Habillage fond de site

Havai’ink surfe sur la vague de la jeunesse

vendredi 25 août 2017

tatouage

Règle générale numéro un des tatoueurs : le rasage de très près des zones à tatouer. Henere Tua de Te Fara Tattoo, à droite, va consacrer deux jours de travail au bras de Jacky, à gauche, pour parfaire un premier tatouage incomplet. (© Jean-Pierre Besse/LDT)


Ouvert avec plus d’une centaine de visiteurs, mercredi dernier, le premier salon du tatouage de Uturoa est déjà entré dans la liste des événements culturels à ne pas rater. L’association Uturoa Centre-ville (UCV) a fait le pari de miser sur l’activité du tatouage pour animer la capitale des Raromata’i, et elle a eu raison : le deuxième jour de Havai’ink confirme l’engouement populaire de la première journée, les tatoueurs ont un carnet de rendez-vous à rendre jaloux les praticiens des salons de tatouage.

Havai’ink s’est ouvert sur une grande inconnue : le public allait-il répondre à l’invitation culturelle d’une telle manifestation. Le pessimisme a été balayé par la jeunesse qui a répondu, en masse, à ce retour du “back to the roots” vécu en 2000 lors de l’exceptionnel Tatau i Taputapuatea près du marae de Opoa.

La première manifestation polynésienne spécifique au tatouage avait réuni, il y a 17 ans, plus de 50 tatoueurs venus du monde entier, de très nombreux journalistes spécialisés dans cet art, et surtout, des milliers de visiteurs. Le Havai’ink de UCV est plus modeste, les moyens sont différents, il a fallu solliciter les réserves parlementaires des députés polynésiens pour finaliser le budget, mais le résultat se mesure à l’aune de cet intérêt passionné sur le travail des “maîtres”. Car ce sont bien des “maîtres” dans leur art, et la lecture de leurs “press-books” avec les modèles réalisés sur les corps de leurs patients en est la preuve vivante.

Avec ses quatorze tatoueurs installés dans un petit village fait de feuilles de nia’u et de plants de bambou, le premier salon du tatouage est incontestablement une réussite. L’endroit, sur le parvis du marché, est stratégique. L’intérêt de cette première manifestation culturelle sur fond d’animation commerciale n’a pas échappé aux élus de Uturoa et Taputapuata qui se sont joints aux invités pour ouvrir le salon.

Le concours du plus beau tatouage, avec la remise de trois prix, lors de la Convention de samedi, devrait être le plus beau jour d’un retour aux sources vécu par plus d’une centaine de nouveaux tatoués. K

 

De notre correspondant Jean-Pierre Besse

 

havai ink

1RAI 5 Tattoo

Havai’ink sert également de stage éducatif pour les jeunes filles de la classe de 1re Accueil-relation clientèle et usagers, partenaire de la manifestation, du lycée professionnel, conduit par leur professeure (au centre), Nathalie Mathieu. (© Jean-Pierre Besse/LDT)

2RAI 5 Tattoo

On a rencontré le sosie de Maui (du film Moana) au salon du tatouage, le tatoueur Patu Mamatui, de Tattoo by Patu, avec le tavana Jeannime Teikitutoua de Avera, qui a promis de revenir l’année prochaine “car moi, j’aime ce genre de salon”, a-t-il déclaré. (© Jean-Pierre Besse/LDT)

4RAI 5 Tattoo

Installé à Raiatea, Heiarii, de Arii Tattoo, s’est déclaré enchanté de recevoir des amis tatoueurs de Tahiti et de Bora Bora, il a fait remarquer : “Ce salon a élargi ma clientèle, je remercie tous ceux qui ont organisé cette manifestation. On attend avec impatience la deuxième édition.” (© Jean-Pierre Besse/LDT)

 

20
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Le Pays a lancé l'opération "plage propre", vous sentez-vous concernés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete