Habillage fond de site

Heiva Rima’i : trente ans et tous ses artisans

lundi 25 juin 2018

(© Marion Lecas)

(© Marion Lecas)


Le président Édouard Fritch et d’autres membres du gouvernement étaient au Parc Mamao, vendredi dernier, pour inaugurer le trentième Heiva Rima’i. Pour ce “Heiva anniversaire”, les organisateurs du Heiva ont choisi le thème “l’évolution de l’artisanat depuis trente ans”. Une centaine d’associations sera présente jusqu’au 15 juillet afin de promouvoir et célébrer l’artisanat local.

Au micro, le ton se fait pressant : “Rejoignez-nous sous la tente principale, nos mama sont fiu de garder le ma’a !” Les mama membres du comité Tahiti i Te Rima Rau, toutes de jaune vêtues, soupirent. Cela fait une demi-heure déjà qu’elles protègent des mouches un grand buffet de mets polynésiens. Elles attendent que les représentants du fenua finissent leur tour des stands. Édouard Fritch, Tea Frogier, ministre de la Modernité, et Heremoana Maamaatuaiahutapu, ministre de l’Artisanat, entre autres, étaient présents vendredi matin pour inaugurer la trentième édition du Heiva Rima’i, au parc de Mamao.

“C’est la première année qu’ils prennent autant de temps pour visiter les stands, s’étonne Evelyne, c’est sûrement dû au thème. Ils doivent voir à la fois les créations d’antan et celles de maintenant.” En effet, pour ce Heiva anniversaire, les organisateurs ont voulu marquer le coup et célébrer “l’évolution de l’artisanat polynésien depuis trente ans”. Laetitia Liault, chef de service de l’artisanat traditionnel explique : “Comme tous les secteurs, l’artisanat a dû se mettre au goût du jour. Les goûts d’aujourd’hui sont différents de ceux d’autres fois, sans compter les matières premières, dont certaines ont disparu.”

Pour coller au thème, toutes les compétitions sont dupliquées : il y aura le concours du “chapeau d’aujourd’hui” et celui “du chapeau d’antan”, le concours de “la robe Pomare d’aujourd’hui” et celle “la robe Pomare d’antan”…

 

 

Moderniser la tradition

 

Dès vendredi, les festivités ont commencé avec le prix du plus beau stand : “Chaque stand doit montrer l’évolution de l’artisanat, explique Laetitia Liault, après deux passages, un jury issu du milieu culturel élira le meilleur.” Odile expose ses coutures. Elle a pris le parti d’une “tradition modernisée” : “Je garde les mêmes motifs qu’autrefois, mais aujourd’hui on les préfère plus gros, plus visibles.” À quelques mètres de là, l’association Raroata vend des paniers et accessoires tressés.

Haaria, dont la grand mère tient le stand, explique : “On rajoute des pans de tissu sur les paniers, pour faire plus jeune. On choisit aussi différentes couleurs de pandanus, pour varier. ” Chez Émilie Création, c’est la robe qui est à l’honneur : “Quand on créé un modèle, ce qui change aujourd’hui, c’est le tissu qu’on choisit. Il doit être plus léger, plus fluide, car les robes se portent amples désormais.”

Une centaine d’associations s’exposeront au parc Mamao jusqu’au 15 juillet, avec un événement spécial le vendredi 6 juillet : le gâteau d’anniversaire des 30 ans.

 

Marion Lecas

 

Photo 1 Photo 2 Photo 3 Photo 4 Photo 5 Photo 6 Photo 8

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete