Heiarii Hoiore, nouveau chef du Coco’s

vendredi 27 février 2015

 Heiarii Hoiore, 32 ans, second du Coco’s, remplace le chef Willy Kobylt à la tête du restaurant gastronomique. Un cocktail était organisé hier soir pour mettre à l’honneur les deux cuisiniers. Le Coco’s entretient un lien très fort avec le lycée hôtelier de Punaauia. Les meilleurs étudiants y effectuent leurs stages obligatoires et, à la fin de leurs études, sont embauchés quand une opportunité se présente. Avec un chef et une brigade de cuisine 100 % polynésiens, le Coco’s réaffirme sa polynesian touch, avant d’ouvrir un deuxième restaurant et un wine bar à Moorea, dans quelques jours.

Au Coco’s, restaurant gastronomique aux 20 salariés et aux 1 600 clients par mois, “le spectacle est dans l’assiette”, revendique Thierry Sauvage, propriétaire de l’établissement depuis octobre 2008, avec sa femme Bénédicte.
Le restaurant, installé élégamment au bord du lagon de Punaauia, mise sur la créativité culinaire, dans un décor sobre et moderne. Après quelques années difficiles, il est devenu une institution, au point que les propriétaires vont ouvrir un deuxième restaurant à Moorea, à la mi-mars.
Avant de s’engager dans ce nouveau défi, le Coco’s veut asseoir sa polynesian touch. La brigade de cuisine était déjà composée de 100 % d’employés polynésiens, issus de l’école hôtelière,
désormais, elle aura à sa tête un chef né à Raiatea, Heiarii Hoiore, 32 ans, qui occupait le poste de second depuis 1 an et demi.
Après six ans et demi de bons et loyaux services, l’ancien chef Willy Kobylt vient de transmettre le flambeau.
“Travailler à un tel niveau de gastronomie demande beaucoup d’énergie, tant physique que mental, explique-t-il. Je me sens un peu fatigué. Je compte reprendre la mer pour me ressourcer”, avoue-t-il.

Un exemple pour les jeunes Polynésiens

Heiarii Hoiore, qui est passé par les restaurants étoilés des frères Pourcel, relève le challenge avec passion et gourmandise.
“Je me suis préparé à prendre l’équipe en main, devenir chef était envisagé dès le départ, avoue-t-il. Ma signature culinaire ? J’aime énormément la cuisine méditerranéenne, ainsi que les épices que j’ai découvertes aux Fidji. Mais je veux aussi mettre en valeur, avec saveur et finesse, les fruits et légumes du fenua, tels que la mangue, les fruits de la passion et la pastèque, ou les poissons comme le parahapeue. Je vais faire ma cuisine en gardant le niveau de qualité de Willy.”
De son côté, Bénédicte Sauvage, copropriétaire et chef pâtissier, n’a aucun doute sur la réussite de son nouveau chef : “Il a travaillé dans de grandes maisons en France, des 1, 2 ou 3 étoiles. Heiarii va mettre toute son âme pour faire évoluer la carte et jongler entre les produits français et polynésiens.”
Pour Thierry Sauvage, Heiraii s’affirme comme un professionnel “très posé et calme, c’est rare pour un chef”. “Il a une grande maîtrise, de l’assurance mais pas trop. Il se pose plein de questions, il se documente tout le temps. C’est un exemple pour tous les jeunes Polynésiens.”
Parrain et marraine de la promotion 2013 du lycée hôtelier, Thierry et Bénédicte sont fiers d’installer “le premier chef polynésien d’un restaurant gastronomique”. Ils espèrent que “les jeunes vont suivre l’exemple de Heiarii, partir à l’étranger pour emmagasiner des expériences variées avant de devenir chef au fenua”.
Cyr.C.

Lire aussi nos interviews dans La Dépêche de Tahiti ou au feuilletage numérique

 

Moorea : ouverture d’un deuxième Coco’s et d’un wine bar à la mi-mars

Thierry Sauvage compte développer la marque Coco’s dans les îles. Avant de rêver à Bora Bora, il va tester son savoir-faire à Moorea, où il a racheté fin 2014 l’ancienne villa des sens au PK 24,5. “Beaucoup de clients de Moorea ne viennent pas aussi souvent qu’ils le voudraient à Punaauia, parce qu’il faut dormir à l’hôtel. Et beaucoup de nos clients de Tahiti sont en week-end à Moorea.” Autant de raisons d’ouvrir sur l’île sœur un 2e établissement, qui aura quelques différences avec le restaurant de Punaauia. “À Moorea, le restaurant sera ouvert le soir et on misera sur notre carte bistronomie du midi de Punaauia. On va aussi créer un wine bar car il existe déjà une très belle cave à vin vitrée. On y a embauché un chef spécialiste de sushi et tapas.” Après quelques mois de rénovation et de remise aux normes, le nouvel établissement devrait ouvrir “le 12 ou 18 mars”.
Thierry Sauvage est conscient de prendre “un risque”, financé sur fonds propre, mais “depuis 6 ans et demi, on a atteint une vitesse de croisière à Tahiti, on progresse chaque année malgré la crise, le travail paie”.
À Moorea, il compte sur “70 % de touristes et 30 % de locaux”, en allant chercher les clients dans les hôtels avec un véhicule dédié.
“Moorea a connu de belles années avec le Club Moorea, l’île souffre depuis 12-13 ans, mais les hôtels marchent bien, l’idée que, dans quelques années, un grand projet hôtelier puisse démarrer, ne peut que nous encourager.”
Comme d’habitude, le Coco’s s’appuiera sur une méthode commerciale rodée, grâce au travail d’une attachée marketing.

LABORIE 2015-02-28 20:46:00
j habitais une residence mitoyenne au coco's. Quelqu un pourrait me dire si elle existe encore et éventuellement mettre une photo de sa piscine.
      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete