La grève des pompiers de l’aviation civile s’ajoute à celle des pompiers d’ADT

    mercredi 17 mai 2017

    aéroport

    Alors que plus d’une centaine de touristes étrangers ont dormi cette nuit au sein de l’aéroport, ce sont 800 passagers qui vont ne pas pouvoir se rendre dans les îles ou à Tahiti aujourd’hui (tout comme hier), suite à la grève des pompiers aéroportuaires.(© Chistophe Cozette)


    Les vols internationaux sont toujours impactés par la grève des pompiers d’Aéroport de Tahiti, qui a débuté lundi. Hier, c’est au tour des pompiers des aérodromes des îles d’être rentrés en conflit avec leur direction, mettant sur le carreau près de 800 passagers. Les acteurs touristiques parlent de “catastrophe pour l’image du tourisme” et de “prise d’otages de tout le territoire”.

    La Polynésie française subit actuellement une grève autour de l’aéroport international de Tahiti-Faa’a, parfois déclinée dans les aéroports des autres îles. Alors que les pompiers de la société Aéroport de Tahiti (ADT) sont en grève depuis lundi matin occasionnant des reports des vols internationaux, ce sont les pompiers de la direction de l’aviation civile (DAC) qui sont entrés en grève hier, perturbant ainsi l’ensemble des vols domestiques.

    Côté grévistes O oe to oe rima, ce sont toujours une vingtaine de pompiers d’ADT qui ont cessé de travailler sur la plate-forme de Tahiti-Faa’a alors que les pompiers des autres aéroports gérés par ADT, à savoir Raiatea, Bora Bora et Rangiroa, ne sont pas rentrés dans ce mouvement social.

    Les négociations du côté de ces grévistes sont au point mort, mais c’était sans compter sur leurs collègues du Pays (la DAC) et affiliés CSTP-FO, qui sont rentrés dans le mouvement.

    À midi hier, alors que les négociations étaient en cours entre la direction et les grévistes, 50,29 % de la DAC étaient en grève, dont plus de 77 % des pompiers des aérodromes, soit environ 100 grévistes sur un effectif de 130 (la DAC a un effectif total de 220 employés).

    Résultat ? Avec les perturbations des vols internationaux, ce sont des centaines de passagers étrangers et en panne d’hébergement qui ont dormi soit dans la zone d’embarquement domestique, soit sous douane à l’international, lundi soir et hier soir encore, et ce sont plus de 800 passagers des vols domestiques qui n’ont pas pu prendre l’avion hier, et sans doute, tout autant aujourd’hui, comme l’a confirmé Manate Vivish, directeur général d’Air Tahiti, hier (lire ci-dessous) à La Dépêche. Leur chiffre est pour l’instant inconnu, mais de nombreux touristes ou des résidents (lire ci-contre) sont également bloqués dans les îles comme à Huahine ou aux Marquises.

     

    Conseil des ministres aujourd’hui

     

    “C’est un coup de poignard planté dans le dos de l’industrie touristique”, a dit le directeur général de la compagnie domestique, visiblement agacé.

    “C’est clairement une prise d’otage de l’aéroport mais aussi des compagnies aériennes et de tout le territoire”, n’a pas hésité à dire Éric Dumas, d’Aéroport de Tahiti (lire ci-dessous). “On a des grévistes qui sont sûrs de leur pouvoir car ils sont une vingtaine environ à tenir l’aéroport entre leurs mains”, a poursuivi le directeur général de la plate-forme internationale depuis bientôt deux ans et ancien pompier dans une autre vie professionnelle.

    Rien n’a bougé hier du côté d’ADT alors que du côté de l’aviation civile (de compétence du Pays), les négociations ont duré une bonne partie de la matinée, mais comme l’a rappelé Patrick Galenon pour la CSTP-FO, “il y a des décisions qui n’appartiennent pas à la direction de l’aviation civile mais au conseil des ministres ou au président du Pays”.

    Et même s’“il n’y a jamais de hasard dans la vie”, selon Patrick Galenon, mercredi, c’est le jour du conseil des ministres. Le Pays sortira-t-il de cette “prise d’otage”, “catastrophique pour l’image du tourisme polynésien”, selon Manate Vivish ? Réponse, peut-être, aujourd’hui.

    Christophe Cozette

     

    Capture d’écran 2017-05-17 à 10.15.25 Capture d’écran 2017-05-17 à 10.18.20 Capture d’écran 2017-05-17 à 10.19.01

     

      Edition abonnés
      Le vote

      Une proposition de loi du Pays, susceptible d'être prochainement adoptée, rendra plus accessible la stérilisation des animaux. Et vous, qu’en pensez-vous ?

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete