Heiva i Tahiti – La remise des prix aura lieu ce soir, place To’ata, et en direct sur le web

    mercredi 20 juillet 2016

     

    Le jury, composé de Matani Kainuku (président), Fabien Dinard, Makau Foster, Moeata Laughlin, Pierrot Faraire, Robert Peretia, Léontine Degage, Denise Raapoto et Carlos Tuia, était encore  en train de délibérer, hier en fin d’après-midi. (Photos : archives LDT et Maison de la culture)

    Le jury, composé de Matani Kainuku (président), Fabien Dinard, Makau Foster, Moeata Laughlin, Pierrot Faraire, Robert Peretia, Léontine Degage, Denise Raapoto et Carlos Tuia, était encore en train de délibérer, hier en fin d’après-midi. (Photos : archives LDT et Maison de la culture)

     

    Qui gagnera quoi ?

     

    Les concours de chants et danses du Heiva i Tahiti se sont terminés dimanche dernier et si chacun a ses favoris, les interrogations demeurent.

    Qui succédera à Temaeva en hura tau ? Et en hura ava tau ? Qui gagnera sa place dans la cour des grands ? Qu’en est-il des chants ? Seul le jury détient ces réponses. Et encore, hier en fin d’après-midi, ses neuf membres étaient toujours en train de délibérer…

    Donc rien n’est moins sûr ! Surtout que là où le public verra un “beau” spectacle et ressortira des étoiles plein les yeux d’une soirée de heiva, le jury, qui doit minutieusement analyser ce qui se présente sur scène, n’aura peut-être pas vu la même chose.

    En danse par exemple, les groupes sont notés sur 100 points : 25 points pour le thème, 25 points pour la danse, 25 points pour l’accompagnement musical et 25 points pour la présentation générale.

    Et chacune de ces quatre parties est divisée en plusieurs sous-parties. Ainsi, dans la section “Thème”, le jury doit noter l’authenticité du thème et la mise en valeur des traditions par celui-ci ; l’originalité, son caractère inédit ; la maîtrise de la langue tahitienne ; et la poéticité, le lyrisme du texte.

    Pour la section “Danse”, sont notés l’occupation de l’espace, la concordance chorégraphique avec le thème, l’authenticité des pas et mouvements, la concordance entre l’exécution et le thème, la synchronisation d’ensemble et la concordance entre la danse et les rythmes.

    Pour l’“Accompagnement musical”, le jury doit noter la maîtrise des instruments, la création musicale, la maîtrise du chant, la création mélodique, la participation de l’ensemble de l’orchestre, la transcription du thème en mélodies et en rythmes, ainsi que la synchronisation entre l’orchestre et les voix.

    Enfin, en termes de “Présentation générale”, il doit noter les costumes (la bonne tenue lors des prestations, le respect des couleurs et attaches traditionnelles, la beauté des divers costumes, la concordance avec le thème), l’expression artistique (la personnalité du ra’atira, la cohérence des expressions par rapport au thème, la transmission émotionnelle) et la beauté du spectacle dans son ensemble.

    Autant de points à scruter chez chacun des neuf groupes en hura ava tau et des 11 groupes en hura tau. Toutes ces notes mises en commun permettent de révéler un classement des différents groupes. Si les membres du jury ne sont pas d’accord à l’unanimité sur ce classement, ils délibèrent jusqu’à ce qu’il y ait consensus.

    Et à l’heure où nous mettions sous presse, ce n’était pas encore le cas. En danse, pas moins de 28 prix seront attribués par le jury, pour un montant global de 6,2 millions de francs. Le plus gros cachet, 1,2 million de francs, ira au 1er prix Madeleine Moua (hura tau).

     

    V.H.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete