui est responsable de la sécurité des passagers. Cela démontre également la place du salarié dans cette entreprise.”

    Pascal Martin

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete