Habillage fond de site

Des handicapés stagiaires formés à l’agriculture bio

lundi 7 août 2017

agriculture faapu

Le terrain appartenant à Henri Jay fait 4 700 m2. C’est sur ce plateau que se concentre l’essentiel de l’activité agricole. (© John Hiongue/LDT)


L’association Taatira’a huma mero no Arue s’est lancée dans l’apprentissage de l’agriculture bio pour ses stagiaires. Une formation sur l’apiculture est également prévue afin de diversifier les activités destinées à l’insertion des personnes handicapées. Huit personnes, qui ont signé un contrat avec le service de l’emploi de la formation et de l’insertion professionnelles (Sefi), se rendent tous les matins sur leur lieu de stage.

Quotidiennement, la même scène se déroule sur une parcelle de terrain louée auprès du propriétaire Henri Jay sur les hauteurs de Arue. L’accès n’est pas facile. Un portail automatique vient fermer la route car elle est interdite aux randonneurs et aux chasseurs de cochons sauvages.

Depuis bientôt trois ans et dans la plus grande discrétion, Taatira’a huma mero no Arue exploite un bout de terrain. L’association promeut l’agriculture bio et bientôt l’apiculture. Les stagiaires handicapés sont à l’œuvre. Ils entretiennent le site chaque semaine, exception faite du week-end et des jours fériés.

Ces personnes ont signé un contrat STH (Stage pour travailleurs handicapés) d’une durée de six mois avec le service de l’emploi de la formation et de l’insertion professionnelles (Sefi) avant de débuter leur formation agricole.

Ces personnes adultes ont été reconnues travailleurs handicapés par la commission d’orientation technique et de reclassement professionnel.

“Nous avons huit handicapés adultes légers. Ils souhaitent s’aguerrir dans l’agriculture bio. Nous fabriquons tout sur place même l’engrais. On achète très peu de choses dans le commerce, à l’exception du matériel agricole et des sacs de terreau. La commercialisation de nos légumes se fait majoritairement et pour le moment en interne. Mais notre intention dans l’avenir est de nous diversifier. Nous souhaiterions participer une fois par mois à une vente organisée par la commune de Arue dans les jardins de la mairie”, explique Sabine Buchmann, directrice du centre d’accueil Huma mero à Arue.

“Nous dératisons une fois par mois. On a installé une barrière électrifiée pour les cochons sauvages. On traite avec un produit bio la petite fourmi de feu. En dehors des légumes, nous avons des arbres fruitiers. On a 300 variétés de plantes. Le terrain fait 4 700 m2 sur deux niveaux. Notre prochain objectif, c’est l’apiculture”, détaille  Sabine Buchmann.

Les handicapés qui travaillent dans l’atelier agricole ont un statut de stagiaires. Ils touchent des indemnités versées par le Sefi. L’indemnité mensuelle brute est de 82 000 F.

Certains d’entre eux se lancent dans cette même activité chez eux. Ils produisent des légumes pour leur consommation personnelle.

“L’association recherche aujourd’hui des professionnels en agriculture bio afin de mieux former les handicapés dans leur apprentissage. Ce que nous souhaitons, c’est des professionnels capables d’encadrer des petits groupes de stagiaires adultes”, conclut Sabine Buchmann.

 

De notre correspondant J.H.

 

henriette kamia

186
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Le Pays a lancé l'opération "plage propre", vous sentez-vous concernés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete