Heiva i Tahiti – Dernière soirée de concours, dimanche dernier

    mardi 19 juillet 2016

    Heiva

    Toakura en pleine construction du marae de Mahaiatea, à Papara. Les pierres utilisées en accessoire et le décor du marae ont été réalisés par les élèves du centre des métiers d’art. (Photo : Vaiana Hargous)


    Toakura a clos les concours en beauté

     

    Les deux groupes qui n’ont pas pu se produire vendredi soir dernier en raison des fortes pluies, Te Noha no Rotui en chants et Toakura en danses, ont ravi le public de leurs prestations, dimanche soir dernier, à To’ata.

    Les soirées de concours sont désormais terminées. Le jury rendra son verdict demain, lors de la soirée de remise des prix, où sera fait un hommage en musique à Gilles Hollande et Madeleine Moua.

     

     

    Toakura en hura tau

     

    C’est à Toakura qu’est revenue la tâche de clore les concours de chants et danses de ce Heiva i Tahiti 2016. La troupe, menée par Mateata Le Gayic, a présenté un spectacle sur sa vision de l’histoire de Purea.

    Originaire de Mahina, elle aurait pris pour époux Tevahitua a Patea, dit Amo, grand chef de Papara. Purea aurait décidé, à la gloire de son fils Teriirere i Outu Rau na Too a Rai, dit Teriirere, et dédié au dieu Oro, la construction du prestigieux marae de Mahaiatea à la pointe Manomano à Papara. Un rahui (une restriction) aurait donc été mis en place.

    Cependant, lors des travaux, Purea aurait, par vanité, brisé les lois sacrées de l’hospitalité en refusant d’accueillir Tetuanui Rea i te Rai Atea, la mère des Pomare, selon son noble rang. Cette terrible faute aurait été l’origine, la cause offerte à la coalition des troupes de Teva i Tai, de Te Oro Paa et de Pori a nuu de dévaster Papara.

    La mise en scène était bien pensée, et une mention spéciale est à accorder aux différents acteurs, qui incarnaient leurs rôles avec conviction, nous plongeant très rapidement dans l’histoire.

    C’était là, la quatrième participation au Heiva du groupe mené  par Mateata Le Gayic. (Photos : Vaiana Hargous)

    C’était là, la quatrième participation au Heiva du groupe mené par Mateata Le Gayic. (Photos : Vaiana Hargous)

     

     

    Te Noha no Rotui en tarava Tahiti

     

    Ce groupe de Moorea, dirigé par Lee Ahuura Rurua et mené sur scène par Maurice Rurua, a présenté de beaux tarava Tahiti et himene ru’au qui expliquaient l’origine du nom de Paopao.

    En voici un résumé écrit par le groupe : “Les eaux mugissent à Teavaroa, sous l’action du vent To’erau, mettant sens dessus dessous le sable.

    Il creusa le sable à Te-One-Tere, l’emporta à l’entrée de la vallée où il le déposa. Il tomba une pluie diluvienne sur ma terre, provoquant une crue dans la vallée. Laquelle crue emporta avec elle tout ce qu’il y avait dans la vallée, jusqu’à Te-One-tere, où le sable avait été creusé.

    Ainsi, selon nos aînés, l’action de creuser (“pao”) s’est répétée deux fois : une première fois dans la mer et une seconde fois dans la vallée. Voilà pourquoi ma terre s’appelle Paopao.”

    Te Noha no Rotui est venu avec 60 chanteurs de l’île sœur pour concourir en tarava Tahiti. (Photo : Vaiana Hargous)

    Te Noha no Rotui est venu avec 60 chanteurs de l’île sœur pour concourir en tarava Tahiti. (Photo : Vaiana Hargous)

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete