Habillage fond de site

Heiva i Paris : le niveau de prestation ne cesse de s’améliorer

lundi 20 mai 2019

Sous l’oeil de Serena Carlter (à droite), Manouche Lehartel (présidente du jury) félicite mais donne aussi des conseils d’amélioration devant London Hula, Vahine Ori Tahiti Anglet, Lokelani, Mahaora. Photo : Philippe Biner/LDT

Sous l’oeil de Serena Carlter (à droite), Manouche Lehartel (présidente du jury) félicite mais donne aussi des conseils d’amélioration devant London Hula, Vahine Ori Tahiti Anglet, Lokelani, Mahaora. (Photo : Philippe Biner/LDT)


Le Heiva i Paris s’est déroulé le week-end dernier dans l’Hexagone. Près de 200 danseurs et danseuses se sont affrontés lors de deux soirées de compétition. Si quelques ajustement restent encore à effectuer, le niveau des danseurs ne cesse d’augmenter.

Forte de son succès, la sixième édition du Heiva i Paris que Ken et Serena Carlter ont créé, a dû migrer de la salle Bobino vers le célèbre Casino de Paris. Cette année encore, la participation et les démonstrations des danseurs et danseuses sur scène ont démontré l’attrait confirmé de cette compétition internationale européenne et le niveau toujours en hausse de la qualité des prestations.

Près de deux cents danseuses et danseurs se sont affrontés durant deux soirées dans les catégories pro et amateur en mehura, solo aparima, otea, duo ou encore ori toa. Il y avait les habitués qui veulent enfin gagner, ceux qui veulent encore gagner, et les nouveaux.

Tout cela a créé une belle excitation en vue de remporter des trophées, mais surtout le billet d’Air Tahiti Nui pour disputer au fenua le Tahiti Ori World Championship en novembre prochain.

La scène parisienne sert d’ailleurs parfois de galop d’essai à certains groupes non hexagonaux puisque l’on comptait quinze nationalités représentées. Quatre membres du jury ont évalué les performances : Manouche Lehartel, présidente, Tumata Robinson, Hinatea Colombani et Olivier Lenoir, venus de Tahiti avec des musiciens de Tumata pour les épreuves en live.

 

Le public enthousiaste

 

En maître de cérémonie, Ken Carlter a enthousiasmé le public du Casino de Paris, constitué de novices et de connaisseurs pour accueillir les groupes, notamment ceux pour la catégorie mehura. On a ainsi retrouvé dès vendredi soir Tahia Cambet et ses danseuses dans une prestation tout en séduction, face à la tenante du titre en individuel de l’an passé, la hawaiienne-californienne, Kalani Asuega, et son groupe, Lokelani, talonnée par les suisses, les espagnoles (nouvelles) et les italiennes de Milan. On a même revu le groupe de Berlin, et salué la première participation du groupe réunionnais, Oriata, venu spécialement.

Samedi soir, après avoir disputé les épreuves enfants, tane solo et couples l’après-midi, restaient cinq groupes mehura, six troupes otea, six vahine solo, un duo, un ori toa, et trois tane solo. La surprise est venue avec le groupe suisse qui a osé faire une prestation en s’effeuillant progressivement !

 

Encore des ajustements à faire

 

Que ce soit en musique enregistrée ou avec accompagnement par musiciens, le niveau atteint désormais en toutes catégories est très élevé. Des ajustements doivent encore être apportés, notamment dans la manière de nouer son pareu, comme l’a signalé Manouche Lehartel, concluant sur scène ce magnifique festival. La Fédération tahitienne de ori tahiti est en effet attentive à la préservation de la chorégraphie authentique et de ses accessoires, surtout dans un contexte de recherche de classification Unesco.

En fin de soirée, le verdict était annoncé (voir ci-dessous) et c’est dans un rassemblement joyeux de tous les artistes sur scène que Ken Carlter a convié les membres du jury à remettre les trophées, y compris celui du plus beau costume otea et mehura. Rendez-vous est déjà pris pour l’an prochain.

 

De notre correspondant à Paris Philippe Binet

 

HEIVA I PARIS HEIVA I PARIS

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Pour cette rentrée scolaire, vous avez fait le plein de cartable :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete