Grogne des habitants de la Tuauru à Mahina – À quand un carrefour et des passerelles sécurisés ?

    jeudi 14 avril 2016

    Les riverains de la Tuauru ont voulu pousser un “coup de gueule” pour dénoncer les conditions d’insécurité dans leur secteur.
     L’entrée en voiture dans la vallée se fait difficilement depuis la mise en place d’un trottoir. Le chemin provisoire – le plus utilisé – sur le pont n’est pas sans danger pour les piétons.

    Il y avait comme un vent de révolte, hier matin, au carrefour de la Tuauru, à Mahina. Plusieurs habitants de la vallée et membres d’association avaient décidé de se retrouver au niveau du magasin Apahere afin d’expliquer à la presse leurs mécontentements. Le premier point concernait la nouvelle configuration du carrefour de la vallée.

    Lors de la réalisation provisoire des trottoirs, la voie d’engagement dans la vallée a été réduite de moitié, mais surtout, l’angle sortant est très serré. Si bien que lorsque l’on arrive du pont de la Tuauru, et malgré un fort pouvoir de braquage, l’entrée dans la vallée se fait soit en montant sur le trottoir avec la roue arrière, soit en empiétant sur la voie des voitures qui arrivent en face. Cela est vrai pour une voiture, alors imaginez la manœuvre pour un bus, un camion à plateau ou un semi-remorque. Car les poids lourds sont fréquents dans cette vallée qui compte une petite zone industrielle.

    Les riverains en ont marre. Sur place, ils ont bien vu un tout récent bornage qui laisse imaginer que le trottoir va être refait avec un angle plus évasé. Mais pour beaucoup, ça ne suffira pas pour les camions. Ils voudraient que l’on fasse une vraie voie de décélération avec un virage large. Il y a de la place pour réaliser cet ouvrage. Le terrain, qui fait l’angle, n’est pas occupé. Mais les mauvaises langues disent qu’on ne veut pas saisir une plus grande parcelle de ce propriétaire : “C’est au président Fritch !”

    Des piétons en danger

    Les riverains ont également souhaité alerter la presse sur la situation d’insécurité des piétons sur le pont de la Tuauru. La dégradation des passerelles piétonnes de chaque côté du pont avait contraint les services du Pays à fermer les deux allées de passage. Le bois au sol était pourri, à en passer le pied à travers ! Et il y a plus d’un an a été réalisée (côté mer) une dalle surélevée à même la chassée du pont sur toute la longueur pour permettre aux piétons de passer. Cela a considérablement réduit la largeur de la chaussée et ce trottoir provisoire est guère rassurant en raison de la proximité de la circulation. On se croise difficilement à pied et si un vélo ou une poussette passe par là, quelqu’un doit se dévouer pour descendre sur la route.

    Puis il y a quelques semaines, la passerelle (côté montagne) a reçu un nouveau plancher en bois. Sauf que les écoles et les lotissements se trouvent côté mer ! Alors, pour que les écoliers empruntent la passerelle rénovée, un technicien (peu avisé) a fait marquer au sol un passage protégé orange (provisoire) à la sortie du pont. Les riverains doutent que cet emplacement soit très réglementaire et pestent contre cette mise en danger des piétons. Aussi, ils demandent la réouverture de la seconde passerelle qui se dégrade toujours un peu plus et qui fait tache dans le décor.
    Peu gâtés par un réseau routier dentelé de nids de poule, les riverains avaient envie de pousser un coup de gueule pour faire avancer les choses. Cette montée de température dans la vallée intervient aussi en pleines négociations entre les propriétaires et la mairie à propos du projet de galerie drainante qui fait débat. 

    J.-L.M.

    Lire plus dans La Dépêche de Tahiti

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete