Guyane : rassemblements contre l’utilisation du malathion

    jeudi 22 janvier 2015

    Une quarantaine de citoyens se sont rassemblés mercredi à Cayenne, et une dizaine à Kourou, pour protester contre l’utilisation du malathion, un insecticide interdit en Europe, mais pulvérisé depuis la mi-novembre en Guyane dans le cadre de la lutte contre le moustique vecteur du virus du chikungunya.
    Ces rassemblements se sont tenus à l’appel du collectif Stop au malathion, qui réclame « l’arrêt immédiat, sur tout le territoire, des pulvérisations » et « le redéploiement des moyens financiers et humains pour une lutte plus respectueuse » de l’homme et de l’environnement.
    « Le malathion est utilisé depuis trente ans mais les résultats ne portent pas leur fruit, il y a toujours des moustiques » a expliqué Denis Makalowski, l’un des membres actifs du collectif.
    Il a souligné la « résistance » acquise des aedes au malathion, aspergé jusqu’en 2009 en Guyane dans le cadre de la lutte vectorielle contre les aedes aegypti (porteurs de la dengue et désormais du chikungunya). La dose préconisée par le rapport 2014 de l’Institut Pasteur, est six fois plus importante que celle utilisée en 2009.
    Cette dose n’est pas sans risque pour la santé des habitants et des animaux, selon les membres du collectif. « Ma fille et moi on a choppé des boutons après le passage de la bégonneuse (nom donné aux voitures utilisées pour les pulvérisations) », a dit mercredi Georges Mignot, un kouroucien, membre du collectif.
    Selon le dernier bulletin épidémiologique de l’Institut national de veille sanitaire (Inves) du 19 janvier, en Guyane, l’épidémie de chikungunya atteint « 10 586 cas probables » et « 5 847 cas confirmés » depuis l’apparition du premier cas autochtone en février 2014. A l’échelle départementale l’épidémie se stabilise, malgré une augmentation du nombre « de cas cliniquement évocateurs » constatée sur les communes de Matoury, Kourou, dans l’ouest guyanais (Mana, Saint-Laurent) et le long du Maroni. A Cayenne et Rémire-Montjoly, « une stabilisation est enregistrée » selon la Cellule interrégionale d’épidémiologie (CIRE).
    En 2007, le malathion a été retiré de la liste des substances autorisées comme biocide dans l’Union européenne. Le 5 août 2014, un arrêté interministériel a autorisé « par dérogation la mise à disposition sur le marché et l’utilisation du malathion en Guyane pour une période de 180 jours ».

    AFP

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete