Heiva des écoles : la promesse d’une culture toujours plus vivante

    mercredi 4 mai 2016

    Trente-quatre écoles participeront au Heiva qui leur est dédié, soit quasiment l’ensemble des formations existantes
    à Tahiti.  En fonction du nombre de danseurs et danseuses, les troupes se produiront soit au grand théâtre, soit à To’ata. La billetterie, très prisée par les parents des danseurs en herbe, ouvre aujourd’hui, y compris sur Internet,
    une première.  Si la culture polynésienne se résumait à la danse et à la musique, ceux qui craignent de la voir disparaître peuvent se rassurer, jamais le Heiva des écoles n’a réuni autant de troupes d’élèves et jamais le conservatoire n’a enregistré tant d’inscriptions pour les cours de ‘ori Tahiti, mais aussi de percussions ou de ukulele.

    Populaires à l’étranger, tous les arts appelés à se produire à To’ata durant le tiurai sont plus que jamais vivaces sur leur terre originelle.
    Vingt et un ans après le premier Heiva des écoles et la participation de seulement trois troupes, elles seront 34 cette année, venant parfois de Moorea, Raiatea et Rangiroa. Un Heiva qui s’est adapté à ses acteurs et son public.
    Les petites troupes avec moins de 100 élèves se produiront au grand théâtre pour être au plus près des spectateurs et éviter de se retrouver un peu seuls sur la scène de To’ata et ses 3 000 places. Pour les écoles plus imposantes, ce sera comme pour les grands à To’ata.

    Chaque école n’aura en revanche que trente minutes pour donner le meilleur et se préparer un jour à entrer sur la scène de To’ata pour le Heiva i Tahiti.
    “Le Heiva des écoles n’a rien à voir avec le Heiva i Tahiti au niveau de la préparation mais bien sûr qu’être sur la même scène que nos modèles dans la danse est une motivation pour un jour partager ces planches avec elles”, explique Teruria Taimana, l’une des danseuses étoiles actuelles du ‘ori Tahiti qui a dansé pour la première fois au Heiva des écoles, alors à Vaiete, alors qu’elle avait 8 ans.

    “On s’amuse, on profite des lumières et de notre famille venue nous encourager. On stresse mais c’est ça la danse après tout, l’excitation, la passion, l’angoisse et l’appréhension à l’ouverture des rideaux et le bonheur finalement sur scène, et ce, à n’importe quel âge.”
    La danse ne sera pas la seule à être mise en vedette, les écoles de percussions et de ukulele auront aussi leur part de lumière.

    F.C.

     

    Pratique

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete