Heiura-Les Verts fera cavalier seul pour les législatives de 2017

    mardi 20 décembre 2016

    jacky bryant

    “Aujourd’hui, la confiscation de l’UPLD par Oscar et le Tavini, c’est plus qu’une évidence”, dit Jacky Bryant, dont le parti présentera ses propres candidats aux élections législatives de juin 2017. (© archives LDT)

     

     

    Samedi dernier, le parti écologiste Heiura-Les Verts était réuni en assemblée générale pour évoquer les prochaines échéances électorales. Aux législatives de juin prochain, Heiura-Les Verts devrait normalement présenter Tati Salmon dans la deuxième circonscription et Jacky Bryant dans la troisième.

    Reste à trouver une candidate pour la première circonscription, afin de respecter la parité. Heiura-Les Verts, pourtant membre depuis 2004 de l’UPLD, a décidé de faire cavalier seul en raison, selon Jacky Bryant, de “la confiscation de l’UPLD par Oscar et le Tavini.” Entretien.

     

     

     

    Quel était l’ordre du jour de votre assemblée générale ?
    La question de notre participation à la présidentielle, et des candidatures pour les législatives. Nous serons présents sur les trois circonscriptions.
    Il nous faut trouver une candidate, pour respecter la parité. C’est principalement là-dessus que nous devrons nous revoir, au mois de février.

     

    Pourquoi présenter votre propre liste aux législatives ?
    Aujourd’hui la confiscation de l’UPLD par Oscar et le Tavini, c’est plus qu’une évidence. Le mouvement censé rassembler les différentes composantes, ce qui était la démarche de 2004, 2005 et 2008, n’existe plus.
    On est éventuellement invités à dire oui, c’est tout. C’est lui seul qui décide, les autres composantes ne sont pas sollicitées.

    Ce qui a fait la force de l’UPLD, c’est sa diversité; mais tout seul, aujourd’hui, le Tavini ne reviendra pas au pouvoir.
    La division du Tahoeraa aurait pu être une opportunité pour proposer une alternative durable. Avec la gestion de l’UPLD aujourd’hui, il n’y a aucune possibilité d’un retour, sauf miracle si le président du Tavini décidait de revenir à des bases beaucoup plus saines.

     

    Certains font reproche à Heiura-Les Verts de ne pas être pro-actif au sein de l’UPLD.
    À part le débat qui porte sur la réinscription, il n’y a rien. Mais pour nous, la réinscription n’est pas un choix de société.
    Demain, nous sommes indépendants, est-ce que la mutation ou la transformation de nos énergies est d’actualité ou pas ?

    La répartition de l’effort de fiscalité est-elle équitable ou pas ?
    Nous sommes opposés à l’exploitation de Makatea, ce n’est pas la position du Tavini, donc il y a des choix de société sur lesquels il faut qu’on se mette autour de la table et qu’on débatte.

    Nous ramener simplement à l’idée que le préalable à tout c’est d’être réinscrits…

    Parce que y’en a marre des partis politiques traditionnels, qui systématiquement quand il y a un échec économique, nous disent : ‘C’est la faute du statut du Pays, c’est la faute de nos institutions. Si nous avions un pouvoir supplémentaire, alors on aurait pu augmenter le nombre de touristes. ’

    Ce débat institutionnel, que ce soit d’un côté ou de l’autre, ça commence à bien faire ! C’est systématique, lorsqu’on est en panne, lorsqu’il y a un échec social, lorsqu’il y a un échec dans l’éducation, c’est la faute du statut !
    On ne peut pas continuer à travailler en rejetant systématiquement la faute sur les institutions.

    En Nouvelle-Calédonie, ils sont à la manœuvre, il y a des Kanaks dans une province, des Caldoches dans une autre, ils font la démonstration de leurs capacités, ils créent de l’emploi, ils règlent les problèmes d’éducation, mais ils ne sont pas là à venir pleurnicher tous les matins sur les institutions.

    Ça suffit quoi ! Nous voulons avoir un débat de fond sur les sujets de société.

     

    Quelles sont les grandes idées qu’un député HLV porterait à Paris ?
    L’urgence, c’est la mutation de la Polynésie, qui a 1 % de terres et 99 % de mer. Nous avons une université qui est perchée au sommet d’une colline.

    À Moorea, vous avez l’université de Berkeley qui est au bord de la mer, de l’autre côté vous avez un organisme de l’État qui est le Criobe, qui est au bord de la mer et tous les deux font exactement la même chose, ils s’occupent du concombre de mer.
    Donc, il y a un problème ! Si un député Vert est élu, on proposera de transformer l’espace prévu pour le Mahana Beach. Nous devons réfléchir sérieusement, ça c’est un choix de société.

     

    Pour la présidentielle, qui soutiendrez-vous au second tour ?
    (rires) Au deuxième tour, on soutiendra Oscar Temaru !

     

    Propos recueillis par Caroline Perdrix

     

     

      Edition abonnés
      Le vote

      Seriez-vous prêt à accepter de travailler avec une patente si un employeur vous indiquait qu'il ne peut pas vous salarier ?

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete