Habillage fond de site

Du haut débit pour tous en 2025

mercredi 6 décembre 2017

smart polynesia

Le colloque a été organisé par le ministère en charge du numérique et a permis de voir dans quelles conditions le Pays pourra réaliser la mutation numérique. (© Charles Taataroa)


Le colloque organisé hier, au Méridien Tahiti, a permis de faire un état des lieux du numérique en Polynésie, mais aussi de voir ce qu’il reste à faire pour accompagner le Pays dans cette mutation. Dans les grandes lignes, l’idée est de généraliser le numérique dans l’administration, les entreprises, mais aussi dans les familles, notamment dans les archipels les plus éloignés. L’État et le Pays travaillent ensemble sur ce projet qui tient à cœur au gouvernement Fritch.

Les acteurs publics et privés de la transformation numérique, telle qu’elle est présentée dans le schéma directeur de l’aménagement numérique (Sdan) adopté en juin 2016, se sont réunis hier au Méridien Tahiti, à Punaauia, pour faire un état des lieux du numérique en Polynésie française et voir ce qu’il reste à faire pour accompagner le Pays dans cette mutation.

Pour le président du Pays Édouard Fritch, qui a eu l’opportunité d’ouvrir le colloque, le numérique est un sujet qui passionne.

“En quelques décennies, le numérique a profondément modifié notre manière de communiquer, d’interagir, de travailler et, même, de nous distraire. Nous sommes au commencement d’une ère nouvelle, d’une révolution dont nous ne savons pas encore où cela va nous mener.”

Édouard Fritch a également rappelé la genèse des travaux réalisés les années précédentes dont il a été l’un des instigateurs.

Il a évoqué le projet Metua à la fin des années 1990, jusqu’au schéma directeur du numérique approuvé par l’assemblée de la Polynésie et le conseil économique, social et culturel cette année, en passant par les États généraux du numérique et Te ara hotu, en 2011, et l’Observatoire du numérique en 2012…

Il a également fait état de la réussite de l’incubateur Prism, l’engouement autour du Festival Digital ou encore le succès du Passeport Digital.

Il a parlé aussi du câble Honotua installé en 2010, lequel dessert plus de 80 % de la population en numérique haut débit aujourd’hui.

 

Des mesures phares

 

“Ce n’est pas suffisant, j’en conviens, a dit Édouard Fritch. J’entends et je comprends nos habitants, nos pensions de famille et nos prestataires des îles qui se plaignent de n’être pas logés à la même enseigne que leurs concitoyens de la Société. C’est pourquoi le Pays accompagne l’OPT dans ses projets”, a précisé le président.

Pour ce qui reste à faire, le président du Pays a rappelé les grandes lignes du plan d’action Smart Polynesia.

La première concerne la création d’un bâtiment totem, le “Pacific DigiPol” (Digi pour digital et Pol pour Polynésie).

Il s’agit d’un espace de partage où start-up, entreprises locales et entreprises nationales, voire internationales, pourront disposer des équipements et des connexions nécessaires à leur activité digitale et à leur croissance.

Il regroupera en un même lieu, connecté à la fibre et équipé des matériels nécessaires, un incubateur de start-up, des espaces de coworking, un auditorium, des salles de visioconférence, un hôtel d’entreprise et bien d’autres espaces encore.

Des contacts avec le pôle outre-mer de “Station F”, le plus grand incubateur d’Europe, ont déjà été réalisés.

Le haut-commissaire René Bidal a confirmé que l’État apportera son soutien et ses compétences pour construire ce projet. Les entreprises locales sont déjà en train d’opérer leur virage numérique. Certaines ont des projets pour se développer et améliorer leurs services grâce au numérique.

Le président Édouard Fritch a également parlé du projet Natitua qui permettra à une vingtaine d’îles des Tuamotu et des Marquises, soit environ 20 000 personnes supplémentaires, d’accéder au haut débit.

Il a aussi évoqué le projet de câble Manatua, qui sera raccordé aux Samoa et offrira une sécurité supplémentaire à l’international et à terme, des perspectives de raccordement encore plus à l’ouest du Pacifique.

À terme, ces projets permettront à l’administration du Pays, aux entreprises locales mais aussi aux familles d’accéder au haut débit et d’être véritablement à la page de la transition numérique qui s’opère aussi dans le monde.

Le Pays s’est donné jusqu’en 2025 pour permettre à tout un chacun d’accéder au haut débit.

C.T.

 

francis pezet édouard fritch

79
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Samedi se tient l’élection de Miss France. Selon-vous Miss Tahiti sera :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete