Hei Tahiti prend un nouveau cap

    samedi 5 septembre 2015

    Qu’on se le dise, pour danser avec  Hei Tahiti, il ne suffira plus d’avoir un bon déhanché ! Le groupe, qui commence déjà à préparer le prochain Heiva i Tahiti, a revu ses objectifs. 
    “Il fallait donner un nouveau cap au groupe, d’abord parce qu’on s’inscrit au Heiva de 2016, mais également pour lui donner une impulsion nouvelle, explique Tiare Trompette, la chef de troupe. 
    Les gens ont l’habitude de voir le groupe Hei Tahiti d’une certaine manière et, aujourd’hui, j’ai envie de le faire grandir vers d’autres horizons.” 
    Ces horizons, elles sont si proches, mais si éloignées à la fois… En effet, Tiare Trompette souhaite que chacun de ses danseurs, filles et garçons, s’ancre et vive dans la culture polynésienne. 
    “Le danseur ne peut plus venir que pour danser, poursuit-elle. Ce que je demande aujourd’hui à tout le monde, c’est de s’intégrer complètement dans sa culture, de vivre avec sa langue. Et pour ça, on a monté un centre de formation en mars, où ils ont suivi un programme avec des cours de danses, mais également de chants et de percussions. On va bientôt démarrer les cours de langue. On a fait un état des lieux et, maintenant, on fait des groupes de niveau pour pouvoir les nourrir en termes de contenu. Au-delà de ça, on vit énormément dans la nature où on les force un peu à faire des randonnées, à prendre connaissance de l’environnement. On est dans une autre optique. On voit un peu plus au-delà des limites de la danse, et tout ça dans un souci de promotion de tout ce qui compose la culture.”
    Les cours, ouverts aux personnes extérieures à la troupe, sont dispensés par Tiare Trompette et d’autres membres de Hei Tahiti dans une maison aménagée, dans la vallée de Titioro. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il remporte un franc succès, un peu comme tout ce que ce groupe au long palmarès entreprend. 

    Un test grandeur nature

    “Ça avait démarré doucement en mars et, depuis juillet c’est archi-complet, autant au niveau des cours pour enfants, adolescents et adultes. Je crois qu’il faut que je casse les murs de la maison, dit-elle avec humour. Je ne sais pas comment je peux faire aujourd’hui, je n’ai pas le temps de créer d’autres créneaux, mais je suis contente de la manière dont ça se développe.”
    Ce centre de formation, la chef de troupe le voit comme une expérimentation grandeur nature avec ses danseurs. 
    “J’ai envie de faire un test, de voir quel va être le ressenti de ces gens-là, de 2015 à 2016, avec le Heiva et l’après-Heiva. Donc, ça nous fait à peu près deux ans d’expérimentation. J’aimerais savoir quelle va en être la suite après le Heiva : est-ce que ces gens-là vont poursuivre ou est-ce qu’ils vont se dire ‘Bon, je l’ai vécu, ça me suffit’ ?”
    Ce projet est également une façon de repenser totalement la préparation au Heiva, “parce que j’ai constaté que faire un spectacle une fois par an pour le Heiva ou le Hura Tapairu, c’est bien”. “Mais, après, il faut formater les éléments, et c’est du travail parce qu’on ne les voit que six mois avant. Alors que, si tu les gardes avec toi tout au long de l’année et que tu les travailles continuellement et constamment, ils gardent un esprit assez structuré, consciencieux, à vouloir s’améliorer, à vouloir rendre un peu plus au public.” 

    Vaiana Hargous

    HereTahiti 2015-10-03 19:08:00
    De çe fait vous ne pouvez pas prétendre aimez notre culture alors que vous critiquez les personnes telles que Tiare. Aujourd'hui nous vivons dans un monde ou tout se paye, ne soyons pas hypocrites! Toute école de danse est payante !
    HereTahiti 2015-10-03 19:06:00
    La culture, et l''amour de notre culture passe d''abord par le respect. Comment pouvez vous jugez çe qu''elle dit. Chacun est libre de vivre sa culture telle qu''elle l''entend. Tiare n''oblige personne à suivre sa formation!.
    Orinoa 2015-09-19 19:40:00
    Tout d''abord les gens qui critique le fait que les formations soient payante, posez vous la question: êtes vous prêts, vous, à vous investir comme ses gens le fonds chaque semaine, chaque week end au détriment de votre famille? Et tout ça gratuitemen
    amaru 2015-09-17 08:51:00
    iaorana,

    Parlons de svoir rebondir : hei tahiti vous a donné son adresse c'est à eux qu'il faut retourner votre commentaire et non en public.
    Là on pourra parler l'expression " à aller toujours de l'avant".
    Parahi maururu te taioraa mai.
    Vahine Tahiti 2015-09-11 17:24:00
    Les critiques n'ont jamais tué mais à aller toujours de l'avant si on sait rebondir !
    Vahine Tahiti 2015-09-11 16:19:00
    'Ia ora na,
    Na 'outou e 'ite atu !
    A parahi ana'e !

    PS : A part cette imposition aux danseurs de ce centre de formation (mon constat), j'apprécie les spectacles de Hei Tahiti, je tiens à le préciser !
    PITOU 2015-09-11 09:37:00
    Ia ora na à tous,

    AMARU, je suis d'accord avec toi. Il existe en métropole des écoles propres à la culture de région comme l'école de patoi (sauf erreur de ma part). En nouvelle zélande, il existe une école pour la culture maori.

    Je m'explique, ces écoles dispenses les mêmes cours que nos écoles actuelles sauf qu'ils n'utilisent que la langue de leurs origine. Et les résultats sont extrêmes car ils ont habituellement les meilleurs résultats que d'autres écoles normales.

    Pour ma part, je n'ai rien contre les personnes qui veulent préserver notre culture à leur façon surtout qu'il la partage et veulent vivre de cela.
    Ce que je reproche se sont les critiques de vous polynésien qui devrait soutenir les démarches de polynésien de sang ou de ceux qui sont expate et qui travaillent dur pour que la polynésie garde sa culture.
    Quand je lis et entend que certains polynésiens passent leurs temps à ceux critiquer alors ces notre cultures

    Ensuite, pour ma part je lutte pour la préserver à ma façon et surement en fermant ma gueule devant des personnes qui risquerait de prendre la place de mes enfants ou de voir mes enfants parler mieux français que ma propre langue.
    J'ai peux être pas créer les choses comme Tiare (je suis fier d'elle et de ce quel fais) mais je la soutien dans ces démarches.
    Soutenons nous au lieu de nous cracher dessus
    Maururu
    Tetuanuipoutahi et fier de l'être
    amaru 2015-09-11 09:19:00
    Iaorana à tous,

    Pour votre information, une idée ne pousse pas comme cela. Si il y a une offre c'est qu'il y une demande. Donc l'idée nait à partir de la demande d'une, deux, trois, et même une cinquantaine de personne qu'il soit maohi, tahitien, ou autre pour ne pas dire non maohi.Alors si Tiare au départ à créer une association c'est à la demande du comité heiva i tahiti, si elle rassemble tous ceux qui aiment la danse c'est qu'elle aime sa culture, enfin arrêtez..Cela vous dérange, qu'elle fait payer ses service ?
    AU MOINS ELLE FAIT PARLER DE NOTRE CULTURE A TRAVERS LA DANSE (VOIR CE QUI SE PASSE AU MEXIQUE, AU JAPON, AU ETAT UNIS ETC...) C'est des personnes comme elle, marguerite, Dugan et bien d'autre qui font la promotion de notre fenua à travers le monde d'entier. Arrêtez, arrêtez de dire des mechancetés des ces personnes. ET VOUS VOUS AVEZ FAIT QUELQUE CHOSE DANS VOTRE VIE COMME ILS ONT FAIT? Mamu ra Parahi Maururu te taio raa mai.
    Pitou 2015-09-09 08:31:00
    Bonjour,
    voici mon avis:
    En fonction des points de vue de chacun, on n'oublie le faite que certains polynésiens essayent de faire connaître et "RECONNAÎTRE" notre culture. Nous n'avons pas tous les mêmes démarches ou façon de procédé.
    Certains vont à la rivière à papenoo, d'autres surf ou plonge.
    Mais il y a des personnes qui veulent faire reconnaître à l'extérieur notre culture pour quel puisse être admirer et RESPECTER.
    cela va du sport, à la langue et à la danse. Nous avons plusieurs choses à faire partager.

    Mais à vous lire, vous êtes tous fier de votre culture et j'en suis heureux. Mais quand on se rend compte que certains ne sont même pas foutu de dire "Ia ora na" ou simplement bonjour: "CELA FAIT PARTIE DE NOTRE CULTURE D'ÊTRE accueillant et poli".
    Certains travaillent puis dansent ou pratiquent nos sports et ben certains en vivent. Je viens pas vous jugez de gagner votre vie.
    Vous devrez soutenir vos compatriotes polynésiens en tant que polynésiens et non critiquer comme si nous étions des étrangers dans notre propre pays.

    Maururu.
    Vahine Tahiti 2015-09-07 18:50:00
    "...si tu les gardes avec toi tout au long de l’année et que tu les travailles continuellement et constamment, ils gardent un esprit assez structuré, consciencieux, à vouloir s’améliorer, à vouloir rendre un peu plus au public." il y aurait forcément du formatage, et se transformer en secte, le fait de vivre toujours ensemble dans une culture factice. Bien sûr qu'il n'y a pas de mal à proposer des activités mais imposer pour pouvoir faire partie de la troupe Hei Tahiti et en payant cette formation, c'est là que débute le business et que l'on transforme toute l'âme de la danse...
    Tu es tahitien, ma'areva, pa'umotu..., tu ressens déjà des émotions (putapū te 'ā'au) lorsque tu danses, c'est dans le sang ! Maintenant, on veut te formater parce que tu n'es pas comme je le voudrais (exactement comme 'O tahiti e' à ses débuts avec Teiki et Lorenzo, de belles filles aux longs cheveux, de beaux hommes au corps imberbe et musclé). Ce n'est pas la culture qui demande de la rigueur mais l'apprentissage de la danse. La culture, on le ressent, on le vit !
    Apparemment de ce que je lis dans l'article du journal, les mentalités ont réellement changé, à commencer par la chef de la troupe, on ne pense plus comme un ra'atira de sang et de coeur. Les ra'atira, notre danse est entre vos mains, n'en faîtes pas à votre guise !! Le business a dépassé l'âme de la culture tahitienne, c'est dommage !
    Toki 2015-09-07 15:45:00
    Je pense que ce que veut faire Tiare Trompette c'est simplement de proposer à des personnes qui veulent apprendre un peu plus sur la culture maohi à trouver un moyen pour y arriver. Il ne faut pas voir cela comme du formatage mais seulement comme un moyen de se cultiver un peu plus. Il n'y a pas de mal à proposer des cours de reo tahiti, de percussions, de proposer des randonnées. je trouve au contraire cela plutôt ludique. Il n'y a pas de mal non plus à demander une certaine rigueur dans cet apprentissage. La culture demande aussi de la rigueur si l'on souhaite l'appliquer comme il se doit.
    lebororo 2015-09-07 13:17:00
    Restons propre avec nos "ancêtres"...
    Je suis de la vieille école aussi. La simplicité rend les gens plus propres.
    Le fric fait tomber le monde.
    Manapoe 2015-09-06 23:31:00
    Je ne suis pas connue populaire dans la danse, car j''ai du prendre un autre chemin, mais j''aime notre danse, arrêtons de la déformer et arrêtons de rajouter des pratiques d''ailleurs. danser simplement ancré de nos légende c tout...j
    Vahine Tahiti 2015-09-06 20:19:00
    Une Association qui fait payer ses formations et ses cours de danses ???
    Un conservatoire n'exige pas de ses élèves qu'ils suivent une formation de "tahitianisation" comme c'est le cas de ce groupe !!!
    "Ce que je demande aujourd’hui à tout le monde, c’est de s’intégrer complètement dans sa culture, de vivre avec sa langue", suivez mes stages et payez 5000 F !!
    C'est quoi le lien de ton post 4 et ce que j'ai écrit au post 1 ???? Pour intégrer les groupes d'aujourd'hui, il faut être ceci cela !!! Rorohi !!!! Et maintenant suit mes formations et tu intègres mon groupe !!! Te haere ra i te ha'apo'ara'a ore !!! 'E 'ere te pohehae, 'e'ere pa'i te huru o te ta'ata tahiti !!! Mai te peu e, e mea au roa na 'outou teie fa'anahora'a, 'auē tatou ē !!! 'Eaha to muri mai ????
    Maohigirl 2015-09-06 20:02:00
    Et les répétitions de quartiers, parlons en tiens à part dans les mata'einaa ou les îles, vous en voyez beaucoup vous en pleine agglomération lorsque les riverains se plaignent des nuisances sonores ?!?
    Maohigirl 2015-09-06 19:59:00
    Oh la, faut se calmer. Ce n''est pas du business puisque Hei Tahiti est une association. Il existe bien un conservatoire où l''on apprend les techniques de la danse, des percussions etc... Pohe hae ma! Toujours pareil ici, faut rien proposer. Rohirohi
    Heiata 2015-09-06 19:07:00
    Bien parlé!!!Vahine Tahiti!!!
    Tout à fait d'accord avec toi!!! C'est du business et que du business!!!
    Faut arrêter de prendre les gens pour des ma'au!!! Et comme toi!!nostalgique des répétitions de quartiers!!
    Vahine Tahiti 2015-09-06 11:12:00
    Depuis quand on te formate pour danser, notre culture on la vit chez soi, pas dans une école de formation !!!! après les écoles de danse, une école pour apprendre à être polynésien !!! cela va jusqu'où cette histoire !!!!! NON !!!!
    Pour faire marcher un business, on te force à prendre des cours, n'importe quoi !!! Et tout le monde va faire pareil !!!
    'Auē tātou e, e te ta'ata tahiti, tei hea roa 'oe ??
    Avant, on va au répèt du quartier et on danse, tu sais danser ou pas, pas grave, tu apprends !!! Maintenant ?????
    La chef de ce groupe, elle parle tahitien ?? 'Eiaha terā paraparau tinitō !! Faudrait peut être commencer par soi même !!!!
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete