Heiva Tarava Tahiti – Les himene, vecteurs de la tradition orale

    vendredi 30 octobre 2015

    La Maison de la culture organise le 14 novembre un festival dédié au tarava Tahiti.  Des ateliers et un grand concert sont prévus, afin
    de permettre au public de mieux saisir l’intérêt et la particularité de ce chant polyphonique polynésien. Car, bien plus que des voix qui s’entremêlent et se soutiennent, les himene représentent une incommensurable richesse culturelle.

    “Chaque année au Heiva, quand vient le tour des groupes de chants de passer sur scène, les gens s’enfuient… J’espère que cet événement va permettre de faire apprécier nos himene au public, parce que c’est vraiment un trésor que nous avons là”, confiait hier Jean-Pierre Cheung Sen, un expert du chant polyphonique, lors de la présentation du premier Heiva Tarava Tahiti. Un événement organisé par la Maison de la culture, sous l’égide de son ministère de tutelle, et qui mettra à l’honneur, le samedi 14 novembre dans les jardins de Paofai, ce chant polyphonique propre au fenua et qui plus est, unique au monde. Ce festival du tarava Tahiti se déroulera en deux temps, avec des ateliers à destination du public dans l’après-midi, puis un grand concert en soirée réunissant sept pupu himene, soit près de 600 chanteurs.

    Une richesse polyphonique

    “Cet événement a plusieurs objectifs, explique Hinatea Ahnne, la directrice de la Maison de la culture. Il s’agit de promouvoir et transmettre la langue polynésienne à travers le tarava Tahiti (…), et surtout d’encourager la jeunesse à l’apprentissage du chant, afin qu’elle s’approprie sa culture autrement que par la danse. Nous souhaitons également susciter l’intérêt du public pour le chant polyphonique polynésien, et l’amener à saisir la particularité de ce chant.”
    Ce festival était très attendu par les groupes de chants qui, en dehors du Heiva i Tahiti et d’événements religieux, n’ont pas d’autres occasions de se produire, contrairement aux groupes de danses qui sont sollicités tout au long de l’année. Et pourtant, les himene sont porteurs d’une incommensurable richesse. Une richesse de voix, certes, avec ses différentes tonalités (au nombre de neuf concernant le tarava Tahiti) qui, misent ensemble, donnent souvent des frissons. Mais surtout une richesse culturelle car, mis à part le fait que les himene sont un excellent vecteur du reo tahiti, les textes chantés fourmillent d’informations de grande valeur concernant la toponymie, les légendes, les héros, l’histoire des différents districts, tels que transmis dans la tradition orale.
    Un himene ne s’écrit pas au gré d’inspirations qui vont et viennent. Avant qu’un chant soit couché sur papier dans une prose poétique, il y a tout un travail de recherche qui est mené, auprès de détenteurs de la connaissance, des anciens ou dans des livres.
    Pour le concert du 14 novembre, ce sont des textes illustrant ce propos qui ont été choisis par les groupes. Il s’agit de paripari fenua datant de 1929 et sélectionnés par le service de la culture et du patrimoine (SCP) parmi les textes du Heiva que celui-ci a pu retrouver. Leur particularité est de décrire avec beaucoup de précisions les lieux des districts concernés. Le SCP espère d’ailleurs réaliser une carte à partir de ces tarava, avec le nom des terres, des grottes, des montagnes, des rivières, etc., tels qu’indiqués.
    Une richesse vous dit-on, une richesse…

    V.H.

    Programme

    Le premier Heiva Tarava Tahiti aura lieu le samedi 14 novembre de 15 à 21 heures dans les jardins de Paofai, face à la stèle de l’autonomie.
    Dans l’idée de faire découvrir le tarava Tahiti au public, six ateliers sont organisés de 15 à 17 heures : Dayna Tavaearii mènera l’atelier concernant les voix des femmes ; Jean-Pierre Cheung Sen présentera pour sa part les ateliers concernant les voix des hommes, les schémas des emplacements, et le rôle du ra’atira. Et Myrna Tuporo proposera deux ateliers, l’un sur l’écriture et l’autre sur le costume en tarava Tahiti.
    Pour finir en beauté, un grand concert de himene tarava Tahiti débutera à 18 heures avec les pupu himene AS Pueu Nui Va’a, Te Noha no Rotui, Tamarii Teahupoo, Tamarii Papara, Tamarii Papeari, Te Pape Ora no Papofai et Tamarii Outu’ai’ai, qui se réuniront ensuite pour le grand chant final. Un événement gratuit et ouvert à tous. N’oubliez pas votre pe’ue.
    Renseignements : 40.54.45.44 – www.maisondelaculture.pf – FB : La Maison de la culture de Tahiti.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete