Habillage fond de site

Le Haut commissaire détruit la thèse du complot contre Oscar Temaru

vendredi 30 novembre 2018

 

Bidal

Dans un communiqué au ton grave envoyé aux rédactions ce vendredi, le Haut commissaire de la République en Polynésie française, René Bidal, a tenu à remettre l’église au centre du village après les propos des dirigeants du Tavini et un nouveau communiqué bleu qui voudraient que l’Etat soit derrière les récents ennuis judiciaires du maire de Faa’a.

« Je prends acte et désapprouve la mise en cause réitérée de l’État par le parti « Tavini Huiraatira » qui vient, encore aujourd’hui, de s’exprimer par le biais d’un communiqué », explique-t-il en préambule. « Je regrette cette posture qui diffuse l’idée d’un « complot » à l’encontre d’un homme. »

« Cette idée ne repose sur rien », poursuit-il, « mais, puisque les attaques perdurent, je souhaite rendre publique ma réaction personnelle pour éviter que mon silence en accrédite la thèse. »

Rappelant que la France et la Polynésie française ne sont plus aux temps de l’ingérence permanente du Général de Gaulle dans les affaires de l’Etat et de la justice, René Bidal continue. « Arrêtons les fantasmes, nous ne sommes pas à l’époque des pleins pouvoirs au Général de Gaulle, période à laquelle les communiqués du Tavini nous renvoient sans cesse, faisant des raccourcis historiques de circonstance. Quels éléments nouveaux et menaçants sont apparus dans la démarche ancienne et connue du leader du TAVINI ? En quoi les agissements de Monsieur Oscar TEMARU menaceraient subitement l’État et la République ? Quand bien même il en aurait le pouvoir, quel intérêt l’État trouverait-il, tout aussi promptement, à s’acharner contre Monsieur Oscar Temaru jusqu’à vouloir, selon les mots employés, sa « mort politique » ? »

Appelant à retrouver « le calme » et « la vérité » et éviter « la désinformation », le Haut commissaire met en parallèle l’histoire de l’inéligibilité d’Oscar Temaru avec celles des autres candidats aux dernières législatives. « Les erreurs dans les comptes de campagnes, notamment l’absence de justification dans les recettes, constituent une cause habituelle d’inéligibilité.

A cet égard, le cas de Monsieur Oscar TEMARU est loin d’être unique dans la République. (…) Pour les dernières élections législatives de juin 2017, le Conseil constitutionnel a examiné 351 saisines que la commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques lui a transmises. Sur ces 351 contentieux, le Conseil constitutionnel a prononcé 287 peines d’inéligibilité à l’encontre des élus concernés, soit dans près de 82% des cas ! »

Enfin, concernant l’enquête sur Radio Tefana, le positionnement ouvertement pro Tavini et indépendance de la station et son financement par la mairie de Faa’a, le Haut commissaire déclare « ignorer les tenants et aboutissants, de même d’ailleurs que les séquences de procédures que cette enquête suppose, tant il est vrai que la séparation des pouvoirs le commande. »

Le communiqué du Haut commissaire conclut et martèle, « personne ne veut « la mort politique » de Monsieur Oscar TEMARU, il y a juste la loi qui, comme il a eu la sagesse de le dire lui-même, est la même pour tous. »

 

Bertrand Prévost

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete