Habillage fond de site

Grève à l’OPT – Toujours pas de sortie de conflit

mercredi 10 juillet 2019

Selon les syndicats, ce mouvement de grève est suivie par 35 % du groupe OPT. Photo : CT

Selon les syndicats, ce mouvement de grève est suivie par 35 % du groupe OPT. (Photo : CT)

Le mouvement de grève se poursuit toujours à l’OPT. Hier, en début d’après-midi, les organisations syndicales (CSIP/Sapot, CSTP/FO et O oe to oe Rima) ont organisé un point presse sur le piquet de grève, aux abords du rond-point de la base marine de Papeete, pour expliquer la situation depuis l’arrêt des discussions, le week-end dernier.

“On attend une attitude plus attentive des directions de l’OPT”, explique Marcel Tuihani junior, représentant Sapot, syndicat majoritaire chez Vini, filiale de l’Office des postes.

“Se réfugier derrière une transmission, le samedi 6 juillet, à une heure particulière, ne veut pas dire que les discussions sont interrompues pour nous. Nous attendons que les revendications soient traitées sérieusement avec de vraies réponses sur la participation du Pays quant à l’équilibre du groupe ou des modifications règlementaires, puisque la direction de l’OPT attend l’élaboration d’une loi fiscale, ou de manière complémentaire, l’exonération sur le prélèvement des dividendes.”

Pour Marcel Tuihani, tout ça est mal organisé et prémédité, estimant que cela ne relève pas de la responsabilité du personnel.

Pour lui, il est faux de dire que l’activité postale et bancaire de l’OPT enregistre déficit de 700 millions de francs. “Le président de la filiale Fare Rata a été transparent avec nous”, précise t-il. “Ce déficit, c’est 3,2, voire 3,5 milliards de francs. Comment garantir l’équilibre du groupe OPT et ses emplois ? Ce sont des sujets qui nous inquiètent beaucoup.”

 

“Nous sommes dans l’impasse”

 

Marcel Tuihani, qui s’exprimait pour l’ensemble des organisations syndicales, indique que ce point divise le gouvernement et la direction de l’OPT. “Nous sommes dans l’impasse. Nous attendons des garanties des deux protagonistes.”

Sur le maintien de l’ancienneté des agents, un des points de revendication, les syndicats réclament que celle-ci soit maintenue comme dans la fonction publique ou communale.

Tant que les discussions ne reprennent pas, les syndicats vont mobiliser les grévistes pour faire entendre leur voix.

“Il y va de notre avenir”, martèle Marcel Tuihani. “On n’est pas là à parler d’acquis ou de revendications supérieures que nous avons. On demande tout simplement que les fondations du groupe OPT depuis les 30 dernières années soient maintenues.”

Pour lui, le plan Ambition 2020 présenté par la direction de l’Office est venu fragiliser l’équilibre économique et social du groupe OPT.

Les syndicats affirmaient hier qu’aucune rencontre n’est prévue pour la reprise des discussions.

Dans un communiqué, hier soir, les dirigeants de la holding OPT, de la SAS Onati et de la SAS Fare rata assurent avoir proposé de rencontrer l’intersyndicale ce mercredi, à 8 heures, afin de discuter des différents points des projets de protocole d’accord en vue de mettre fin au conflit. Selon l’OPT, le pourcentage de grévistes était hier de 30 %.

 

CT

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Pensez-vous que la visite de la ministre de la Justice au fenua pourrait régler le problème foncier ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete