Heiva des écoles : retour sur les soirées de vendredi et samedi

    lundi 29 mai 2017

    Une grande première pour les Marquises

    Orihau Iki heiva des écoles

    L’école Orihau Iki est venue des Marquises pour danser au Heiva des écoles. (© John Hiongue/LDT)


    La troisième soirée du Heiva des écoles s’est déroulée vendredi dernier, au grand théâtre de la Maison de la culture. Pour la première fois, une école de danse venue des Marquises a participé. L’école Orihau Iki est venue de Hiva Oa avec pas moins de quarante danseuses.

    Une école de danse venant des Marquises, c’était du jamais vu au Heiva des écoles. Pour cette 23e édition, l’école Orihau Iki, fondée en 2015 et dirigée par Tahia Le Bronnec-Voisard, a vu grand. Cette formation de Hiva Oa est venue de loin pour danser au grand théâtre de la Maison de la culture, vendredi dernier.

    “C’est beaucoup d’investissement pour mon école car on vient des Marquises. On a dû récolter des fonds et je souhaite remercier la commune de Atuona, qui nous a aidés. Pour notre toute première représentation dans le cadre du Heiva des écoles, on a décidé de mettre à l’honneur les richesses de la nature”, explique Tahia Le Bronnec-Voisard.

    Dès l’âge de 7 ans, elle dansait chez Makau Foster à Papeete, puis elle a fréquenté l’école Hanihei et la troupe Manava Tahiti d’Amanda Bennett.

    “J’ai des origines marquisiennes et mon chéri aussi. Mon rêve était de vivre aux Marquises et ensuite de créer mon école de danse, c’est ce que j’ai fait. Je ne pouvais pas ouvrir mon école à Papeete, il y a trop de barrières, alors qu’aux Marquises, tout est débloqué et ça s’est fait tout seul”, poursuit-elle.

     

    Deux ans de préparation

     

    Comme il n’existe pas de Heiva aux Marquises, Tahia Le Bronnec-Voisard a fait venir à Papeete une quarantaine de ses danseuses.

    “Pour participer au Heiva des écoles, il nous a fallu deux ans de préparation à Hiva Oa. Pour encadrer les enfants, il y a huit accompagnateurs. Mon prochain objectif est de revenir au Heiva des écoles avec des garçons. C’est la seule école de ’ori Tahiti à Hiva Oa. Demain (samedi dernier, NDLR), à midi, mes élèves vont danser au restaurant Captain Bligh à Punaauia et le mercredi 28 juin, on offrira une soirée de gala à la population de Hiva Oa, ce sera une soirée gratuite pour tous”, conclut-elle.

    La seconde école à avoir foulé les planches de la Maison de la culture, vendredi dernier, était l’école Heiragi de Véronique Clément. Elle est implantée dans la commune de Punaauia.

    Puis a suivi l’école Teikohai située au motu de Arue. “J’ai 60 danseuses sur scène. Le thème est libre. C’est notre 19e participation au Heiva des écoles. Il y a eu beaucoup de départs mais j’arrive à les compléter”, affirme la responsable de cette école, Henriette Teihotaata.

    L’école Manahotu de Papara, dirigée par Raina Tairi, est la dernière à être montée sur scène. Il s’agissait de sa deuxième participation. Les enfants ont assuré leur spectacle avec beauté et tendresse. Après le Heiva des écoles, Raina Tairi doit assurer les préparatifs et les répétitions de son groupe Tamarii Papara Oire pour le Heiva i Tahiti. Ce nouveau groupe a décidé de concourir dans la catégorie amateurs. Les danseurs monteront sur la scène de To’ata, le 13 juillet. Quant aux chanteurs, ils se produiront le 8 juillet.

     

    De notre correspondant J.H.

     

    programme heiva école

    2 fen 8 jh-soiree vendredi

    Le Heiva des écoles rassemble avant tout les enfants de tous âges mais aussi des adultes. Ici, les enfants de l’école Orihau Iki. (© John Hiongue/LDT)

    3 fen 8 jh-soiree vendredi

    Beaucoup de grâce et d’élégance pour ces jeunes danseuses. (© John Hiongue/LDT)

    4 fen 8 jh-soiree vendredi

    Les mamans ne sont pas oubliées. (© John Hiongue/LDT)

    5 fen 8 jh-soiree vendredi

    Les élèves de l’école Manahotu de Papara attendent leur tour dans les loges. (© John Hiongue/LDT)

    6 fen 8 jh-soiree vendredi

    Les mamans de l’école de danse Teikohai sous la responsabilité d’Henriette Teihotaata. (© John Hiongue/LDT)

    7 fen 8 jh-soiree vendredi

    Les enfants de l’école Teikohai. (© John Hiongue/LDT)

    8 fen 8 jh-soiree vendredi

    La 23e édition du Heiva des écoles s’achève cette semaine. (© John Hiongue/LDT)

     

     

    Les groupes des îles à l’honneur

    heiva école

    Ces garçons ne sont pas arrivés en pirogue depuis Rangiroa jusqu’à Papeete mais les rames servent d’élément pour leur numéro de danse qui évoque l’univers du va’a. (© John Hiongue/LDT)


    La quatrième soirée du Heiva des écoles s’est déroulée samedi dernier, au grand théâtre de la Maison de la culture. La soirée était exclusivement consacrée aux groupes venus des îles. Ils étaient cinq à s’être succédé sur scène.

    La quatrième soirée du Heiva des écoles, samedi dernier, était entièrement dédiée aux îles. Elle s’est jouée au grand théâtre de la Maison de la culture, en présence d’une foule clairsemée selon la présence des écoles sur scène.

    En ouverture, l’école de danse Turereura de Rangiroa, sous la responsabilité de Nathalie Manaois.

    “J’ai pu faire venir jusqu’à Tahiti soixante danseuses et dix danseurs. Nous sommes arrivés vendredi et on reprend l’avion demain (hier, NDLR) à cause de la reprise des cours dès lundi matin, dans les écoles. Notre spectacle n’a pas de thème précis. J’ai préféré présenter le fruit d’une année de travail. C’est notre quatrième participation”, explique Nathalie Manaois.

    La deuxième école à monter sur scène était l’école Heihere, implantée à Moorea.

    “Nous sommes venus avec 125 élèves dont une dizaine de garçons. Pour que tout le monde puisse danser, nous avons mis en place quatre groupes d’élèves et au final, on a préparé 45 minutes de spectacle en rendant hommage au 30e anniversaire de la troupe professionnelle O Tahiti E de Marguerite Lai. Je suis un ancien danseur de cette troupe, ainsi que mon épouse. Cette année, c’est notre cinquième participation au Heiva des écoles”, commente l’un des responsables de l’école Heihere, Heifara Papu.

    L’école a vu le jour en 2011 à Moorea et Heifara Papu travaille avec son épouse, Herenui. Les élèves sont arrivés le samedi après-midi et ils ont repris le bateau à 22 heures grâce à la mise en place d’une navette spéciale par la compagnie Aremiti.

     

    Les élèves contents de venir à Tahiti

     

    Puis est venu le tour de l’école Hiva Iti de Bora Bora. “On est arrivé jeudi avec 80 personnes, dont 54 danseuses. On rentre dimanche (hier, NDLR). Les élèves étaient contents de venir à Tahiti car c’est la première fois qu’ils participent à un Heiva des écoles. Mon école existe depuis le 24 septembre 2014”, témoigne la responsable, Liana Hutia.

    L’école Hula Vahine a ensuite pris place sur scène. Annick Hart et ses danseuses sont venues de Raiatea pour présenter leur show mariant à la fois la danse hawaiienne et la danse tahitienne.

    Annick Hart est une ancienne danseuse du groupe de Gilles Hollande et en 1998, elle a fondé sa propre école de ’ori Tahiti.

    C’est l’école Tetuahuraiti (Les danseuses expérimentées), sous la direction de Vaimoe Teinaore, qui a refermé la soirée. Cette école est installée à Haapiti à Moorea.

    “On fait des animations au Tiki village. Pour le Heiva des écoles, j’ai pu envoyer mes 24 élèves, que des filles. Mon école a été créée en 2010 et c’est notre première participation à ce Heiva mais nous avons participé au Hura Tapairu de 2014 où nous avons obtenu le prix ‘coup de cœur’ pour la composition musicale. Pour le Heiva des écoles, je n’ai travaillé sur aucun thème précis”, affirme Vaimoe Teinaore.

    Les 24 filles, dont quelques mamans, ont commencé à répéter leur spectacle dès le mois d’octobre dernier, et, samedi soir, elles ont présenté le fruit de leur travail à travers dix danses pour une demi-heure de spectacle. 

     

    De notre correspondant J.H.

     

    2 fen 8 jh-samedi heiva

    L’école de danse Turereura est venue spécialement de Rangiroa pour danser à la Maison de la culture. (© John Hiongue/LDT)

    3 fen 8 jh-samedi heiva

    De magnifiques costumes en rouge pour l’école Hiva Iti de Bora Bora. (© John Hiongue/LDT)

    4 fen 8 jh-samedi heiva

    Heihere et ses danseuses venues de Moorea. Elles ont fait l’aller-retour dans la journée. (© John Hiongue/LDT)

    5 fen 8 jh-samedi heiva

    Un ’aparima exécuté par les danseuses mamans de l’école Hula Vahine. (© John Hiongue/LDT)

    8 fen 8 jh-samedi heiva

    De la danse hawaiienne au Heiva des écoles, œuvre de l’école Hula Vahine de Raiatea. (© John Hiongue/LDT)

     

      

      Edition abonnés
      Le vote

      Seriez-vous prêt à accepter de travailler avec une patente si un employeur vous indiquait qu'il ne peut pas vous salarier ?

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete